La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Bonjour,

J'ai entendu dire au cours de mon année scolaire que le marquise de Merteuille dans les Liasons Dangereuses de Pierre Choderlos de Laclos était un personnage qui a un destin et qui va au bout de sa passion (et qui par conséquent peut offrir un modèle social).

N'ayant pas le temps de lire le livre j’appréciai que l'on m'explique en quoi la Marquise de Merteuil à t-elle un destin et va t-elle au bout de sa passion?

La réponse pourrai me servir d'exemple dans un sujet de dissertation, il me l'a faudrai donc avant demain, car le bac à lieu mercredi.

Merci d'avance 

La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Vous n'avez pas lu le roman ? N'en parlez pas dans votre dissertation, c'est plus sûr... ou lisez le roman !

Tous les personnages de roman ont un destin, et le destin, c'est le roman. La caractéristique essentielle de Merteuil est  qu'elle n'éprouve aucune passion.

La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Pas même de la haine ? Elle montre tout de même dans plusieurs lettres une intense fureur, ne croyez-vous pas ?

La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Bonjour,
          Tout d'abord la Marquise de Merteuil incarne le libertinage. Elle va démontrer que même dans une société patriarcale, une femme intelligente peut s'émanciper. En devenant une personne respectée, à qui on confie même les jeunes femmes qui sortent du couvent (cf. Volange) elle peut cacher impunément ses véritables intentions. Elle va se forger son destin (voir lettre LXXXI) ce qui met en évidence le contraste entre elle et Mme de Tourvel, la dévote, qui suit les sentiers battus. Ainsi, l'une devient une femme dangereuse tandis que l'autre devient une femme malheureuse.

La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Salutations ! 

J'aimerais tout d'abord apporter une nuance sur le libertinage, il n'avait pas du tout le même sens à l'époque de Laclos : être libertin, c'était avant tout être un libre penseur, un individu qui rompt avec les dogmes, qui s'affranchit de toute doctrine, qu'elle soit philosophique, religieuse ou autre. Ce côté très libre comportait aussi, pour certains, une sexualité plus débridée que l'exigeaient les conventions de l'époque et c'est ce sens qui prévaut de nos jours.

Ensuite je te conseille de lire le roman, c'est un chef d'oeuvre, vraiment. Chaque personnage a son style d'écriture, style qui évolue au fur et à mesure du roman et de leur caractère, l'intrigue est très intéressante à suivre (de mon point de vue, chacun ses goûts) et très bien ficelée. La langue du dix-huitième siècle est de plus très agréable à lire (mais là encore, c'est mon point de vue) et le roman entier est ambigu, il y a de quoi se faire plaisir en interprétations et réflexions ! 

Enfin, si tu éprouves le besoin de le lire rapidement ou du moins de connaître les grandes lignes, je te conseille l'adaptation cinématographique du même nom de Stephen Frears qui est excellente (1988). Certes, il s'agit d'une interprétation (l’ambiguïté du roman est bien moins retranscrite) mais il reste fidèle.

Bon courage !

EDIT : Ah, et en ce qui concerne la "passion" de Merteuil, cela dépend ce que l'on entend par passion... On peut de plus percevoir de la jalousie dans ses propos à Valmont, n'oublions pas qu'ils sont d'anciens amants !

La marquise de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses de Laclos

Bonsoir, j'ai un devoir à rendre sur l'évolution de la Marquise de Merteuil des Liaisons Dangereuses par Laclos. Je sais que chaque personnage a, surtout dans ce roman épistolaire, un style d'écriture qui évolue au fur et à mesure que l'on avance dans l'histoire. Leur écriture reflète des traits de leur personnalité. Ainsi, j'ai réussi à trouver trois axes:
1. La sournoiserie de Merteuil
2. Merteuil indépendante et révoltée
3. Avec un fort estime de soi

J'ai beaucoup d'informations sur ma première et deuxième sous partie, seulement pour la troisième je n'ai que relevé que Merteuil se sent supérieur aux autres femmes (lettre 81). Qu'en pensez vous?