Montaigne, Essais, livre III, chapitre 13 - J'ai un dictionnaire tout à part moi...

bonjour, pour l'oral de Français j'ai une lecture analytique sur montaigne, notre prof a choisi ce texte dans une sequence portant sur le bonheur, je galere pour travailler ce texte difficile
mes pistes pour le moment : -une conception particulière de la vie  -une crtitique des stoiciens
avez vous d'autres idées de pistes svp et pouvez vous m'aider pour l'analyse de la strategie argumentative de montaigne
et enfin pouvez vous m'envoyez des question type oral du bac pour mieux travailler ce texte
merci

le texte est ci-dessous:

J'ai un dictionnaire tout à part moi : je passe le temps, quand il est mauvais et incommode ; quand il est bon, je ne le veux pas passer, je le retâte, je m'y tiens. Il faut courir le mauvais et se rasseoir au bon. Cette phrase ordinaire de passe-temps et de passer le temps représente l'usage de ces prudentes gens, qui ne pensent point avoir meilleur compte de leur vie que de la couler et échapper, de la passer, gauchir, et, autant qu'il est en eux, ignorer et fuir, comme chose de qualité ennuyeuse et dédaignable. Mais je la connais autre, et la trouve, et prisable, et commode, voire en son dernier decours, où je la tiens; et nous la nature mise en mains, garnie de telles circonstances, et si favorable que nous n'avons à nous plaindre qu'à nous si elle nous presse et si elle nous échappe inutilement. "La vie de l'insensé est sans joie, elle est agitée, elle se porte toute entière dans l'avenir." Je me compose pourtant à la perdre sans regrets, mais comme perdable de sa condition, non comme moleste et importune. Aussi ne sied-il proprement bien de ne déplaire à mourir qu'à ceux qui se plaisent à vivre. Il y a du ménage à la jouir; je la jouis au double des autres, car la mesure en la jouissance dépend du plus ou moins d'application que nous y prêtons. Principalement à cette heure que j'aperçois la mienne si brève en temps, je la veux étendre en poids; je veux arrêter la promptitude de sa fuite par la promptitude de ma saisie, et par la vigueur de l'usage compenser la rapidité de son écoulement; à mesure que la possession de vivre est plus courte, il me la faut rendre plus profonde et plus pleine.

(...)

Ce sont gens qui passent vraiment leur temps; ils outrepassent le présent et ce qu'ils possèdent, pour servir à l'espérance et pour des ombrages et vaines images que la fantaisie leur met devant,

Semblables à ces fantômes qui voltigent, dit-on, après la mort
Ou à ces songes qui trompent nos sens endormis,

Lesquelles hâtent et allongent leur fuite à même qu'on les suit. Le fruit et but de leur poursuite, c'est poursuivre, comme Alexandre disait que la fin de son travail, c'était travailler,

Croyant n'avoir rien fait tant que quelque chose restait à faire.

Pour moi donc, j'aime la vie et la cultive telle qu'il a plu à Dieu de nous l'octroyer. Je ne vais pas désirant que soit supprimée la nécessité de boire et de manger, et me semblerait faillir non moins excusablement de désirer qu'elle l'eût double (" Le sage recherche avec beaucoup d'avidité les richesses naturelles"), ni que nous nous sustentissions mettant seulement en la bouche un peu de cette drogue par laquelle Epiménide se privait d'appétit et se maintenait ni qu'on produisît stupidement des enfants par les doigts ou les talons, mais, parlant en révérence, plutôt qu'on les produise encore voluptueusement par les doigts et par les talons, ni que le corps fût sans désir et sans chatouillement. Ce sont plaintes ingrates et iniques. J'accepte de bon cœur et reconnaissant ce que nature a fait pour moi, et m'en agrée et m'en loue. On fait du tort à ce grand tout puissant donneur de refuser ce don, l'annuler et défigurer. Tout bon, il a fait tout bon. « Tout ce qui est selon la nature est digne d'estime.

Montaigne, Essais, livre III, chapitre 13 - J'ai un dictionnaire tout à part moi...

Quelle est la vision du bonheur proposée dans ce texte ?
En quoi cet extrait est-il l'écrit d'un sage ?

Montaigne, Essais, livre III, chapitre 13 - J'ai un dictionnaire tout à part moi...

Magnifique texte !

14

Montaigne, Essais, livre III, chapitre 13 - J'ai un dictionnaire tout à part moi...

bonjour,
je passe lundi mon oral de français et je bloque sur un texte, c'est un extrait Essais, tiré du Livre III, chapitre 13 de MONTAIGNE
de "j'ai un dictionnaire" à "la nature est digne d'estime"
je ne comprend pas vraiment les grandes Idées de ce texte.

merci pour votre réponse.

15 (Modifié par Yvain 29/06/2019 à 13:39)

Montaigne, Essais, livre III, chapitre 13 - J'ai un dictionnaire tout à part moi...

Bonjour,

Ne pouvez-vous pas dégager l'idée maîtresse de ce texte (malheureusement coupé) ?

Quels sont les noms qui reviennent souvent (tenez compte aussi des pronoms qui renvoient à ces noms) ?

Et c'est "et nous l'a nature mise en main" (= et nature nous l'a mise en main).