1 421 (Modifié par Jehan 20/03/2019 à 22:14)

Analyse grammaticale

Dans ces cas spéciaux, on considère "la majorité des" ou "la plupart des" comme une sorte de déterminant composé, un quantificateur.
La grammaire Riegel consacre pas mal de lignes à ce type d'accord.
Le choix du singulier ou du pluriel dépend du sens que l'on veut privilégier, de ce qu'on veut souligner en particulier.

N'en déplaise à ta logique choquée, "la plupart" seul en sujet entraîne bien un verbe au pluriel. On ne dit pas "La plupart est partie" mais bien "La plupart sont partis".

1 422

Analyse grammaticale

Mais sur le fond, que l'on considère un nom ou un autre comme devant commander l'accord, c'est bien le nom qui commande.

Nomen substantivum quasi substantia propositionis est.

1 423

Analyse grammaticale

Jehan a écrit :

Dans ces cas spéciaux, on considère "la majorité des" ou "la plupart des" comme une sorte de déterminant composé, un quantificateur.
La grammaire Riegel consacre pas mal de lignes à ce type d'accord.
Le choix du singulier ou du pluriel dépend du sens que l'on veut privilégier, de ce qu'on veut souligner en particulier.

N'en déplaise à ta logique choquée, "la plupart" seul en sujet entraîne bien un verbe au pluriel. On ne dit pas "La plupart est partie" mais bien "La plupart sont partis".

Admettons que ce soit à la fois la règle et la norme. Et d'ailleurs c'est le cas.
Est-ce bien logique pour autant ?
Ne dit-on pas "Tout le monde est parti." ?

Mais sur le fond, que l'on considère un nom ou un autre comme devant commander l'accord, c'est bien le nom qui commande.

D'accord.
En fait, je comprends très bien pourquoi c'est le nom qui commande l'accord en genre puisque c'est marqué dans le dictionnaire ==> n.m. ou n.f.
Mais je ne vois pas pourquoi ce serait lui qui commanderait l'accord en nombre.

Nomen substantivum quasi substantia propositionis est.

À vos souhaits
J'ai cherché sur Google (mes cours de latin remontent à mes années de secondaire...) et n'ai rien trouvé (sauf la même phrase mais en légèrement différente.

À vue de pif, je dirais : "Le nom substantivé est quasiment une proposition." Mais comme ça ne veut rien dire...

1 424

Analyse grammaticale

Comme te l'a dit Yvain, dans tous les cas, c'est le nom qui impose des variations de forme au déterminant, à l'adjectif qualificatif et au verbe si ce nom est sujet.
Quand le nom change de nombre, il impose une variation de forme au déterminant.

En cas d'ambiguïté, la forme du  déterminant permet certes de déceler si tel ou tel nom est au singulier ou au pluriel : (une souris, des souris)  Mais c'est bien le nom qui impose  la forme du déterminant.  Le nom cheval impose l'article un. Le nom chevaux impose l'article des.

1 425

Analyse grammaticale

Oui, je crois que je me suis un peu compliqué la vie dans cette histoire en ayant voulu dissocier le genre et le nombre. À trop réfléchir, on a le nez dans le guidon et on ne réfléchit plus forcément bien.

Merci pour vos éclaircissements


Mais je reviens quand même sur l'accord avec "la plupart". Pourquoi faudrait-il un verbe au pluriel alors que le sujet est singulier et qu'un cas semblable tel que "tout le monde" fait appel à un verbe conjugué au singulier ?

1 426

Analyse grammaticale

Et que dis-tu de l'accord tout aussi "illogique" du verbe au singulier quand le  sujet est "plus d'un" ?
Plus d'un peut trouver ça bizarre...
Mais bon, il se fait bien tard.
Pour la suite, demain, il fera jour.

1 427

Analyse grammaticale

HarolDts a écrit :

Nomen substantivum quasi substantia propositionis est.

À vos souhaits
J'ai cherché sur Google (mes cours de latin remontent à mes années de secondaire...) et n'ai rien trouvé (sauf la même phrase mais en légèrement différente.

À vue de pif, je dirais : "Le nom substantivé est quasiment une proposition." Mais comme ça ne veut rien dire...

Ah, mais c'est que mes œuvres post-aristotéliciennes ne sont pas encore sur google !

Cela veut dire : "Le substantif est comme la substance de la proposition". Si Aristote (ou Saint-Thomas) ont dit quelque chose d'approchant, tant mieux, mais je l'ai mieux dit qu'eux.

De même l'adjectif représente la qualité, le verbe, l'accident, et la proposition, la forme.

C'est dire l'importance de la grammaire dans la formation philosophique.

1 428 (Modifié par HarolDts 22/03/2019 à 00:08)

Analyse grammaticale

Si je comprends bien, si on nomme parfois "substantif" le nom commun, ce n'est pas par hasard, c'est qu'il serait la "substance" du discours.

1 429

Analyse grammaticale

La forme substantive ou nominale renferme toujours l'idée d'existence; car, dire qu'une idée a tel nom, est nommée de telle manière, c'est dire implicitement qu'elle est, qu'elle existe
(Cnrtl)http://www.cnrtl.fr/definition/substantif

1 430

Analyse grammaticale

Bonjour !

Dans "il se demande où partir en vacances cet été", "où" est bien adverbe interrogatif ?

Merci !