241

Analyse grammaticale

Bonsoir

1-Dès qu’il se fut assis, il entama l’éloge du nouveau système qui, disait-il, pouvait sauver le pays.
*entama: passé simple indiquant que le procès est postérieur à l'action exprimée avec le passé antérieur "se fut assis"
*disait: imparfait (j'ignore sa valeur)
* pouvait sauver: périphrase modale exprimant l’éventualité du fait. l'imparfait remplace un présent au discours indirect, il exprime une hypothèse portant sur le futur.
2- Ce fut, alors entre les deux hommes, un échange passionnant, qui réjouissait ceux qui les écoutaient.
* fut: passé simple de narration évoquant une action de premier plan par rapport aux deux imparfaits
* réjouissait/ écoutaient: imparfaits de description
3- pour la première fois, elle sentait la haine qui s'emparait de son cœur.
* sentait/ s'emparait: imparfaits de narration
4- Depuis ce jour, elle était traitée différemment. on l'aimait de plus en plus, car on avait accepté sa différence.
*était traitée: plus-que-parfait marquant l'accompli
* l'aimait: imparfait marquant la postériorité par rapport au deuxième plus-que-parfait "avait accepté" qui évoque un procès antérieur
5- la victime demandait que la loi fît châtier le coupable
* demandait: imparfait itératif
*fît châtier: périphrase verbale factitive. le verbe est conjugué au subjonctif imparfait qui remplace un impératif puisqu'il s'agit d'un discours indirect.

Analyse grammaticale

Bonsoir.

Ceci à signaler.

1-Dès qu’il se fut assis, il entama l’éloge du nouveau système qui, disait-il, pouvait sauver le pays.
*entama: passé simple indiquant que le procès est postérieur à l'action exprimée avec le passé antérieur "se fut assis"
*disait: imparfait (j'ignore sa valeur) Narration.
* pouvait sauver: périphrase modale exprimant l’éventualité la possibilité du fait. l'imparfait remplace un présent au discours indirect, il exprime une hypothèse portant sur le futur.   Non, ce présent au discours direct exprime une certitude présente. La possibilité est certaine : Le système peut sauver le pays maintenant. Pour le futur, il y aurait pourra (direct)  et pourrait (indirect).

4- Depuis ce jour, elle était traitée différemment. on l'aimait de plus en plus, car on avait accepté sa différence.
*était traitée: plus-que-parfait marquant l'accompli
Ce n'est pas un plus-que-parfait, c'est un imparfait à la voix passive. La voix active correspondante est "On la traitait".

5- la victime demandait que la loi fît châtier le coupable
* demandait: imparfait itératif
*fît châtier: périphrase verbale factitive. le verbe est conjugué au subjonctif imparfait qui remplace un impératif puisqu'il s'agit d'un discours indirect.
Il ne remplace pas un impératif, puisque le verbe est à la 3e personne. Pas de 3e personne à l'impératif. Dans le discours direct, on change simplement de temps et on emploie un subjonctif présent. La victime demandait : "Que la loi fasse châtier le coupable !"

243

Analyse grammaticale

Je croyais que la valeur de ces temps dans le discours indirect était de remplacer le temps du discours direct; j'ignorais qu'ils gardaient les mêmes valeurs de ce dernier...
pour l'exemple 4, quelle serait la valeur de cet imparfait à la voix passive? est-ce qu'il s'agit d'un imparfait itératif?

244 (Modifié par Jehan 09/01/2017 à 01:48)

Analyse grammaticale

pour l'exemple 4, quelle serait la valeur de cet imparfait à la voix passive? est-ce qu'il s'agit d'un imparfait itératif?

C'est un imparfait exprimant la durée... Une action passée qui s'est prolongée "depuis ce jour", tout comme "on l'aimait".

Je croyais que la valeur de ces temps dans le discours indirect était de remplacer le temps du discours direct; j'ignorais qu'ils gardaient les mêmes valeurs de ce dernier...

Il dit que le système peut sauver... (la possibilité est présentement certaine  : le système est capable )
Il disait que le système pouvait sauver... (la possibilité était certaine : le système était capable)
De toute façon, ni le présent ni l'imparfait ne peuvent lci exprimer une hypothèse ici comme tu l'as écrit.

245

Analyse grammaticale

Je devais bien faire attention à l'absence de la conjonction "si", marque principale de l’hypothèse....
J'ai une dernière question, avant de partir:
Ai-je raison de croire que la la nuance qui distingue le "possible", du "probable" et du "potentiel" est minime (je les considère comme des synonymes (mais on sait qu'il n'y a pas de vraie synonymie )?

246

Analyse grammaticale

Bonjour.

Toujours une phrase de Hugo qui me plait et en même temps me donne de la peine :

Nous le répétons, ces constructions hybrides ne sont pas les moins intéressantes pour l’artiste, pour l’antiquaire, pour l’historien.

Elles font sentir à quel point l’architecture est chose primitive, en ce qu’elles démontrent, ce que démontrent aussi les vestiges cyclopéens, les pyramides d’Égypte, les gigantesques pagodes hindoues, que les plus grands produits de l’architecture sont moins des œuvres individuelles que des œuvres sociales ; plutôt l’enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie ; le dépôt que laisse une nation ; les entassements que font les siècles ; le résidu des évaporations successives de la société humaine ; en un mot, des espèces de formations.

J'ai analysé comme ceci :

Le verbe 'sentir' a trois COD.
- sentir ① à quel point l’architecture est chose primitive
- sentir ② ce que démontrent les vestiges, les pyramides, les pagodes
- sentir ③ que les produits sont moins des oeuvres... que des oeuvre...

Les mots en gras(l'enfantement, le dépôt, les entassements, le résidu, des espèces de formations) sont tous les appositions de 'des œuvres sociales'.

Cette analyse m'a coûté presque 30 minutes... j'ai besoin de vos aides pour continuer ma lecture.
Ai-je analyé correnctement ou non ?

Éclairez-mois, s'il vous plait.

247

Analyse grammaticale

Le verbe 'sentir' a trois COD.
- sentir ① à quel point l’architecture est chose primitive
- sentir ② ce que démontrent les vestiges, les pyramides, les pagodes
- sentir ③ que les produits sont moins des oeuvres... que des oeuvre...

Non, un seul COD, le premier.

En ce qu'elles démontrent... vient expliquer le côté primitif de l'architecture.
Cette architecture est primitive en ce que ces constructions démontrent […] que les plus grand produits de l'architecture...

que les produits sont moins des œuvres...
est donc COD de "démontrent".

ce que démontrent les vestiges, les pyramides, les pagodes n'est pas COD, mais une autre proposition, qu'on aurait pu écrire ainsi : -- les vestiges, les pyramides, les pagodes... le montrent aussi -- .

Les mots en gras(l'enfantement, le dépôt, les entassements, le résidu, des espèces de formations) sont tous les appositions de 'des œuvres sociales'.

Je ne sais pas si "apposition" convient. Il s'agit plutôt de dire ce que sont les grands produits de l'architecture. On a dit que ce sont des œuvres sociales. Maintenant on dit que c'est aussi l'enfantement, ou le dépôt, ou les entassements... C'est une succession d'attributs alternatifs.

248 (Modifié par Hwang(moijesuisneant) 13/01/2017 à 12:59)

Analyse grammaticale

lamaneur a écrit :

que les produits sont moins des œuvres... est donc COD de "démontrent".

Dans la proposition qui suit "ce que démontrent aussi les vestiges cyclopéens...", le COD du verbe 'démontrent' est le pronom 'ce', n'est-ce pas ?

Alors, j'ai pensé que le COD de "démontrent" est(était?) le pronom neutre 'ce' (en ce qu'elles démontrent), l'antécédent du pronon relatif 'que' comme la structure 'en ce qui concerne'.

C'est une succession d'attributs alternatifs.

Cette explication m'est très compréhensible.

Je lirai et relirai ton explication jusqu'à ce que je comprenne.
Grand merci, lamaneur. 

249 (Modifié par lamaneur 13/01/2017 à 13:57)

Analyse grammaticale

Dans la proposition qui suit "ce que démontrent aussi les vestiges cyclopéens...", le COD du verbe 'démontrent' est le pronom 'ce', n'est-ce pas ?

Disons plutôt que le COD du verbe 'démontrent' est le pronom 'que', qui est mis pour son antécédent 'ce'. C'est ce que tu voulais dire.

250 (Modifié par Jehan 13/01/2017 à 16:36)

Analyse grammaticale

Exactement, j'ai pensé ainsi : l'antécédent du pronom relatif 'que' qui fonctionne comme le COD du verbe de la relative.