Sens d'une citation de Sartre : "l'écrivain n'est ni Vestale, ni Ariel"

Bonjour, j'ai une question concernant une citation de Sartre pour une dissertation sur l'engagement politique des auteurs. En fait c'est pour ma copine qui est un peu perdue avec ce morceau de phrase qu'elle et moi ne comprenons pas.

Tout écrit possède un sens, même si ce sens est fort loin de celui que l'auteur avait rêvé d'y mettre. Pour
nous, en effet, l'écrivain n'est ni Vestale, ni Ariel : il est « dans le coup », quoi qu'il fasse, marqué, compromis, jusque dans sa plus lointaine retraite.

C'est dans Situation II de Sartre.

Nous avons chercher pour savoir ce que signifiaient Vestale et Ariel, avons trouvé que les Vestales étaient des prêtresses de la Rome antique et que Ariel était un archange porteur de lumière, mais nous ne sommes pas du tout certain de comprendre ce que tout ça veut bien dire.

Donc qu'est-ce que Sartre veut dire lorsqu'il dit que l'écrivain n'est ni Vestale ni Ariel ? Probablement qu'il n'apporte pas la lumière, pas de réponse donc, pour la référence à Ariel... enfin on croit. Mais pour les Vestales ?

Bref si vous pouviez m'aiguiller un peu, je n'ai rien trouvé qui explique le sens de cette phrase (parce que pour le reste, c'est pas très compliqué, mais quand on ne comprend même pas les mots ou les références, c'est assez problématique)

Merci !

Sens d'une citation de Sartre : "l'écrivain n'est ni Vestale, ni Ariel"

Un écrivain n'est pas comme une prêtresse, une Vestale, qui vit dans un temple inviolable et qu'on n'a pas le droit de toucher. Il n'est pas non plus un pur esprit, comme le génie de l'air Ariel (personnage de Shakespeare) qui plane au-dessus des réalités. Il est impliqué dans le monde, il est exposé, et ne peut se soustraire à ses responsabilités dans sa tour d'ivoire...