1

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour, voilà j'ai une dissertation à faire et je ne sais pas si mon plan fonctionne avec la problématique suivante :
Le romancier doit il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires

I. êtres ordinaires
1. S'identifier à travers les personnages
2. impression de réalisme

II. être extraordinaire
1. Héros
2. Anti-héros

Merci d'avance pour votre réponse

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour.

Pourquoi l'anti-héros dans ton II ?
Un anti-héros n'a justement rien d'extraordinaire...

Et quelle est ta réponse à la question posée ? Dans quelle partie ?

Vu la question, j'aurais vu plutôt fait un plan de ce genre :

Certes, des personnages extraordinaires...
Mais aussi...
Donc...

3

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Donc la notion de anti-héros il faut que je le mette dans le grand I ?

comme réponse à la question posée j'aurai mis : Pour conclure, le romancier a pour but de faire évader le lecteur soit en créant   des êtres ordinaire avec l’illusion personnage réalistes, ou encore en permettant au lecteur de s'identifier à travers l'histoire ou à travers les personnages. Il peut également le faire évader en donnant à son histoire quelques chose de complètement irréel, ainsi les personnages présenter ne seront pas réaliste, mais deviendront des héros, ou bien encore des anti-héros.

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Non, pas avec le plan que je t'ai suggéré.
Puisque ma première partie à moi concernerait les personnages extraordinaires.
L'anti-héros n'est pas en soi un personnage extraordinaire. Plutôt quelqu'un de banal.
En quoi serait-ce une évasion du réel ?

Tu devrais mieux définir le terme "extraordinaire".
Ce qui est extraordinaire, ce qui ne l'est pas.
En quoi un personnage peut-il être extraordinaire ?
En quoi peut-il être au contraire ordinaire ?
Quel peut être l'intérêt pour le romancier de présenter aussi
des personnages qui n'ont rien d'extraordinaire ?

5

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

D'accord merci beaucoup !

6

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour tout le monde, je suis en 1ère ES et pour la rentrée je dois rendre ma première dissertation, je vous montre le sujet:

Le romancier doit-il nécessairement faire de ses personnages des êtres extraordinaires ?
Vous répondrez à la question en vous fondant sur les textes du corpus ainsi que sur les textes et œuvres que vous avez étudiés et lus.

Et voici les textes du corpus: https://www.etudes-litteraires.com/bac- … t-s-es.php

Voilà, j'ai commencé à essayer de trouver des points, cependant je bloque pour ma 2nde partie, je vous laisse voir ce que j'ai commencé à faire.

En intro:
Bien souvent, le roman est un récit à travers lequel l'auteur met des personnages en scène permettant une réflexion. Ces individus ont pour but de susciter le rire, la colère ou la tristesse chez le lecteur, de provoquer un sentiment tout en le faisant s'attacher à eux. En effet «Un personnage de roman, c'est n'importe qui dans la rue, mais qui va jusqu'au bout de lui-même.» dit Georges Simenon, écrivain de romans policiers du XX e siècle. Cela témoigne l'importance de ces êtres.  A travers ces derniers, l'écrivain émoi sur des centaines de pages. Cependant, le romancier peut faire preuve d'imagination en utilisant des personnages dotés de dons ou de pouvoirs, et quitte donc le domaine de la réalité pour faire place à la fiction.
  Mais peut-on considérer qu'il est impératif de quitter le domaine du réel pour qu'un personnage soit extraordinaire?
   Pour répondre à cette problématique, nous commencerons par étudier le caractère spécial du personnage puis  nous terminerons par analyser en quoi  cette spécialité peut avoir des limites.

I- Caractère spécial du personnage...
1. Distraire et faire partie de l'histoire
2. Permet une évasion
3. Etre un modèle ou contre-modèle
4. Permet la dénonciation
II- ...Qui se peut avoir des limites
1. Anti-héros, aucune caracteristique
2. Souci de vraisemblance
3. ?
4.?

Est-ce que ma problématique convient? Mon plan aussi? Si oui, vaut mieux t-il que je supprime des sous parties du I pour équilibrer avec le II, ou que je trouve des sous parties pour la 2nde partie? Merci d'avance !

7 (Modifié par webmestre 29/04/2015 à 15:12)

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour, j'ai une dissertation dont le sujet est : "Le romancier doit-il nécessairement faire de ses personnages des êtres extraordinaires ?" J'ai déjà commencé mon introduction , mais je n'ai absolument pas d'idées pour faire mes grandes parties , vous pouvez m'aidez s'il vous pait !! Merci !

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

8

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Pour ce qui est mon avis, j'aurais rédigé ainsi :

I. certes, des personnages extraordinaires
1. un caractère hors du commun
- Suskind, le parfum : un homme à l'odorat surdéveloppé
2. qui permet l'émerveillement/fascination et le voyage
3. dénonciation sous-jacente

II. mais souvent, ordinaire
1. Un être comme tout le monde, permet de s'identifier au lecteur
- un homme banal : l'étranger, Camus
2. un portrait réaliste
- les personnages naturalistes : Zola, Germinal, permet d'introduire une description réaliste. Penser au patois retranscrit, langage populaire. Permet de garder le vraisemblable.

9

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour à tous, j'ai écrit une dissertation il y a quelques jours et l'ai recopiée telle quelle sur word : https://docs.google.com/document/d/1Igp … sp=sharing

Le sujet était : un romancier doit-il nécessairement faire de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Pouvez-vous m'aider à m'améliorer en me donnant votre avis ? Aussi, est-ce que vous pouvez me donner une note indicative en précisant sur quoi vous m'enlevez les points ?

Merci ! :-)

10

Le romancier doit-il faire nécessairement de ses personnages des êtres extraordinaires ?

Bonjour, quelques remarques: (à prendre en compte ou non, je suis élève donc tout n'est sans doute pas bon à prenndre)
- pour l'intro, peut-être plus définir le terme d'<<héros>> avec le "demi-dieu" par rapport à la mythologie gréco-latine alors que tu tournes un peu autour du pot
- dans l'annonce du plan pas besoin du "notamment"
- 2e paragraphe: attention à la différence entre fantasy et merveilleux
- quand tu parles des contes tu peux parler des portraits idéalisés comme le prince (toujours charmant) et le jeune fille (pure et qui l'attend sagement)
- pour ta thèse tu peux aussi aborder les enseignements qui sont apportés au lecteur + les critiques implicites grâce au personnage extraordinaire
- ne confonds pas vraisemblable et vrai, à mon avis un personnage n'est pas humain (à part dans le genre autobiographique dira-t-on) même s'il tend à nous ressembler il reste fictif, c'est l'auteur et le lecteur qui le font vivre
- bonne idée pour L’assommoir, écris peut-être entre deux mots que Zola est un écrivain naturaliste histoire de gagner, hypothétiquement quelques point  pour pas grand chose (pareil essaye de situer les œuvres/auteurs dont tu parles, siècle voir mouvement si tu peux)
- répétition "outre" en début de paragraphe 3 et 6
- sépares l'idée d'anti-héros (Meursault bonne idée mais il faut développer la notion d'anti-héros) de celle du personnage-réflexions (ex: avec une oeuvre du siècle des Lumière avec Les lettres persanes)
- "donner au personnage l’illusion de l’extraordinaire" -> du coup le personnage devient extraordinaire pour le lecteur ou seulement pour les autres personnages? Pas très clair, les deux sont mélangés (Don Quichotte =/= Steinbeck, chacun un aspect différent)
- quand tu parles de Victor Hugo: "contexte de l’époque' -> lequel ? Il faut préciser
- conclusion un peu floue
- ouverture un peu rapide

Mais sinon c'est déjà bien je pense

Cordialement