Zola, Son Excellence Eugène Rougon, incipit

Bonjour, je fais appel à vous pour savoir si mon travail est correct, ou s'il y'a besoin de l'approfondir (c'est mon 1er commentaire de texte)

Voici le texte pour ceux qui ne pourraient pas y avoir accès (désolé, je surligne assez mal).
http://image.noelshack.com/fichiers/2014/01/1388770324-1.jpg

Commentaire de texte sur l'incipit d'Eugène Rougon:

I) Un incipit pour le moins démonstratif:
Le registre naturaliste domine dans cet incipit.L'auteur porte un intérêt à présenter avec exactitude les lieux et les personnages avec une certaine objectivité, il crée ainsi un véritable effet de réel.

De prime abord, l'incipit in media res (le lecteur est tout de suite plongé dans le récit, ici en l'occurrence une séance à la chambre des députés) accentue l'immersion.
De plus l'auteur brasse une grande partie des métiers liés à la politique et au cadre juridique(présents habituellement dans une assemblée) ,"le président"(l.1),"[des] député[s], "un secrétaire"; " des huissiers"(l.1-9).

Il prête également une attention particulière à la description assez précise des décors, qui forment cette chambre des
députés,"aux deux bouts par les panneaux tendus de velours vert... chargés d'attributs et d'encadrements dorés"(l.31),"puis les paires de colonnes, les statues allégoriques de la liberté et de l'ordre publique mettaient leur face de marbre aux prunelles vides...rideau de soie verte,qui cachait la fresque représentant Louis-Philippe prêtant serment à la Charte"(l34-35).

Par ailleurs,les descriptions physiques des personnages sont elles aussi à l'honneur, "un député au troisième rang...frottait de la main son rude collier de barbe grisonnante"(l15), "M.Bejuin, un petit homme maigre,noir de mine silencieuse...les paupières battantes"(l21-22), "Sa figure aux traits forts, dont le grand nez trahissait une origine juive"(l28-29).Ainsi que les descriptions temporelles " dans le ciel une demi-lune grise, tout le pluvieux après-midi de Mai entrait"(l.11).

En outre, la position externe du narrateur dans le récit (récit à la 3e personne, il ne peut donc pas avoir été influencé par les personnages ?),mais également sa focalisation zéro entretiennent le réalisme du récit.


Ainsi, de par l'immersion du lecteur ( in media res), les nombreuses descriptions détaillées (sur le physique des personnages, leurs fonctions , les lieux, sur le temps), et la focalisation du narrateur et sa position dans le récit, accentuent et entretiennent le caractère réaliste de cet incipit.




II) ... du monde politique (et accessoirement au second empire):

A première vue, l'on pourrait croire que l'auteur cherche uniquement et simplement à reproduire fidèlement le lieux et les personnages avec les descriptions(qui sont très présentes).
Mais c'est bel et bien la critique du monde politique (au second empire) qui est au coeur du récit.


Dès les premières lignes, le narrateur critique la chambre des députés par leur manque de civilités " le président était encore debout au milieu du tumulte, que son entrée venait de produire"(l.1)

De plus le peu d'attrait des députés pour la séance "cette lecture n'arrivait qu'aux oreilles des huissiers... en face des poses abandonnées des membres de la chambre "(l.6) et le manquement de ces derniers à leur devoir politique de présence " il n'y avait pas cent députés présents"(l.8), est dénoncé, certains "sommeillant déjà".

Pire encore, de nombreux députés ne se privaient pas de discuter lors de cette séance "ne dérangea pas une seule des conversations particulières"(l.37)
Le manque d'autorité ( en particulier du président de l'assemblée ) est aussi critiqué "le brouhaha continuait dans la salle.Le président, sans se presser feuilleta toujours des papiers"(l35-36) .

En outre ce qui les préoccupe  le plus, bien plus l'oration des projets de loi, c'est la possible arrivée du président du conseil d'état Eugène Rougon(personnage éponyme ).


L'auteur dénonce donc ici l'affairisme des députés( qui ne cherchent que la gloire et l'argent ) par leurs discussions, leur manque d'attrait cruel pour la session en cours, certains "sommeillant déjà".
De plus le manque d'autorité ( du président en l'occurrence) est également dénoncé.


Je sais que cela peut paraître long mais cela m'a pris encore plus de temps pour le faire, et cela prendra surement encore plus de temps pour vérifier les erreurs.
Je vous remercie d'avance de votre aide.

Personne ?
Un peu d'aide ne serait pas de refus.