1

Hugo, Les Misérables - Épitaphe de Jean Valjean

Bonjour à tous !

Voilà, je suis en première année de Lettres Modernes et j'ai un commentaire à rendre sur le poème présent sur l'épitaphe de Jean Valjean des Misérables de Victor Hugo. Le problème c'est que je patauge pas mal, le prof a bien précisé qu'il fallait se baser uniquement sur le poème et du coup mes éléments me paraissent léger pour un commentaire et je ne suis vraiment pas sûr de mon plan.

Voici le poème en question :

Il dort. Quoique le sort fût pour lui bien étrange,
Il vivait. Il mourut quand il n'eut plus son ange ;
La chose simplement d'elle-même arriva,
Comme la nuit se fait lorsque le jour s'en va.

J'ai trouvé plusieurs éléments stylistiques comme des oppositions, la nature du poème, quelles rimes sont utilisées, une assonance (dort/sort), une personnification de la mort qui avance. 
Le problème ce que je ne vois vraiment pas comment les inclure dans mon plan.

Pour l'instant je ferai :

I. Une fin évidente pour Jean Valjean

Dans cette partie, l'idée serait de montrer le rapport à l'anonymat dans ce poème voué à disparaitre. Que Jean Valjean est enterré comme un misérable, un anonyme.
En gros revenir sur le destin du personnage et expliqué que même si son destin est étonnant, sa mort reste un retour au source.

II. La fin du roman.

Là, je voudrais expliqué que le poème est un choix étonnant pour la fin de cette œuvre. Montrer que le poème est très recherché en montrant les procédés stylistiques utilisés par l'auteur.
J'aimerais aussi traité le fait que le poème est la métaphore du roman : il est voué à disparaitre tout comme le roman. Aussi, je voudrais montrer qu'une fois le roman terminé les misérables retournent dans l'ombre. Mais je ne suis pas sûr de quelle partie correspond le mieux à cette analyse.

Voilà, pour l'instant c'est ce que j'ai. Ca me parait vraiment peu pour tenir un commentaire entier. Si quelqu'un pourrait me donner son avis et m'aider un peu ce serait sympa. 

Hugo, Les Misérables - Épitaphe de Jean Valjean

le prof a bien précisé qu'il fallait se baser uniquement sur le poème

Qu'est-ce  que le prof entend par là ?
S'il faut prendre le poème en soi, indépendamment du contexte (le roman dont il est  la clôture), on le jugera assez énigmatique  : qui dort ? qui est l'ange ? On peut être tenté alors de faire l'application à Hugo, l'ange serait Léopoldine.

Si on replace le poème dans son contexte, on peut y voir, en effet, la métaphore du roman, mais cette lecture ne se  base pas uniquement sur le poème.

3

Hugo, Les Misérables - Épitaphe de Jean Valjean

Cette épitaphe énigmatique ne prend son sens que dans la perspective du roman.
En effet, les Misérables veulent dénoncer la damnation sociale. Cette fin parle de rédemption, Jean Valjean a été converti par Mgr Myriel et racheté par sa paternité pour Cosette. Hugo croit au progrès. Il nous livre une vision humaniste et généreuse qui tranche avec l'égoïsme bourgeois de son temps. Hugo nous propose donc une fin mystique qui transcende les dures réalités de son siècle.
Je partage tout ce que tu as écrit, sauf le point qui suit.
Contrairement à ce que tu affirmes, ce court poème n'est pas très recherché. Il fait plutôt appel à des archétypes familiers. C'est presque une chanson.
Je regarderais les aspects baroques de la mort comme transformation, de ses rapports avec le sommeil (pense au monologue d'Hamlet).
De même il existe des connotations chrétiennes. Le "il dort" initial évoque sans doute la résurrection des morts. L'ange n'est pas seulement un cliché affectueux, mais bien l'intercesseur auprès de Dieu. L'amour désintéressé est le moteur de la vie...
Finalement Jean Valjean a retrouvé sa place dans l'ordre du monde alors que tout était ligué pour l'en exclure...
C'est aussi une fin édifiante, touchante, comme une moralité évidente à la fin d'un conte...

4

Hugo, Les Misérables - Épitaphe de Jean Valjean

Delia a écrit :

le prof a bien précisé qu'il fallait se baser uniquement sur le poème

Qu'est-ce  que le prof entend par là ?

Je pense qu'il veut dire par là qu'il ne faut pas d'attarder sur ce qui précédé le poème au risque de faire un hors sujet.

En fait, j'ai l'impression qu'il y a plusieurs lectures :
- Une qui porterait sur la clôture de l'œuvre et ce que ce poème représente quoique cette partie me parait finalement assez légère. 
- Une autre ou ce serait un côté autobiographique d'Hugo avec comme tu le dis Delia, Léopoldine mais aussi la peur de l'auteur que le livre soit oublié à la façon des misérables : l'impossibilité du roman. Guy Rosa l'explique dans ses notes. Ce serait l'idée que le poème est métaphore du roman.
-Une dernière lecture qui reposerait plus sur Jean Valjean et la fin de son aventure. Avec les éléments de Jean-Luc.

Hugo croit au progrès.

Ce que je ne comprend pas c'est qu'il croit au progrès mais Jean Valjean, finalement, meurt en misérables puisqu'il reste dans l'anonymat et sa tombe est mis à l'écart. En fait je voulais dévolopper une partie sur l'anonymat qui reste très présent dans le poème avec le pronom personnel "il" et aussi montrer qu'il est enterré comme un misérable. Là, par conte je m'éloignerai un peu du poème.

C'est pas facile, y a beaucoup d'éléments pour si peu de vers. En tout cas merci de votre aide, ça aide à y voir plus clair.

5

Hugo, Les Misérables - Épitaphe de Jean Valjean

Jean Valjean ne meurt pas en misérable mais en humble ouvrier qui a accompli sa tâche.
Ce n'est pas la même chose.
Il y a une grandeur sublime dans son abaissement ou son retrait sacrificiel.
Rapproche cette fin des "pauvres gens" dans La Légende des siècles. Les Misérables procède de la même intention à savoir la spiritualisation de l'humanité.

Une autre question non sans intérêt : qui serait l'auteur de cette épitaphe ?
Jean Valjean ? Cela concorderait mal avec sa discrétion, son humilité, son refus de se plaindre...
Un poète inconnu ? on frise l'invraisemblance.
L'hommage de l'auteur à son héros ? nous quittons alors la réalité pour entrer dans le domaine du merveilleux...