1 261 (Modifié par Jehan 18/12/2018 à 14:55)

Analyse grammaticale

Ces emplois sont aussi catalogués "adjectif invariable" par l'Académie française :
www.cnrtl.fr/definition/academie9/bien

D’accord, Jehan.
Mais j’ai tout de même l’impression que le paragraphe est marginal et cite des exemples différents de celui dont il était question.
Il y est noté aussi fam.
Néanmoins je ne nie pas le bien-fondé de ton intervention. Et, microbe que je suis, je ne vais pas m’opposer à Larousse ou à Robert.
J’avoue avoir souvent été agacée par l’utilisation excessive de cet adverbe/adjectif dans les rédactions de mes élèves. Le cours était bien. La fête était bien. La promenade était bien...etc.
Alors que varier l’expression, surtout lorsqu’il s’agit d’un professeur, me semble appréciable.

1 262

Analyse grammaticale

Il va de soi que je suis parfaitement d'accord avec la nécessité de varier l'expression... 
Et la page du Trésor figurant sur le site atilf.fr, très fournie comme je l'ai dit, mais non affichable ici, fournit de nombreux synonymes adaptés aux diverses nuances de sens de cet adjectif :
- admirable, agréable, bien fait, estimable, gracieux, judicieux, logique, pas mal, remarquable.
- décent, édifiant, exemplaire, honorable, juste, louable, méritoire, moral, sage.
- choisi, convenable, noble, recherché, select.
- affable, aimable, amical, courtois, gentil.
- adroit, habile, satisfaisant.
- adapté, approprié, avantageux, convenable, favorable, utile.

Et il y en a évidemment bien d'autres possibles...

1 263

Analyse grammaticale

Sans oublier top, super, canon...

1 264

Analyse grammaticale

Admirable, tout cela ! Plus qu'agréable ou bien fait : estimable en même temps que gracieux, judicieux aussi ! Certains diraient "logique ou "pas mal", moi je dis : "remarquable !".

1 265

Analyse grammaticale

Bonjour,

J'étudie les pronoms relatifs et je souhaiterais que vous me confirmiez l'analyse des deux phrases ci-dessous :

Je sais le mur de pierres sèches mûrissent les premières baies. Je sais le lieu et le temps des champignons, les vénéneux qu’on fait sauter d’un coup de talon, le cèpe qui trône solitaire.

 : pronom relatif, a pour antécédent pierres, féminin pluriel, complément circonstanciel de lieu du verbe mûrissent (indic. présent). Introduit une subordonnée relative déterminative.

qu’ : pronom relatif, a pour antécédent champignons, masculin pluriel, complément d’objet direct du verbe sauter (infinitif). Introduit une subordonnée relative explicative.

qui : pronom relatif, a pour antécédent cèpe, masculin singulier, sujet du verbe trône (indic. présent). Introduit une subordonnée relative attributive.

1 266

Analyse grammaticale

Bonjour.

Tout est correct...
Sauf peut-être le terme "attributive" pour la dernière relative.
J'aurais dit "explicative" comme pour la précédente.
Pourquoi as-tu choisi "attributive" ?

1 267

Analyse grammaticale

Merci beaucoup Jehan pour votre vérification.
J'ai longuement hésité pour la dernière relative, puis j'ai choisi de la qualifier d'attributive en raison de la description donnée ici : https://www.etudes-litteraires.com/prop … nees.php#3

1 268 (Modifié par Jehan 19/12/2018 à 16:52)

Analyse grammaticale

La "description" en fait n'en est pas une, on donne juste trois exemples.
Ce n'est pas très explicite, je le reconnais.
Mais tu noteras que pour la relative attribut du sujet, on a un verbe d'état qui sert d'intermédiaire entre le sujet et la relative attribut.
Elle était là, qui attendait patiemment.
Dans les exemples d'attribut du COD, il y a un COD en-dehors de la relative, complété par la relative avec l'intermédiaire d'un verbe (verbe de perception ou verbe avoir ) :
Je le vois qui sort.
Il a les mains qui tremblent.
On peut rencontrer aussi ce type de relative après le complément d'un présentatif:
Et voilà la pluie qui tombe !


Dans la phrase que tu as analysée, aucune structure de ce genre pour la dernière relative, qui est explicative comme la précédente.
"les vénéneux qu'on fait sauter d'un coup de talon" et "le cèpe qui trône solitaire" sont deux groupes nominaux de structure identique (nom ou adjectif substantivé,  qualifiés par une relative explicative) ces groupes nominaux étant tous deux COD du verbe "sais".

1 269

Analyse grammaticale

Merci pour vos explications Jehan.

Voici ce que je comprends : la présence d'un verbe d'état entre le sujet et la relative est une contrainte dans la construction d'une relative attributive. C'est une contrainte, car le verbe d'état servant d'intermédiaire définit le sujet et son attribut. Quand les verbes d'état se construisent avec un attribut du sujet, dans certains cas, cet attribut peut être une subordonnée relative. Dans la construction "le cèpe qui trône solitaire", il n'y a pas de verbe d'état entre le sujet et la relative, ce n'est donc pas une attributive.

1 270

Analyse grammaticale

Bonjour à vous.

Je suis professeur de lettres classiques et j'ai participé cette année à un groupe de travail consacré à la maîtrise de la langue dirigé par une IEN de mon département. Dans ce groupe, une situation fait débat...J'aurais besoin de l'avis d'un grammairien, s'il y en a un par ici. Dans la phrase suivante (pourtant facile, n'est-ce pas ?) : "Elle est devenue excellente en mathématiques", peut-on considérer que "en mathématiques" (dont nous avons bien conscience qu'il est un complément de l'adjectif "excellente") constitue une extension de cet adjectif, et qu'à ce titre, il a la même fonction grammaticale que lui, à savoir attribut du sujet ? J'aurais besoin d'une explication "technique" validant ou infirmant cette analyse...J'espère que quelqu'un pourra m'aider.

Bonne fin de journée à vous tous.