1

Finir sa licence à l'étranger après une hypokhâgne ou khâgne B/L

Bonjour à tous.

J'entre en prépa hypokhâgne B/L à la rentrée 2013, et une question me taraude. J'aimerais en effet me spécialiser par la suite dans la diplomatie/ les relations internationales et je sais qu'étudier une année dans une université étrangère est quasi indispensable dans ces domaines. Je me demandais s'il était possible de partir après son hypokhâgne ou sa khâgne finir sa licence dans une université à l'étranger.  Savez-vous si les élèves de prépa sont appréciés par les universités étrangères? Certains ont-ils déjà vécu cette expérience?

Merci d'avance pour votre réponse !

2

Finir sa licence à l'étranger après une hypokhâgne ou khâgne B/L

C'est tout à fait possible, beaucoup de gens qui quittent la prépa au bout d'un an se rendent ensuite un an à l'étranger. Mais, je pense que le mieux est — si tu peux — de d'abord finir ta prépa et ensuite te renseigner sur les écoles que tu veux intégrer. Il est rare qu'une école ne propose pas de stages à l'étranger en M1 notamment (c'est en tout cas le cas de l'ENS).

Il me semble en tout cas qu'il n'est pas indispensable de faire des études là-bas : les conseillers aux AE sont issus de l'ENA et ont suivi les cursus académiques (ENS, Sciences Po, ENA) et ont profité des possibilités sur place. Après, tu peux toujours également faire une summer school dans une université étrangère si tu souhaites acquérir une expérience à l'étranger.

3

Finir sa licence à l'étranger après une hypokhâgne ou khâgne B/L

Merci de ta réponse !

Ce que je pensais faire en effet c'était faire mes deux ans de prépa puis partir ensuite finir ma licence dans une université étrangère pendant un an, surtout dans l'optique d'améliorer mon niveau en langue (j'ai un niveau très correct en anglais, mais je suis loin d'être bilingue). Je m'étais renseignée et il est vrai que, comme tu l'as dit, pour travailler dans la diplomatie on peut suivre les cursus académiques (ENS, Sciences Po, ENA) mais encore faut-il y rentrer.

J'étais admissible à Sciences Po Paris mais j'ai été recalée à la suite de l'oral, donc je ne pourrais pas bénéficier de la 3A à l'étranger proposée par Sc-Po. Mon plan B est donc une prépa HK B/L à l'issue de laquelle j'aimerais pouvoir retenter le concours de Sc-Po en master, et je me disais justement que faire deux ans de prépa + une année dans une université étrangère pourrait être un bon moyen d'y accéder.

4

Finir sa licence à l'étranger après une hypokhâgne ou khâgne B/L

Oui c'est un bon moyen pour entrer à Sciences Po ; beaucoup de carrés qui ne veulent pas khûber font une licence d'histoire en L3 après les deux ans pour ensuite passer Sciences Po (et souvent avec succès). Mais dans une université étrangère, ça doit aussi pouvoir le faire (attention tout de même à ne pas perdre trop de temps avec les aléas de l'étranger et donc du temps perdu pour la préparation du concours de L3 qui n'est pas facile).

Quant à l'ENS, tout dépend du lycée dans lequel tu entres effectivement et de la préparation que tu recevras pour ce concours. Si tu n'es pas dans les parisiennes + Lyon, il y a des préparations aux IEP de province : cela peut être une bonne alternative en bac+1.