La sonorisation d'une consonne

Bonjour,
Est-ce que c`est vrai qu`on prononce la lettre t comme le son [d] dans "Que dites-vous"
Pourquoi?
Y a-t-il encore des exemples de ce phénomène?
mes salutations les plus distingués.

La sonorisation d'une consonne

Une consonne sourde se "sonorise" fréquemment quand elle est immédiatement suivie d'une consonne sonore. Ici, le t sourd se sonorise en d sous l'influence du v sonore de "vous" qui le suit immédiatement dans une prononciation rapide.

Même phénomène, par exemple, dans la finale "-isme" , prononcée i"zme".
Le s sourd se sonorise en z sous l'influence du m sonore qui suit.

Le phénomène inverse s'observe aussi : une consonne sonore tendra à s'assourdir quand elle est suivie d'une consonne sourde. Ainsi, par exemple, le b de "obscur" s'assourdit en p sous l'influence du s sourd qui suit.

Ce sont d'ailleurs les prononciations indiquées par les dictionnaires (Tlf, Robert...) dans leurs transcriptions phonétiques.

3

La sonorisation d'une consonne

Jehan a écrit :

Même phénomène, par exemple, dans la finale "-isme" , prononcée i"zme".
Le s sourd se sonorise en z sous l'influence du m sonore qui suit.

Sur ce cas particulier, n'est-ce pas une erreur, justement, peut-être sous l'influence de la prononciation anglo-saxonne ? Ne devrait-on prononcer "issm" et non "izm" ?

4

La sonorisation d'une consonne

Oui, c'est considéré comme une prononciation "vicieuse" (comme on disait autrefois !) selon la norme actuelle, mais pour combien de temps encore ? L'usage est maître, et il nous fait prononcer aujourd'hui sans problème dix-neuf comme diz-neuf, ce qui a peut-être choqué les premiers qui l'ont entendu ainsi. Le même phénomène est en cause dans les deux cas.

5

La sonorisation d'une consonne

Je comprends.
Ce qui m'inquiète plus, c'est l'évolution qui va vers une simplification, laquelle risque d'appauvrir la langue et ses richesses (je pense au fameux dé'jner où c'est carrément le "eû" qui saute...).
Puisqu'on en est aux stupidités journalistiques, j'ai entendu hier sur une grande chaîne :
- c'est le trentième anniversaire de la découverte du virus VIH
- le ministre de l'Intérieur a commémoré une cérémonie à Noisy-le-Grand

La sonorisation d'une consonne

je pense au fameux dé'jner où c'est carrément le "eû" qui saute...

Dans ce cas, tu aurais plutôt dû noter cela "déj'ner", non ? 

"Stupidité" est peut-être un mot un peu fort pour qualifier "virus VIH".
Je n'y vois qu'un petit pléonasme d'insistance, 
puisque le V est également l'initiale de "virus", mais à part ça...

7

La sonorisation d'une consonne

Oui, Jehan, il s'agit bien du trop fameux déj'ner.

Sur les pléonasmes, certes je suis un peu méchant, mais si je commençais à noter toutes les horreurs que je lis et j'entends, je pense que nous aurions un florilège assez désastreux.

Il y a déjà eu déjà des livres écrits par des enseignants, qui relevaient les erreurs courantes du moment, notamment dans les médias.

Je suis assez partagé sur l'idée de faire, sinon un livre, au moins un fil sur le sujet : d'un côté on en rit, de l'autre, à force de lire des fautes de tous ordres, le risque est réel de s'imprégner de tout ça et de le resservir un jour par mégarde. 

La sonorisation d'une consonne

Il y a déjà eu un sujet de vingt pages à ce propos.
Tu peux le consulter ici... et continuer à l'alimenter à l'occasion, puisque le sujet semble t'inspirer ! 

https://www.etudes-litteraires.com/foru … chent.html

9

La sonorisation d'une consonne

Jehan a écrit :

Ainsi, par exemple, le b de "obscur" s'assourdit en p sous l'influence du s sourd qui suit.

Ce sont d'ailleurs les prononciations indiquées par les dictionnaires (Tlf, Robert...) dans leurs transcriptions phonétiques.

L'ancienne prononciation reste-elle correcte ? Personnellement, je n'ai jamais prononcé "opskur".

La sonorisation d'une consonne

"obscur" n'est pas l'ancienne prononciation, c'est la prononciation théorique du fait de la graphie.
Mais en pratique, et pour les raisons phonétiques évoquées plus haut, la prononciation spontanée  est en fait "opscur" pour la plupart des personnes, même si elles ne s'en rendent pas forcément compte sur le moment. Cela dit, ce n'est pas un problème. Que l'on prononce "obscur" ou "opscur", on sera tout de même compris sans confusion possible.