Lien entre l'absurde et la nausée

Bonsoir.

    M'étant lancé dans la lecture de l'oeuvre de Camus (L'Etranger, Le Mythe de Sisyphe, L'Homme révolté) et dans celle de Sartre (La Nausée), je n'ai pas pu m’empêcher de faire un lien entre l'absurde et la nausée. En y réfléchissant encore plus, je les ai même associés au spleen baudelairien pendant que je relisais quelques poèmes des Fleurs du mal.

    Spleen, nausée et absurde semblent finalement assez proches à mes yeux de néophyte. De deux choses l'une :

Soit c'est un contre-sens de ma part et j'aimerais en connaître l'origine ; soit ces états (sentiments/impression?) ont un lien. Si tel est le cas, j'aimerais savoir jusqu'où un parallèle peut être tissé (je ne m'y connais pas assez pour apporter une quelconque réponse) mais aussi le point à partir duquel ces "concepts" (?) divergent.

En espérant que votre réponse satisfasse ma curiosité.

Lien entre l'absurde et la nausée

En fait, je ne sais pas si je saurai répondre à votre étrange et ambigüe question, laquelle me semble plus tenir de la fine analyse que d'autre chose. Je pense que l'esprit de ces auteurs du siècle dernier est nourri du même grain noir. Avant d'être, il y avait LE sombre Charles - le prophète en terre païenne. On glisse sur la même vague - la noirceur de l'esprit, et s'il est un lien entre ces œuvres, il faut en attribuer le mérite au premier.
Durant des siècles, on rédigea une masse colossale d'ouvrages consensuels - romantiques. Je n'ai rien contre, mais la baffe - la révélation pour les auteurs émancipés du XXème - ça reste tout de même CB (en partie). C'est lui qui ouvrit la voie, susurrant aux oreilles de quelques-uns "on peut noircir sa page d'horreurs et salacités, et mettre au placard gentils damoiseaux et damoiselles. Le mal et la détresse (la vraie vie quoi) - c'est infiniment plus joli".
Il y a un lien ? Ne cherchez pas - le maître est passé par là
Plus sérieusement, puisque ces œuvres s'attachent à l’existentialisme, on saurait tisser un lien entre ces trois monstres (et encore auprès de bien d'autres) ++