Comment expliquez-vous la fascination du théâtre pour les personnages monstrueux ?

Bonjour tout le monde, je suis nouveau et j'aurais besoin d'un petit peu d'aide pour un travail.
Je suis en seconde et, après avoir conclu une séquence sur "Médée" de Corneille, notre professeure nous a donné comme sujet de dissertation: "Comment expliquez vous la fascination du théâtre pour les personnages monstrueux?"

Alors voilà, le sujet est vaste, et j'ai là une amorce de plan analytique

I- Constat: Pièces aux personnages monstrueux
1) Pièces aux monstres --> d' apparence physique monstrueuse (Monstres de la mythologie grecque, Le Cyclope d'Euripide, le bouffon Triboulet dans "le roi s'amuse" de Hugo...)
2) Pièces aux monstres --> monstrueux psychologiquement, moralement (Médée, Cléopatre dans Rodogune de Corneille, Phocas dans Héraclius de Corneille, Athalie de Racine, Mahomet de Voltaire....)

II- Causes
1) Fascination des dramaturges  (travail réflexif de ce qui nous attire et nous repousse à la fois; pouvoir esthétique des monstres pour fasciner le public...)
2) Fascination des spectateurs (Catharsis, exutoire aux fantasmes, plaisir face au spectacle de la monstruosité sans être directement impliqué...) 

Puis-je avoir votre humble avis? 

Quelqu'un, s'il vous plaît ? 
(coucou à la seconde 11)

2

Comment expliquez-vous la fascination du théâtre pour les personnages monstrueux ?

Tu pourrais rattacher le monstre tragique aux ressorts essentiels selon Aristote et Racine : terreur et pitié...
Le monstre comique (type exacerbé) comme Harpagon se prête bien à la caricature qui dénonce le ridicule.

La question fondamentale qui est posée est bien de savoir si le monstre est encore un être humain, et pour reprendre Baudelaire, notre semblable, notre frère.

Comment expliquez-vous la fascination du théâtre pour les personnages monstrueux ?

Merci beaucoup  je l'ai déjà rédigé et je suis allé dans ce sens, même si je n'ai pas énormément développé les "monstres" du comique. Encore merci pour votre aide.


Calin à la seconde 11!