1 381 (Modifié par Sam2017 01/03/2019 à 19:27)

Analyse grammaticale

J'ai bien compris ton analyse mais je souhaiterais mettre un nom sur la proposition "c'est lire" dans "Son activité favorite, c'est lire." Comment appelle-t-on une proposition composée de "C'est" suivi d'un verbe à l'infinitif ?

En revanche, pour toi, le pronom démonstratif "c'" serait l'apposition de "son activité favorite". Je ne suis pas tout à fait d'accord puisque l'apposition est censée apporter une précision sur le nom ou le GN qu'elle complète. Ainsi, dans une phrase telle que : "J'ai adoré le cd que tu m'as prêté.", ce n'est pas le pronom relatif "que" qui apporte une précision sur l'antécédent "le cd" mais toute la subordonnée relative "que tu m'as prêté".

Je considère donc que la précision du GN "son activité favorite" est contenue dans toute la proposition "c'est lire" et pas uniquement dans le pronom "c'".

1 382 (Modifié par Jehan 01/03/2019 à 19:34)

Analyse grammaticale

Dans "Son activité favorite, c'est lire." Comment appelle-t-on une proposition composée de "C'est" suivi d'un verbe à l'infinitif ?

Dans ce cas précis, "c'est lire" ne constitue pas ici une proposition complète.
La proposition (indépendante) complète est : "Son activité favorite, c'est lire."
Il y a une mise en relief par dislocation, et une reprise par un présentatif suivi de son complément (on dit plutôt "régime").

C'est lire.
C'est la lecture.
C'est quelque chose.
C'est beau.

Propositions indépendantes.
Présentatif suivi de son régime (qui peut être de nature variée).

Je ne suis pas tout à fait d'accord puisque l'apposition est censée apporter une précision sur le nom ou le GN qu'elle complète.

Eh bien, l'apposition "son activité favorite" apporte une précision essentielle : elle précise ce que désigne le pronom démonstratif sujet c'.

1 383

Analyse grammaticale

Merci ! Mais alors, dans ces exemples :

C'est lire.
C'est la lecture.
C'est quelque chose.
C'est beau.

"lire", "la lecture", "quelque chose", "beau" ont-il une fonction grammaticale commune, à savoir la fonction régime du présentatif, ou la fonction attribut du sujet "c'" ?

1 384

Analyse grammaticale

Les deux analyses sont possibles, selon que l'on décompose le présentatif  ou qu'on le considère "en bloc".

1 385 (Modifié par Sam2017 01/03/2019 à 20:10)

Analyse grammaticale

Si je comprends bien, tu considères donc que dans "Son activité favorite, c'est lire.", ce n'est pas le groupe de mots "c'est lire" qui précise le GN "son activité favorite" mais le GN "son activité favorite" qui précise le pronom "c'" ?

1 386 (Modifié par Laoshi 01/03/2019 à 20:13)

Analyse grammaticale

C'est bonnet blanc blanc bonnet : Son activité favorite est la lecture/ La lecture est son activité favorite.

1 387

Analyse grammaticale

Oui. Cela dit, ce qui préoccupe Sam, c'est plus précisément l'analyse "décortiquée" de cette tournure:
Son activité favorite, c'est lire.

1 388 (Modifié par Sam2017 01/03/2019 à 20:29)

Analyse grammaticale

Exactement, mon cher Jehan ! Si dans "Son activité favorite, c'est lire", l'apposition de "c'" est le GN "son activité favorite" qui est mis en relief par dislocation, qu'en est-il dans "Lire, c'est son activité favorite" ? "Lire" serait donc l'apposition du pronom "c'" ?

1 389

Analyse grammaticale

Eh bien, tu l'as dit plus haut, non ?
Mais je n'avais pas vu le début de l'échange
Il est sûr que si l'on décortique la phrase, on en vient à se poser des questions.
Son activité favorite dans la phrase ainsi formulée ressemble à une apposition à c'
Le c'est est un gallicisme (?), qui permet ici une mise en relief,  et l'on pourrait, sans changer le sens, mais peut-être avec moins de conviction, écrire : Son activité favorite est la lecture.

1 390 (Modifié par Jehan 01/03/2019 à 20:34)

Analyse grammaticale

Pour répondre à Sam, on déduit aisément de ce qui précède que dans
Lire, c'est son activité favorite
c'est l'infinitif lire qui  est apposé au démonstratif sujet c'.
Et son activité favorite devient l'attribut du démonstratif sujet.