1

Camus, L’Étranger - En quoi Camus critique-t-il la société ?

Bonjour/bonsoir.
J'aurais besoin d'aide pour ma dissertation de français. J'aimerais savoir ce que vous penser de la première idée que j'ai eu afin de répondre à la problématique donnée Pour répondre à ma problématique je dois trouver en quoi camus critique la société (vu en cours)

Nous allons répondre à la problématique suivante :  Pourquoi ce livre peut-il être considéré comme un récit philosophique ?

Introduction : Nous allons parler du livre l'Etranger, de Albert camus. Il est né le 7 novembre 1973 en Algérie, puis décédé le 4 janvier 1960 à 46 ans en France. Il fut philosophe, romancier, dramaturge, essayiste, nouvelliste ainsi que journaliste. Les genres littéraires qu'il utilisait donc était des romans, des théâtres, des essais, puis des nouvelles. Il reçut le prix nobel de littérature en 1957. Ces oeuvres principales autre que celle-ci sont la peste, le mythe de sisyphe puis bien d'autres.
L'Etranger est un livre datant de 1942, il est qualifié par le terme de cycle absurde, d'après camus. Ce roman a été traduit en quarante langues et eu une adaptation cinématographique.
L'oeuvre est coupé en deux partie, en outre le roman parle d'un homme très ambigu, la mort de sa mère ne lui fait ni chaud ni froid. Un personnage très spécial. Il tue un algérien et se fait emprisonné, cependant il est indifférence face à cela, mais aussi face à tout ce qui l'entoure.

Nous montrerons d'abord que le personnage principal est dans la totale aberrance avec le monde. En suite nous parlerons(...)

Critique de personne sans-cœur

D'après moi ce récit est philosophie car le personnage principal est aberrant. Il a des réactions très spéciales, c'est-à dire qu'il donne l'air d'un homme sans-coeur, qui ne ressent rien. Il n'est pas humaniste. Par exemple par le décès de sa mère. Comment peut-il être aussi indifférent face à la mort de la personne qui la mise au monde ? C'est absurde ! L'amour d'une mère est essentiel pour tout le monde, mis à part si celle-ci n'a pas été à la hauteur, s'il elle lui a fait du mal, s'il elle la rejeté, ou autre. Cependant le livre ne parle pas de quelconque raison qui peut expliquer ou excuser le rejet de son fils, bien que le procureur dit que c'est du au fait qu'il sois insensible à tout. Donc, Meursault rejetait sa mère, sans raison apparente.


Critique de la Justice

Citation p148 :"Enfin est-il accusé d'avoir enterré sa mère ou d'avoir tué un homme ?"
Meursault a été accusé d'avoir tué un homme et pourtant durant le procès le procureur et le président ne cesse de répéter le fait qu'il est délaissé sa mère et qu'à sa mort il est insensible. Camus par cet extrait montre que la Justice trouve toujours une bonne raison pour accuser quelqu'un, bien qu'elle ne sois pas adapté à ce dont le coupable est accusé.


Critique de l'humain

Meursault à la fin du livre dit "j'ai senti que j'avais été heureux, et que je l'était encore" par cette phrase nous comprenons qu'il prend conscience de sa vie dès lors sa mort annoncée. Etant emprisonné il prend conscience que sa vie lui manquait, que ce qui le rendait heureux était tout simplement la vie. Au final tout être humain prend conscience de l'importance de la vie quand il s'approche de la mort. Il y a aussi un jeu de mot dans le prénom Meursault meurt sot pour montrer qu'il meurt stupide.


Avis justifié : J'ai beaucoup aimé cette œuvre. Dès les premières lignes elle La vision qu'à Meursault à l'égard de tout ce qui l'entoure m'a beaucoup fait réfléchir. De plus le titre "Etranger" est très bien choisit, on nous prouve durant toute l'œuvre que Meursault est étranger à lui-même, ainsi qu'à nous.


S'il vous plaît