1

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

Je suis en 1ére S et j'ai un commentaire a faire;

Le texte:

La veille même de celui que je devais quitter cette ville, étant à me promener avec mon ami, qui s'appelait Tiberge, nous vîmes arriver le coche d'Arras, et nous le suivîmes jusqu'à l'hôtellerie où ces voitures descendent. Nous n'avions pas d'autre motif que la curiosité. Il en sortit quelques femmes, qui se retirèrent aussitôt. Mais il en resta une, fort jeune, qui s'arrêta seule dans la cour, pendant qu'un homme d'un âge avancé, qui paraissait lui servir de conducteur, s'empressait pour faire tirer son équipage des paniers. Elle me parut si charmante que moi, qui n'avais jamais pensé à la différence des sexes, ni regardé une fille avec un peu d'attention, moi, dis-je, dont tout le monde admirait la sagesse et la retenue, je me trouvai enflammé tout d'un coup jusqu'au transport. J'avais le défaut d'être excessivement timide et facile à déconcerter ; mais loin d'être arrêté alors par cette faiblesse, je m'avançai vers la maîtresse de mon cœur. Quoiqu'elle fût encore moins âgée que moi, elle reçut mes politesses sans paraître embarrassée. Je lui demandai ce qui l'amenait à Amiens et si elle y avait quelques personnes de connaissance. Elle me répondit ingénument qu'elle y était envoyée par ses parents pour être religieuse. L'amour me rendait déjà si éclairé, depuis un moment qu'il était dans mon cœur, que je regardai ce dessein comme un coup mortel pour mes désirs. Je lui parlai d'une manière qui lui fit comprendre mes sentiments, car elle était bien plus expérimentée que moi. C'était malgré elle qu'on l'envoyait au couvent, pour arrêter sans doute son penchant au plaisir, qui s'était déjà déclaré et qui a causé, dans la suite, tous ses malheurs et les miens.


Mon plan convient t'il?
   I-Le coup de foudre
   II-La passion fatale

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

Oui.

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

Non.
A ce stade du roman, rien ne permet de dire que cette passion sera fatale, rien d'autre en tous cas que l'encyclopédie personnelle du lecteur qui sait que toutes les passions littéraires aboutissent à la mort.

Cette scène est une version du topos de la rencontre : leurs yeux se rencontrèrent...
Dégagez les points communs : une scène canonique ;
puis les différences qui font la particularité de cette scène.

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

La fin du texte exprime néanmoins une anticipation : au moment de l'énonciation, le narrateur en sait plus qu'au moment de la rencontre...

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

Autant pour moi ! J'avais mal relu :

C'était malgré elle qu'on l'envoyait au couvent, pour arrêter sans doute son penchant au plaisir, qui s'était déjà déclaré et qui a causé, dans la suite, tous ses malheurs et les miens.

Cela peut faire un axe : les indices du malheur futur dans le récit du passé, bref, l'art des préparations. Cela ne suffit pas à mes yeux pour faire une partie sur la fatalité.

6

Prévost, Manon Lescaut - La veille même de celui que je devais quitter cette ville...

Ma deuxième parti comportera deux sous partie II.....(je sais pas )
                                                                      a) un récit rétrospectif
                                                                      b) une passion fatale

M'aidez pour trouve un titre a ma parti