1

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention
Objet d’étude : le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours

https://www.etudes-litteraires.com/forum/style/Oxygen/topics.png Sujet complet

Écriture d’invention
Le regard que porte la narratrice du texte A sur sa mère fait de cette dernière un personnage fascinant. Comme Colette et en vous inspirant des autres textes du corpus, vous proposerez le portrait d’un être ordinaire qui, sous votre regard, prendra une dimension extraordinaire.

2

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Voici mon écriture d'invention: "Elle était finalement revenue. Pleine de vêtements de soie, de mets exotiques et surtout de souvenirs. Déjà elle commençait a me dépeindre ce qu'elle avait vu a l'ile bourbon. A peine avait elle entrouvert la bouche qu'elle offrit a chaque mot la magie qui lui revenait, comme si ses paroles n'étaient qu'une douce musique. Je pouvais les boire des heures durant, et il est vrai qu'elle savait se jouer de moi, me faisant croire ce que je ne sais pas. Elle rapportait sa fraicheur et son sourire bien veillant. Ses yeux d'un bleu éclatant, ses cheveux, tout cela m'avait tant manquer et je me sentais de nouveau serein, apaiser. Sa voix douce me transportait et laissait se dégager chez moi un sentiment de sécurité, lorsqu'elle me parlait il n'y avait plus rien au monde que nous deux, juste nous deux. Et alors ma fascination pour elle n'avait plus de limites me perdant dans des rêves dorés. Son parfum ambré remplissait la pièce bouleversant mes sens. D'un geste elle se leva et alla a sa fenêtre. Que c'était-il passé? Un oiseau blessé incapable de reprendre son envol. Elle l'avait délicatement pris dans ses mains et commença a le soigner. C'était beau, oui, magnifique même. Je restais assis la bouche baie, fasciné par cette scène et bouleversé par la vision que j'en avais. Une fois les soins terminés, elle avait déposé l'oiseau dans son jardin afin que celui ci ne se blesse pas une seconde fois. Et lui, finalement, repris son envol. C'était presque comme un moment solennel remplie d'une joie pure et véritable. Elle s'était retourné pour m'esquisser un sourire, cela voulait tout dire. Après tout la beauté d'une fleur parfaite ne réside t-elle pas dans le fait que l'on est pris le temps de s'arreter pour l'observer, entrant ainsi dans un état de plénitude sans fin ?
Elle m'avait eu, oui. Elle et son charme sans limite, elle qui m'aimait et a qui je rendais cet amour de mille et une façons."

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Bonjour, j'ai fait ce sujet d'invention mais je n'ai pas du tout l'impression d'avoir réussi, pourriez vous me donner quelques avis histoire que je sache à peu près à quelle note m'attendre ? Merci d'avance, bonne journée et bon courage à tous pour le reste des épreuves.

Elle était assise sur le banc, dans le jardin donnant sur la piscine. Demoiselle Lili -ainsi nous l'appelions- de son visage angélique nous regardait joué au criquet. Quelques rides marquaient son vécu, elle paraissait pourtant encore innocente mais connaisseuse de la vie, comme ci, elle pouvait être le noir et le blanc à la fois. Prisonnière de cette lourde chaleur, elle attaché ses cheveux roux, quelques mèches tombaient dans son décolleté, de sa robe en soie blanche, se dégageait un parfum d'une fraicheur étonnant, il sentait la lavande, quand elle était près de moi, je le respirai à pleins nez pour avoir son odeur le plus longtemps possible dans mes narines, c'était agréable. Elle n'était pas fortunée, ni son mari d'ailleurs, mais elle était encore plus belle que toutes les femmes que mon père côtoyait et avec qui il souhaitait se marier -par intérêt surement-. Ses yeux, d'un vert pur et reposant, indéfinissables, parcouraient les jardins ; de magnifiques roses blanches et rouges, un ruisseau
dans lequel nous jouions avec des bateaux en papier. Elle aurait été si belle, si l'on avait pu y faire son portrait. Ses pommettes roses, recouvertes de petites taches lui donnaient un air de jeune fille frêle. Et, lorsqu'elle prenait mon visage entre ses douces mains guérisseuses du mal, qu'elle déposait ses lèvres sur mon front, je frissonnai de plaisir, souvent, ceci m'ôtait la parole et je m'envolai alors dans un rêve où, elle n'appartiendrait qu'à moi. C'était ma nourrisse et j'en était heureux, car, je le savais les autres enfants étaient jaloux, nous la voulions tous. Elle était bonne, accueillante, et généreuse d'amour. Lorsqu'elle était absente, j'étais triste, la maison était triste.

4

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Bonjour, je sors du bac et j'ai tenté le sujet d'invention, pouvez vous me dire (je préfère l'avis de pro), la note que je peux attendre sachant que c'est sur 16. Merci

Le sujet : Comme Colette et en vous inspirant des autres textes du corpus, vous proposerez le portrait d'un être ordinaire qui, sous votre regard, prendra une dimension extraordinaire.

La narratrice évoque le souvenir de sa mère revenant d'un journée de travail.

Certains soirs, elle revenait chez nous fatiguée. Ses yeux verts, encore humides semblaient refléter une nouvelle déception. Pourtant son sourire si parfait continuait d'irradier la maison. Peut-être était-ce son tailleur rouge qui illuminait tant son visage poupin...
En une semaine, elle s'était occupé de plusieurs familles, femmes, enfants. En rentrant, sous son bras, elle portait une pile de dossiers épaisse. Elle devait continuer de travailler ce soir-là, se privant une nouvelle fois d'un repas en famille. Afin de donner un nouveau foyer à ces enfants, elle en oubliait les siens ! Pourtant nous ressentions de l'admiration pour elle. Tous cet amour qu'elle arrivait à redistribuer. Elle ressemblait à une fée dispersant cet amour comme de la poudre étoilée.
D'un geste, d'un regard, elle redonnait l'envie de sourire et de se battre
A chaque Noel, un enfant venait passer avec nous. Il arrivait intimidé, perdu et triste mais cela ne durait jamais longtemps Quand ma mère lui adressait un sourire, tous ses malheurs s'envolèrent et ses éclats de rire se dispersaient dans la maison. C'était une fête à ne plus en finir...

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Salut, j'ai cartonné sur l'invention en faisant un portrait de mon beau-grand-père, j'aurais aimé vous en faire part mais j'ai écrit directement sur ma copie par manque de temps. Sinon pouvez-vous me confirmer que la moyenne nationale de l'invention l'année dernière était de 6 ? Etant adepte de l'écriture d'invention ça me fait stresser un peu.

6

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Voici mon invention, j'aimerais savoir ce que vous en pensez car j'ai un peu peur d'avoir dérivé sur le sujet et puis j'aimerais également avoir quelques avis sur la qualité de l'expression..

Jolie et aussi simple qu'elle était, il me paraissait cependant impossible que l'on puisse bien s'entendre avec. Le calme régnait pourtant souvent, mais la haine surgissait et s'appropriait doucement la douceur du silence pour mieux le détruire. Le calme était fugitif, momentané. On nous disait que cela était quelque chose de plus ou moins normal, et qu'il ne fallait pas s'en inquiéter. Moi, j'avais rêvé qu'elle s'en aille.
Elle était si jeune. Elle était partie à trois reprises, et chaque fois j'étais impatiente et je tressaillais de joie à l'idée de la retrouver. J'attendais de pouvoir sentir la douce odeur parfumée des îles qu'elle dégagerait. On pouvait y respirer tout un monde, un monde différent. Tout y était. La coco, les fruits exotiques, le sable mouillé, l'odeur des épices, le parfum de la fête.
Elle changeait. Son visage, sa silhouette étaient parfaitement dessinés. Ses longs cheveux ternes autrefois, paraissaient étincelants et pleins d'envergures. Lorsqu'elle revenait, elle disait des mots que je ne comprenais pas, des mots qui venait de loin. Sa voix résonnait maintenant comme une musique, une mélodie latine. Elle ne su jamais à quel point je désirais lui ressembler.
Elle était partie à trois reprises, et chaque fois je pouvais voir en elle le flou et l’indécis, malgré l'apparence trompeuse d'une femme épanouie. Elle revenait noyée de souvenir, comme perdue dans une végétation profonde. Certes, elle était fatiguée, isolée. Mais c'est là qu'à mes yeux je voyais une femme différente, riche d'un voyage grandiose, arborante de nouvelles cultures et avant tout persévérante avec le courage et la détermination d'affronter milles dangers. Elle était devenue pour moi, particulièrement grande dans ce qu'elle faisait. Mais seulement pour moi. Elle restait pour d'autres quelqu'un de naturellement simple.

7

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Salut tout le monde, comme j'ai pu le constater, on a pas eu la meme facon de "raisonner".
Pour ma part j'ai priviligié les diverses comparaisons("...comme une déesse...le role d'une mère, attentionnée,...), mais je n'ai pas raconté comme la facon dont vous le faites, c'est à dire sous forme de description et pendant un certain moment(jeu de criquet pour un, l'autre qui l'observe dans la chambre,...).
Et c'est ca le probleme, j'ai privilégié les comparaisons et tout d'autres moyens littéraires au lieu de m'intéresser au contexte de mon histoire.
En meme temps c'était la première fois que je faisais une invention, je suis habitué à la dissertation, mais il faut l'avouer que je n'étais pas du tout inspiré.

A part ce petit(ou gros) détail j'espère quand meme avoir une note convenable. Je l'aurai bien réecris, mais j'ai jeté mon brouillon.

Bravo à vous pour vos inventions, pour moi c'est la bonne note assurée 

8

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

Bonjour tout le monde, tout d'abord bravo pour vos sujets d'invention j'aime beaucoup le premier. J'aurais aimé avoir votre avis sur ce que j'ai choisi. Évidemment j'ai tout de suite pensé en voyant la consigne à un être humain mais en y réfléchissant l'intitulé était "le portrait d'un être ordinaire" j'ai donc choisi un animal pour sortir du lot de toutes les copies sur une mère, grand-mère etc... Je suis en hors sujet? (ou pas?)

Merci d'avance bonne journée/soirée ! 

9

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

  Voici mon sujet d'invention, j'ai fait quelque chose d'assez osé et original je vous laisse découvrir

    Il s'appelait Maxime, mais on
le surnommait tous Max. Je me demandais pourquoi on l'avait appelé ainsi, mais on me rétorquait que c'était synonyme de grandeur, qu'il réalisera de grandes choses, comme si le prénom avait une influence sur la personne. Personnellement je n'y croyais pas vraiment car je m'étais toujours dit que personne n'échappe à une
destinée et un prénom n'y changerait rien.
    Je me souviens du jour où à nous deux, on s'amusait à taper dans la balle, dans une ambiance bon-enfant. Il courrait très vite, bien plus vite que moi. Malgré tout, j'arrivais à remporter nos duels, et c'est ce qui le mettait
le plus en rogne. La défaite avait pour lui un goût amer et j'appréciais cet esprit combattif et compétitif mais à la fois animal qui me poussait à faire mieux.
On rentrait chez nous, haletant, complètements épuisés. On se précipitait pour se faufiler sous une couverture assez douce, souvent une pour deux. Mais préférable à l'amitié, était la fraternité. On était si complices, à l'image de frères. C'était un frère. Car effectivement, on se connaissait depuis tout jeunes, on a grandi ensemble, mangé ensemble, joué ensemble. Et après tout ce temps il était toujours auprès de moi, à ma regarder fixement avec ses grands yeux noisettes qui me dévisageaient. Sans même un mot de prononcé, je comprenais ses pensées et entendais ses sentiments. Parfois même, il esquissait un petit sourire à s'en décrocher la mâchoire et portant fièrement une dentition parfaite, brillante et blanche.
     En revanche, c'était une petit tête blonde et avait une gueule sympathique qui attendrirait les plus stoïques.
Je me souviens aussi des moments où on se brossait les dents. Cela peut paraître anodin, mais à chaque fois il devait prendre un escabeau pour atteindre le miroir situé au dessus du lavabo. Cela me faisait rire et je ne manquais pas de me moquer de lui.
    Mais après tout, la taille représente-t-elle la personne ? Quiconque qui aurait lu Micromégas de Voltaire aurait compris que non. Et c'est en cela que j'ai commencé à croire à la signification de son prénom, et qu'effectivement, malgré sa petite taille, cela ne reflétait en rien son intelligence et sa volonté de vivre car sont indépendants du physique. Aujourd'hui je peux le dire, même si Max était mon fidèle chien, je continue de croire qu'il a effectivement réalisé de grandes choses. Il m'a façonné autant moralement que physiquement.
Et oui, la seule chose dont on peut être certain, c'est qu'une fois que la fatalité passe, elle emporte avec elle un être qui nous est cher.

10

Bac de français 2013, séries S et ES - Sujet d’invention

nelson13 a écrit :

Bravo à vous pour vos inventions, pour moi c'est la bonne note assurée 

Modestie, quand tu nous tiens