Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Le problème est que je ne suis pas germaniste... D'autre part, les traductions des textes anciens s'écartent souvent du sens littéral. Ce que vous aviez commencé à faire était très bien. Par contre, rien ne presse !

12

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Ok, ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous traduire en français le texte dans sa version moderne.

Je reprends du début:

1)       Roulant cherte gegen Yspanie
    uerre uon den erslagenen.
    er gesaz zu ainem boume,
    da better uil chume.

Roland se tourna vers l'Espagne
Eloigné  ( à l'écart) de ceux qui sont tombés
Il resta assis prés d'un arbre
et attend là ce qui vient ( sa fin)


2) inainer siner hant
    truger daz horn Oliuant,
    in der anderen Durndarten.
    ain haiden im gewarte.
    mit bluote er sich allen bestraich,

Dans l'une de ses mains
il tenait le cor Olifant
De l'autre Durandal.
Un païen l'aperçut ( le reconnut)
Lui qui se couvrait seul de son sang,

3)uil tougenlichen er im nach slaich.
    do gedachte der haiden:
    unter disen uir stainen
    da erstirbet Roulant.
    Durndarten nim ich zeminer hant

Discrètement il rampa vers lui.
Là, le païen pensa:
Sous ces quatre pierres
Voilà Roland qui se meurt.
Je vais prendre Durandal dans ma main ( m'en emparer)


4)     unt Oliuantem;
    so sage ich in dem lante
    daz wir gesiget haben,
    unt ich habe Roulanten erslagen.
    des fruot sich imer mere

Et Olifant ( aussi)
Ainsi je dirai dans ( tout) le pays
Que nous avons vaincu
Et que j'ai moi-même tué ( abattu) Roland.
De cela se réjouira toujours plus ( à jamais)

5) elliu arabiskiu erde."
    Roulant was uon den sinen chomen,
    so man geschiezen maht ‹mit› ainem bogen,
    unter den marmil stainen.
    do wante der haiden

La Terre d'Arabie "

Roland s'était éloigné des siens
de ce qu'on peut tirer avec un arc
= Roland s'était éloigné des siens d'une portée d'arbalète

Remarque perso: c'est là que j'avais fait un contresens. Il était difficile pour moi de distinguer le sens de sinen : je l'avais interprété comme Sinnen : les sens ( d'où l'idée qu'il avait perdu connaissance) alors qu'il s'agit du possessif ( aujourd'hui Seine : les siens)
Là, le païen pensa


6)daz er tot ware.
    do enthilt sich der helt mare
    unz im der haiden so nahen chom:
    uf zuchter daz horn,
    uber den helm er in sluoc,

Qu'il était mort.
Alors le héros se révéla courageux( grand)
alors que le païen s'approchait si près de lui:
Il brandit l'olifant
et sur le casque l'abattit ( sluoc : frappa)

7)daz im daz uerhbluot
    uz sinen ougen spranc.
    er sprach: "daz dv habis undanc
    daz du mir ie so nahen torstest chomen!
    Oliuant ist zechloben."

( si fort que, de telle sorte que: sous-entendu) Que le sang
jaillit de ses yeux.
Il lui dit:" Que tu sois insensé
pour avoir osé t'approchr si près de moi!
Olifant est brisé!


8) er rezurnte uil harte,
    sus redeter ze Durndarte:
    "nu ich din nicht scol tragen,
    dune wirst niemir mennisken zescaden."
    daz swert er uf huop,

La colère s'empara durement de lui ( erzurnen: être pris de colère)
Il s'adressa à Durandal:
" Maintenant que je dois plus te porter
Tu ne dois plus jamais nuire ( faire du mal) à un homme
Il éleva l'épée

9)in den stain er iz sluoc:
    iz ne tet sin nehain war.
    er sluoc iz auer dar:
    mit paiden sinen hanten
    daz swert er umbe wante.

Et en frappa le roc:
..........................
Il frappa à nouveau :
De ses deux mains
il brandit l'épée

Je ne comprends pas le vers mis en gras. En allemand moderne, le traducteur a écrit que l'épée reste intacte. Cela correspond au texte français...


10)er uersucht iz zehen stunt;
    er sprach: "lagestu in des meres grunt,
    daz du dehainem christen man
    niemir mere wurdest zeban!
    scol dich dehain haiden tragen,

Il essaya dix heures

Remarque ; c'est ce que  moi je comprends! ( Stunt = Stunde = une heure)  Le traducteur a mis en allemand moderne : il essaya  dix fois. Peut-être a -t-il pensé que vu la blessure qu'avait Roland, on ne pouvait traduire par dix heures ( trop long...) . Mais j'imagine que ce genre d'emphase était possible en poésie médiévale? L'idée sans doute est qu'il s'y reprend à dix longs intervalles...
Il dit: " Si tu pouvais reposer tout au fond de la mer,
Que tu ne puisses à nul Chrétien
Plus jamais faire de mal!
Si le païen devait te porter (= si tu tombes au main d'un païen)

11)  daz wil ich imer gote chlagen."
    mit grimme er auer sluoc.
    do daz swert uor im gestunt
    ane mal unt ane scarte,
    do redet er aue ze Durndarte:

Je m'en plaindrais éternellement à Dieu!"
Avec colère, il frappa encore
mais devant lui l'épée reste dressée
Une fois et une entaille
Alors il parla encore à Durandal:

Remarque : voici ce que je comprends du vers mis en gras: il frappe une dernière fois ( l'épée est dressée, droite) et il y a une entaille { dans le roc] ,( c.f la légende de la brèche de Roland). La syntaxe doit correspondre à un effet de style poétique.

Attention : ces cinq vers et les suivants ne sont pas consultables gratuitement sur Google books pour la traduc moderne. Je vous signalerai où cela reprend.

12) "ich bechenne wol dinen síte
    daz du nicht des uermite:
    swa ich dich hin gebot,
    den was geraite der tot,
    di wile ich tochte

Je reconnais bien ton usage ( ta coutume)
que tu ne l'acceptes( le supportes)
Ce que je t'ai ordonné ( ce dont je t'ai prié)
Quoi que que la mort prépare ( apprête)
Je le vaux

Remarque : je ne comprends pas bien le sens exact des trois derniers vers... Traduction à prendre avec prudence!!!


13)ich han mit dir eruochten
    daz ‹lant› ze Aíune,
    di maren Petuwe;
    ich dwanc mit dir Prouinciam
    unt di starken Progetaneam,

J'ai conquis avec toi le pays D'Anjune
les célèbres Bataves?
J'ai forcé avec toi La Provence ( Provinciam)
Et les forts Progetaneam ( nom d'un peuple vaincu)

14) Lancparten ich mit dir reuacht,
    Pulle machete ich cinshaft;
    Malue unt Palerne
    di bedwanc ich minem herren.
    di grimmigen Sorbiten

J'ai soumis avec toi les Lancparten ( sans doute  les Lombards )
Et la Pouille l'ai soumise à ton impôt ( l'ai rendue redevable des redevances féodales) : l'ai rendue tributaire
Malve ?  ( ville de Sicile ) et Palerme
Je les ai soumises à mon Seigneur ( Chrlemagne)
Les Sorbes redoutables

Remarque perso: le texte français n'évoque pas du tout les mêmes conquêtes. Chacun semble s'être créé sa propre légende...


15) unt Baire di stritegen
    mit ir scarphen swerten,
    Sachsen di dicke wol herten
    in manigem grozen uolcwige:
    si musen im alle nige

Et les belliqueux bavarois
aux épées acérées
Et les Saxons .... ( ???)
avec leur grand...:
Tous, il leur fallut s'incliner


16) Alemannia[m] ich eruacht,
    Ungeren nam ich ir chraft,
    Pritania nemacht mir nicht wider stan,
    Behaim unt Polan.
    Franchen di chuonen

J'ai conquis les Alamans,
Les Hongrois je leur ai pris leur force
La Bretagne ne me résiste plus
le Bohême et la Pologne.
Les Francs courageux,

17) ne liez ich nie geruowen,
    unze si chom an ir rechten stam.
    Friesen ich mit dir gewan,
    Scotten unt Ierlant
    eruacht ich mit miner zesewen hant;

Ne les ai jamais laissé reposer
Que ne leur soit octroyé ce qui revient à leur clan
Avec toi, j'ai conquis les Frisons,
L'Ecosse et l'Irlande
Je les ai conquis de ma main droite
A partir de ces deux vers, la traduction moderne est à nouveau consultable...

18)Engellant ze ainer kamere
    eruacht ich dem chunc Karle
    unt andriu uil manigiu riche.
    iane wart din geliche
    nie gesmidet uf dirre erde,

L'Angleterre telle une chambre ( réserve)
L'ai conquise pour le roi Charles
Ainsi que de nombreux autres royaumes ( empires)
Nulle  autre ne fut ta pareille
Forgée sur cette Terre

= nulle autre épée forgée sur Terre ne fut ta pareille

19) noch newirt ouh hinne fur niemir mere:
    daz bewartestu wol an disem wal.
    ze Moriana in dem tal
    der engel dich mine[m] herren brachte.
    gnadiclichen er min gedacht

ni ne le sera jamais:
tu l'as montré sur cette muraille.
Dans la valée de la maurienne
Un ange t'a donnée à mon Seigneur ( Charlemagne) .
Et me fit la grâce de penser à moi


20)benamen er mich nante:
    er hiez mir Roulante
    Karln den kaiser
    zebeschirmen witewen unt waisen
    dich Durndarten umbe binten.

Il m'appella par mon nom:
Il dit mon nom Roland
A l'empereur Charles
Pour qu'il m'enjoigne de te ceindre, toi Durandal
pour protéger la veuve et l'orphelin.

Remarque : difficile à traduire littéralement: le verbe heissen signifie à la fois nommer ( dire le nom) et enjoindre, ordonner.

21) daz ich ie sa erplinde!
    daz riwet mich uil sere,
    nu uergip du mir, himilischer herre,
    daz ich iz ungezogenlichen sluoc.
    mines herren sent Petres bluot,


Que je devienne aveugle ! ( que je sois frappé de cecité!)
Je suis saisi d'un fort remord ( je me repends fortement de cela)
Ô Seigneur des Cieux pardonne moi
De l'avoir ainsi frappée sans retenue.
Le sang de mon Seigneur Saint Pierre,

22) diu herschaft sent Plasien,
    des hares mines herren sent Dionisien,
    des gewates miner frouwen sent Marien,
    der kaiser newolte nie beliben
    unz in dir uersigelet wart

Les reliques de Saint Blaise
Les cheveux de mon Seigneur Saint Dionitien
Le tissu ( de la robe) de ma Dame la Sainte Vierge,
L'empereur n'a jamais voulu s'arrêter ( se reposer)
Que ne soient tous scellés en toi

23)diu uil groze herschaft.
    nune wil ich nehainen erben zu dir mere
    wan den adel herren
    der durch suntare geborn wart:
    der gebot mir dise heruart.

Ces magnificiences ( les saintes Reliques).
A présent je veux que nul n'hérite plus de toi
que le noble Seigneur
Qui est né pour les pécheurs.
Lui qui m'a ordonné cette guerre ( commandé de faire)


24)ich scol uerwandelen daz leben.
    in sine gnade wil ich mich ergeben,
    swaz ich uon im han,
    want ich sin nimen so wol gan."
    den hantschuoch er abe zoch,

Je dois abandonner la vie,
je veux me remettre à sa Grâce,
et aussi ce que j'ai eu de lui
et que je veux lui dédier en Son NOm"
Il ôta son gant,


25) in gegen dem himel er in bot;
    den nam der urone bote uon siner hant:
    des ist der helt Roulant
    uon aller der christenhait geret,
    also uns daz puoh leret.

Et le tendit comme une offrande vers le ciel.
Et ce messager d'alors le prit de sa main  { l'auteur évoque cet ange qui avait apporté l'épée à Charlemagne)
Pour cela le héros Roland
est loué de toute la chrétienté
C'est ce que nous enseigne ce livre.


26)    Roulant uiel in crucestal,
    er sprach: "herre, nu waistu uil wal
    daz dich min herce mainet:
    dine tugent hastu an mír erzaiget.
    an minem ende,

Roland tomba en croix ,
Il dit: " Seigneur, Tu sais bien,
que c'est Toi auquel pense mon coeur:
Tu m'as révélé ta Vertu.
Au moment de ma fin  ( au moment de ma mort)


27)  herre, dinen boten ruche mir zesenden!
    nu gnade miner armin sele,
    daz ir dehain boser gaist níne werre.
    ich mane dich umbe minen herren
    (gestatige in an dem rechtin,

Seigneur, veuille m'envoyer ton messager ( l'ange)
Grâce pour ma pauvre âme,
Qu'aucun mauvais démon ne la gêne,
Je t'implore  pour mon Seigneur ( Charlemagne)
...

Ouf! Je terminerai demain si j'arrive à trouver le temps

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Merci pour ce beau travail.   
Pardonnez-moi de vous demander si vous respectez bien les temps verbaux ; ainsi, il y a bien des passés et un présent associés dans la première laisse (ou strophe) ?

Quand Roland frappe la pierre, l'auteur de la Chanson écrit d'abord :
"Cruist li acers, ne freint ne ne s'esgruignet" = "l'acier crisse, ne se brise ni ne s'ébrèche"
Le texte allemand doit être plus précis que "l'épée resta intacte".

D'autre part, il frappe dix coups.

14

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

*  Vous avez bien sûr raison: j'ai vu moi même que les temps sont mal respectés dans ce que je vous écris. Mais... au royaume des aveugles les borgnes sont rois

Je vous ai dit que je ne suis pas une spécialiste du althochdeutsch. Je suis germaniste, oui, mais cela ne suffit pas. Lorsque je reconnais le prétérit dans la forme ancienne, je vous le traduis par un passé simple. Mais parfois, je ne peux l'identifier et je ne puis maintenant prendre, juste pour vous aider, un livre qui m'apprenne tout le système des conjugaisons à l'état du vieux ou moyen haut allemand.

Je sais bien que ce que je vous donne là n'est pas parfait , mais dans la mesure où aucune personne compétente ne s'est proposée, j'ai essayé de vous transmettre ce que je pouvais. Malheureusement, je ne pourrai faire mieux.

   *   iz ne tet sin nehain war. C'est ce vers que le traducteur moderne a traduit par : l'épée reste intacte . Je vous ai dit ne pas  bien le comprendre. Et le traducteur a interprété.

Mais une chose est certaine: le texte allemand ne donne pas ces détails.A aucun moment il ne précise ;le terme acier n'y figure pas, ni ces verbes si précis.

iz ne tet sin nehain war.

en fait je crois bien que cela signifie : "cela n'a pas agi", "cela n'a rien fait ". Le texte allemand est plus synthétique : il montre Roland qui frappe une première fois : rien
le vers suivant montre qu'il saisit ensuite l'épée à deux mains  ce qui n'était pas précisé pour la première tentative). 



   *   Pour les 10 coups: le texte allemand emploie bien stunt qui a donné Stunde ( heure) en allemand moderne. Cela désigne en ancien -allemand une notion temporale, un laps de temps, une durée. Evidemment, vous pouvez le traduire  par " coups" Mais la langue allemande insiste sur le fait qu'il y passe dix fois un certain temps. Après vérification, mon dico confirme qu' en Mittelhochdeutsch ( moyen allemand pour l'époque qui nous concerne) le terme stunt pouvait indiquer: une heure ( 60 minutes), un moment, un laps de temps...

J'essaierai de terminer demain. J'aurais aimé pouvoir mieux faire... mais hélas

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Merci beaucoup. 

A propos des temps : y a-t-il dans le texte des passés composés (ou l'équivalent) ?


J'ai fait rapidement une comparaison des textes concernant l'épisode du "Sarrasin".
Cette dernière ne tourne pas à l'avantage de l'adaptation...
- Pas de précision concernant les lieux : dans le texte français (TF), Roland se dirige vers un "guéret", il se trouve sur un "tertre", sous deux arbres. Dans le texte allemand (TA), il n'est question que d'un arbre.
- Pas d'épithètes descriptives : TF : "quatre blocs de marbre brillants", TA : des "pierres". TF : l'herbe est "verte" (vous me direz... eh bien si, cet adjectif impose à l'esprit la belle couleur vert pré des miniatures !) TF : le heaume du Sarrasin a des "gemmes serties dans l'or", celui du TA est nu. TF : l'olifant abîmé par le choc a vu choir "le cristal et l'or" qui le rehaussaient ; TA : Roland déplore son olifant "brisé" en un seul heptasyllabe.

- Le "Sarrasin" ("païen" dans le TA, mais cela revient ici au même) n'est pas décrit dans le TA, et il "rampe" vers Roland pour l'attaquer. Ses paroles révèlent sa félonie, mais sont plutôt posées, rapportées en partie en discours indirect (même s'il reste le locuteur : "je dirai que nous avons vaincu", et la narration ne contient aucun jugement dépréciatif sur le personnage. Sa ruse (il s'est couvert le visage de sang pour se camoufler, comme dans le TF) est assez mal expliquée en un seul vers.  Dans le TF, ses défauts sont mieux mis en valeur et la scène est plus "visuelle" et plus expressive : il "fait le mort", il "se redresse et arrive en courant", il a un orgueil qui va lui être "fatal" et cette orgueil se manifeste dans ses paroles "Le neveu de Charles est vaincu". Enfin, il a des qualités qui le rendent redoutable : il est "beau, fort et très courageux".
- Roland, dans le TF, s'est "pâmé" sur le tertre et se réveille quand le Sarrasin lui prend son épée : pas dans le TA : il y a là un souci à la fois réaliste et dramatique qui disparaît. Les paroles de Roland sont beaucoup plus vigoureuses dans le TF "Vil païen, comment as-tu osé porter la main sur moi, à tort ou à raison" ; TA : "Que tu es insensé pour avoir osé t'approcher si près de moi".
- Le choc de l'olifant sur le crâne du Sarrasin est décrit de façon plus sanglante : dans le TF, ce sont les yeux qui jaillissent de la tête, dans le TA, le sang jaillit simplement de ses yeux. (Souci de "bienséance" ?)

- Enfin, dans le TF dominent le présent et le passé composé (un seul passé simple) : ces temps "actualisent" la scène plus que l'universel prétérit du TA.

- Dans le TA, il n'y a pas non plus de reprise du principe des laisses similaires (la même scène est redite deux ou trois fois avec des variantes ou des enrichissements). Ici, ce n'est pas important, mais cela le sera davantage avec la fameuse scène de l'épée à briser, car l'adaptateur a fait comme si Roland avait donné trois volées de coups. Par souci de réalisme ?

- Il y aurait enfin quelque chose à dire sur l'arbalète devenue arc dans le TA, mais cela nous entraînerait trop loin pour un simple détail.

En conclusion : on a l'impression de lire un résumé assez froid : on a l'os, mais pas la moelle...

16

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Bon, la nuit porte conseil 

Je vois que vous lisez cette ébauche de traduction avec une grande attention et que vous avez visiblement besoin de quelque chose de très précis;

Si vous me dites que vous n'êtes pas pressé, cela vaut la peine de s'attarder et d'affiner. Hier, j'ai essayé d'avancer au plus vite, sachant qu'en septembre je dispose d'un temps limité. D'autre part, mon problème est que je n'ai pas les outils adéquats: pas de dico papier du moyen haut-allemand. Les ressources sur Internet ne sont pas pratiques et je suis obligée de passer par un dico etymologique. Chemin inverse donc: je vérifie si mon intuition est correcte en donnant le terme moderne ce qui me donne le terme ancien.

1)    Je viens de réaliser que j'avais fait encore un contresens (  ) , en tenant compte de votre remarque étonnée sur l'absence de détails consernant cette épée récalcitrante...

Le texte allemand est synthétique comparé au français, je le maintiens, mais il y avait tout de même une indication supplémentaire !

Laisse 11 de votre extrait:

11)  daz wil ich imer gote chlagen."
    mit grimme er auer sluoc.
    do daz swert uor im gestunt
    ane mal unt ane scarte,
    do redet er aue ze Durndarte:

Je m'en plaindrais éternellement à Dieu!"
Avec colère, il frappa encore
mais devant lui l'épée reste dressée
Une fois et une entaille,
Alors il s'adresse ( adressa?) encore à Durandal:

Il s'agit de ce vers que j'avais mis en gras et pour lequel j'avais tenté une explication qui s'avère tirée par les cheveux ... C'est que , hélas, je n'ai pas pris le temps de vérifier les petits mots ( déterminants ou autre) que je croyais comprendre.  Bref, le ane ici n'est pas une ancienne forme de ein ( obne en anglais) , adjectif numéral, mais l'ancienne forme de ohne : préposition = sans , ce qui change complètement le sens du vers.

Du coup, le terme mal que j'ai traduit par fois ( une fois) n'a pas ce sens. Il s'agit de son homographe ( Mal) qui désigne une marque , une tache.

ET  scarte désigne bien une entaille, une brèche  et cela concerne l'épée. J'ai revérifié les termes pour ce vers-là.

donc :

Devant lui l'épée reste dressé
Sans une marque  et sans une entaille

Ce qui confirme que l'épée reste intacte.


2)  Pour les verbes, j'ai pris le temps de verifier aussi, je pense ne m'être trompée que pour la première strophe. Le prétérit ( régulier) m'avait échappé du fait d'une troncature ( contraction).
je vais à présent  vous copier chaque strophe et indiquer le temps.

Attention: souvent, le pronom personnel est accollé au verbe.

i)      Roulant cherte gegen Yspanie : prétérit
    uerre uon den erslagenen.
    er gesaz zu ainem boume,: prétérit
    da better uil chume. : prétérit


2)  inainer siner hant
    truger daz horn Oliuant, prétérit
    in der anderen Durndarten.
    ain haiden im gewarte : prétérit.
    mit bluote er sich allen bestraich : prétérit


3)uil tougenlichen er im nach slaich.  prétérit
    do gedachte der haiden: prétérit
    unter disen uir stainen
    da erstirbet Roulant. présent ( est en train de mourir)
    Durndarten nim ich zeminer hant : présent à valeur de futur proche ( je vais prendre l'épée)


4) unt Oliuantem;
    so sage ich in dem lante : présent à valeur de futur
    daz wir gesiget haben, : parfait ( équivalent d'un passé composé)
    unt ich habe Roulanten erslagen. = parfait ( passé composé)
    des fruot sich imer mere : présent à valeur de futur


5)elliu arabiskiu erde."
    Roulant was uon den sinen chomen, Plusquamperfekt = plus-que-parfait
    so man geschiezen maht ‹mit› ainem bogen, : présent d'un verbe modal ( la distance qu'on peut tirer )
    unter den marmil stainen.
    do wante der haiden : prétérit


6)daz er tot ware. : prétérit
    do enthilt sich der helt mare : prétérit
    unz im der haiden so nahen chom: prétérit
    uf zuchter daz horn, ? J'hésite entre prétérit et présent . Ce devrait être un prétérit mais il doit y avoir une troncature...
    uber den helm er in sluoc, : prétérit


7)  daz im daz uerhbluot
    uz sinen ougen spranc. : prétérit
    er sprach: "daz dv habis undanc  : sprach : prétérit / habis: je pense subjonctif ( que tu aies de la non-raison = que tu sois fou)
    daz du mir ie so nahen torstest chomen! : prétérit verbe modal : oser
Oliuant ist zechloben." : passif d'état , résultat : Olifant est brisée



8) er rezurnte uil harte, : prétérit
    sus redeter ze Durndarte: même pb: prétérit ( je suppose) avec troncature
    "nu ich din nicht scol tragen, : présent verbe modal : je dois + infintif  tragen ( porter)
    dune wirst niemir mennisken zescaden." : futur ( auxiliaire werden + infinitif) = tu ne nuieras pas
    daz swert er uf huop, : prétérit   

9)in den stain er iz sluoc: : prétérit
    iz ne tet sin nehain war: prétérit.
    er sluoc iz auer dar: prétérit
    mit paiden sinen hanten
    daz swert er umbe wante prétérit


10)er uersucht iz zehen stunt; idem: forme d'un prétérit de verbe faible ( régulier) qui ressemble à un présent.
    er sprach: "lagestu in des meres grunt, :sprach: prétérit/lages : subjonctif/Konjunktiv : souhait : si...
    daz du dehainem christen man
    niemir mere wurdest zeban! : Konjunktif futur ( tu ne nuierais plus)
    scol dich dehain haiden tragen, : présent pour une condition réalisable: si un païen doit te porter



11) daz wil ich imer gote chlagen." : condition avec présent. Verbe modal vouloir/ Je veux/ je vais me plaindre à Dieu
    mit grimme er auer sluoc. : prétérit
    do daz swert uor im gestunt : participe passé (ellipse de l' auxiliaire) : l'épée est restée dresséé
    ane mal unt ane scarte,
    do redet er aue ze Durndarte: Idem: pour moi, c'est un présent : il s'adresse à Durandal


12)"ich bechenne wol dinen síte : présent
    daz du nicht des uermite: présent
    swa ich dich hin gebot, : prétérit
    den was geraite der tot, ???
    di wile ich tochte : présent



13)ich han mit dir eruochten : Perfekt ( passé-composé): j'ai conquis
    daz ‹lant› ze Aíune,
    di maren Petuwe;
    ich dwanc mit dir Prouinciam : prétérit 
    unt di starken Progetaneam,


14)Lancparten ich mit dir reuacht, prétérit
    Pulle machete ich cinshaft; : prétérit
    Malue unt Palerne
    di bedwanc ich minem herren.: prétérit
    di grimmigen Sorbiten


15) unt Baire di stritegen
    mit ir scarphen swerten,
    Sachsen di dicke wol herten
    in manigem grozen uolcwige:
    si musen im alle nige : prétérit


16)Alemannia[m] ich eruacht, prétérit
    Ungeren nam ich ir chraft, : prétérit
    Pritania nemacht mir nicht wider stan, : présent
    Behaim unt Polan.
    Franchen di chuonen


17)ne liez ich nie geruowen, : prétérit
    unze si chom an ir rechten stam.: prétérit
    Friesen ich mit dir gewan,: prétérit
    Scotten unt Ierlant
    eruacht ich mit miner zesewen hant; : prétérit


18)Engellant ze ainer kamere
    eruacht ich dem chunc Karle : prétérit
    unt andriu uil manigiu riche.
    iane wart din geliche
    nie gesmidet uf dirre erde,  prétérit forme passive : wart gesmidet: fut forgée

   19)  noch newirt ouh hinne fur niemir mere:
    daz bewartestu wol an disem wal. : prétérit
    ze Moriana in dem tal
    der engel dich mine[m] herren brachte.: prétérit
    gnadiclichen er min gedacht : prétérit


20)benamen er mich nante: prétérit
    er hiez mir Roulante : prétérit
    Karln den kaiser
    zebeschirmen witewen unt waisen : infinitif : de protéger
    dich Durndarten umbe binten. infinitif: ceindre (l'épée)


21)daz ich ie sa erplinde! : Konjunktiv : souhait : que je devienne aveugle
    daz riwet mich uil sere, : présent
    nu uergip du mir, himilischer herre, : impératif ( supplique: pardonne moi !)
    daz ich iz ungezogenlichen sluoc.: prétérit
    mines herren sent Petres bluot,


22) diu herschaft sent Plasien,
    des hares mines herren sent Dionisien,
    des gewates miner frouwen sent Marien,
    der kaiser newolte nie beliben : prétérit
    unz in dir uersigelet wart : prétérit du passif ( était scellés)


23)diu uil groze herschaft.
    nune wil ich nehainen erben zu dir mere : présent de vouloir
    wan den adel herren
    der durch suntare geborn wart:plus que parfait : qui a été mis au mone ( comme was born)
    der gebot mir dise heruart.: prétérit


24)ich scol uerwandelen daz leben. : présent verbe modal: je dois( quitter la vie)
    in sine gnade wil ich mich ergeben, ( présent verbe modal + infinitif) : je veux me remettre à Sa Gräce
    swaz ich uon im han,: présent verbe avoir : tout ce que j'ai ( possède) de lui
    want ich sin nimen so wol gan." présent ( je crois...)
    den hantschuoch er abe zoch, : prétérit

25)in gegen dem himel er in bot; : prétérit
    den nam der urone bote uon siner hant:prétérit
    des ist der helt Roulant
    uon aller der christenhait geret, : passif /résultat: pour cela il est loué
    also uns daz puoh leret.: présent : comme le livre nous l'enseigne



26) Roulant uiel in crucestal, prétérit
    er sprach: "herre, nu waistu uil wal :sprach prétérit/ du waist: présent: tu sais
    daz dich min herce mainet:présent
    dine tugent hastu an mír erzaiget. passé composé: tu m'as révélé
    an minem ende,


27)  herre, dinen boten ruche mir zesenden! impératif ( supplique)
    nu gnade miner armin sele,
    daz ir dehain boser gaist níne werre. présent du Konjunktif : souhait
    ich mane dich umbe minen herren : présent : je t'implore
    (gestatige in an dem rechtin : impératif ( supplique)



Autre chose: je suis mal à l'aise avec les  deux vers qui concernent les Francs.  Roland est un Franc, Charlemagne aussi. Le qualificatif chun ( kühn ) est élogieux. Pourtant leur nom figure au milieu de la liste des peuples vaincus par Roland pour Charlemagne. Je ne suis donc pas certaine du vers qui les concerne, ce pourrait être une autre erreur, car cela ne semble pas coller avec la logique du texte.


Voilà pour aujourd'hui.

J'essaierai de contacter un ancien collègue qui, lui, est spécialisé dans les textes anciens. Reste à savoir s'il acceptera de regarder votre extrait et mes essais de traduc



P.S : je viens de voir que vous m'avez posté d'autres remarques et j'allais vous répondre sur un autre post. Ca ne marche pas tant que vous n'aurez pas répondu. Mettez moi, OK...

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Merci d'avoir pris la peine de m'indiquer les temps verbaux. Dans l'exemple de comparaison que j'ai posté, je voulais vous montrer que vous n'aviez pas perdu votre peine !

18

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Merci
Je n'ai pas de regret de m'être donné un peu de mal, je suis convaincue que cela vous est utile pour la recherche qui est la vôtre et pour moi, il y a de toute façon un réel plaisir intellectuel... J'étais juste désolée de ne pas être plus compétente dans ce domaine de l'allemand médiéval.

Maintenant, pour vos comparaisons, je suis dans l'ensemble d'accord, bien sûr. Je vous disais que le TA était plus synthétique, plus succint, il n'y a pas photo.

Juste quelques précisions ou nuances que vous n'avez pu percevoir car vous ne jugez qu'avec ce que j'ai transcris.

P.ex: *   
1)   

TF : "quatre blocs de marbre brillants", TA : des "pierres"

le texte français dit:  "Quatre perruns i ad luisant de marbre."

Dans "perruns" je retrouve l'étymologie de pierre, pierraille.   le TA   ne traite pas de cela au même endroit , il en parle deux strophes plus loin :   quand il relate les pensées du Maure :   " unter disen uir stainen" il voit Roland mourir sous ces quatre blocs " ( ne vous fiez pas au fait que j'ai employé le terme pierre , dans le TA, on perçoit qu'il s'agit de qqch d'imposant, puisque Roland se trouve au-dessous, les blocs le surplombent).

Et encore deux strophes plus loin :   "Roulant was uon den sinen chomen,
so man geschiezen maht ‹mit› ainem bogen,
unter den marmil stainen." Roland s'était eloigné.... sous les blocs de marbre...

On retrouve finalement des informations similaires, mais visiblement, le but recherché est différent. La structure du poème est changée, et oui, l'effet grandiose et lyrique n'est pas recherché ds cette oartie. Cela ressemble à une récit comme le ferait un chroniqueur, plus sobre, plus sec.



2)

Le choc de l'olifant sur le crâne du Sarrasin est décrit de façon plus sanglante : dans le TF, ce sont les yeux qui jaillissent de la tête, dans le TA, le sang jaillit simplement de ses yeux. (Souci de "bienséance" ?)

Non, l'image est forte aussi mais il m'était difficile de  le rendre.

Le TA dit:" daz im daz uerhbluot  uz sinen ougen spranc."   Ce -uerh ( je crois) désigne le sang profond, d'origine, c'est un préfixe qui donne l'image que le sang qui jaillit des yeux vient du plus profond de l'être. Je ne savais pas comment le rendre...

Ce sont des détails car par ailleurs, j'ai la même impression que vous.

Ceci dit, j'ai trouvé une intéressante analyse de cette question publiée sur Persée : l'auteur explique que de son point de vue, le texte de Conrad s'écarte volontairement de la chanson de geste, du style épique et qu'il s'agirait d'une transition vers le roman courtois.

Je vous donne le lien, c'est plus simple, lisez-le. Cela apporte de toute façon un éclairage intéressant sur cette adaptation allemande.
http://www.persee.fr/web/revues/home/pr … 6_102_2219

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Merci pour ces précisions. Je consulterai bien sûr la littérature critique à ce sujet, mais je tenais à me faire une idée par moi-même avant.
Pour ce qui est des perruns (grosses pierres, blocs), ce que je voulais dire est qu'ils étaient privés de qualificatifs la première fois qu'il en est question. On trouve la mention du marbre dans le TA par la suite, comme vous le faites remarquer (ce qui montre que Konrad n'a pas suivi le texte français "vers par vers", mais s'en est imprégné avant d'écrire à son tour), mais à un moment où cette précision est moins prégnante. Dans le TF, l'auteur brosse un tableau aux couleurs éclatantes dès le début de la scène ; on est dans un monde embelli, presque idéal. Par contre, le TA conserve fort heureusement le nombre quatre, sans doute symbolique (les points cardinaux, les branches de la croix...)
v 2268 Quatre perruns i ad de marbre faiz
v 2272 (vers de reprise) : Quatre perruns i ad luisant de marbre

Pour ce qui est des effets du choc de l'olifant, votre précision est importante, la scène n'est pas "banalisée", mais rien ne vaut : amsdous les oilz del chef li ad mi fors (= il lui a mis les deux yeux hors de la tête) !

Je termine en précisant que ce que je conclus à propos d'un extrait ne me fait en rien préjuger du reste. Comme vous le dites, cette "adaptation" est en fait une œuvre qui mérite d'être considérée en elle-même, tout comme notre Enéas par rapport à l'Enéide. Il n'est qu'à comparer le nombre de vers (plus de six mille pour le TA contre 4000 pour le TF) pour se rendre compte qu'il y a forcément des ajouts personnels dans le TA, car même si les vers sont plus couts, le compte n'y est pas... En revanche, j'ai peine à trouver ici des traces de l'univers du roman courtois ! Mais c'est un autre sujet.

20

Texte en moyen-haut-allemand à traduire

Il n'est qu'à comparer le nombre de vers (plus de six mille pour le TA contre 4000 pour le TF) pour se rendre compte qu'il y a forcément des ajouts personnels dans le TA, car même si les vers sont plus couts, le compte n'y est pas... En revanche, j'ai peine à trouver ici des traces de l'univers du roman courtois !

C'est peut-être justement dans ces ajouts du TA que se situe cette tendance au changement de registre? Cette étude de Persée laisse entendre que si d'un côté Konrad abandonne nombre d'éléments qui relève du genre épique ( ces qualificatifs  poétiques qui glorifient les exploits guerriers, ces répétitions de strophes...) il développe ailleurs des aspects qui relèvent du roman courtois. Il semble qu'il magnifie la tenue, les vêtements de Roland avant la guerre, donc dans le milieu de la cour féodale, bien plus que le TF. Et que là, il y a force détails et qualificatifs sur l'apparat . Ce seraient là des éléments qui tiennent plus du registre courtois.

Ou bien, sur les activités des chevaliers à la cour.
Mais cela ne concerne pas le passage que vous avez choisi.  De même, Konrad mettrait plus l'accent sur le religieux.

Là aussi, il y a des éléments intéressants: p.ex, Roland , dans le TA, semble, à la fin, consideérer qu'il est comme le vassal de Dieu et non plus directement de Charles, son suzerain. C'est Dieu qui lui a ordonné de mener cette guerre.

L'analyse est peut-être plus tournée sur le contenu que sur le seul style d'écriture. 

Désirez-vous vous pencher sur la suite des strophes que vous aviez demandées? Je peux y consacrer un peu de temps ce week-end. En semaine, c'est difficile. Ou bien justement désirez vous faire un travail de littérature comparée sur ces autres parties des deux textes?

D'autre part, désirez-vous que je m'adresse à ce collègue dont je parlais?
Ou considérez-vous que vous en savez assez par rapport à ce que vous recherchiez?