1

Pourquoi écrire de la poésie ?

Bonjour,

Je vous pose cette question non pas dans le but d'une dissertation ou quoi que ce soit du genre, mais simplement pour lancer un débat, ou du moins une discussion qui me paraît intéressante.

Pourquoi écrire de la poésie ?

L'une des réponses qui me vient immédiatement en tête est celle de l'auteur comme prisme, prophète, ou encore médiateur. Un auteur crée pour donner à voir quelque chose que le "commun des mortels" ne verrait pas à l'oeil nu sans passer par la traduction de l'artiste. Au fond, ce que Sartre dit : « Un des principaux motifs de la création artistique est certainement le besoin de nous sentir essentiels par rapport au monde ».
Mais cette réponse, me paraît trop générale, pas assez spécifique à la poésie puisqu'on peut l'étendre à tous les artistes, qu'ils soient romanciers, dramaturges, poètes, peintres ou même cinéastes et chanteurs.
En poussant ainsi un peu plus loin ma réflexion, j'ai trouvé quelques motivations - si je puis dire - peut être plus liées à la poésie qu'aux autres genres littéraires. Par exemple, l'écriture comme expression d'un sentiment très fort ou d'une passion. Par exemple : après un deuil ("Demain, dès l'aube..." de Victor Hugo ou même le recueil À la lumière d'hiver de Philippe Jaccottet), après l'exil (Victor Hugo, encore), après une rencontre/séparation amoureuse (exemples à foison) etc...
Cela peut également venir, comme le dit Paul Valéry, d'une "nécessité intérieure", un besoin de transcrire quelque chose par écrit. Là encore, quel est donc ce "quelque chose" ? Saint John Perse dira à ce propos que  « à la question toujours posée : "Pourquoi écrivez-vous ?" La réponse sera toujours la plus brève : "Pour mieux vivre." » L'écriture poétique comme exutoire ?

Toutes ces petites réflexions m'ont alors amenée à me poser une autre question, qui je le crois est au moins toute aussi essentielle : comment écrire ? En effet, lorsque l'on voit le champs des possibilités créatrices et littéraires qu'offre le genre poétique, comment choisir quel "type" de poème écrire pour tel sujet plutôt que pour tel autre. Ainsi, je me demande s'il n'y a pas un lien entre la nature du sentiment poétique (ex : la souffrance) et l'écriture poétique en elle-même (ex : pour le deuil, un poème plutôt lyrique et classique, à la Hugo).

Voilà, voilà, je pense avoir exposé mon problème assez en détails, j'attends maintenant avec impatience vos réponses et vos analyses ! 

2

Pourquoi écrire de la poésie ?

Bonsoir Pénélope,

C'est une vraie question que tu poses là.. Tu cites Sartre et Saint-John Perse, j'avoue que je préfère ce que dit le deuxième. Parce que je pense véritablement que la poésie - et la littérature en générale - a "à voir avec la vie" comme le dit Deleuze ou comme le suggère Char dans ses recueils. Je crois que là est tout l'enjeu de l'écriture poétique : sa relation directe avec la vie. C'est pour cela que je soutiens ce que tu penses à propos de la motivation de l'écriture, le poème est d'autant plus nécessaire quand il se rattache à un événement concret ou un sentiment réel. C'est d'ailleurs le cas de la majorité des œuvres poétiques. En ce sens je pense que c'est l'une des caractéristiques littéraires qui est beaucoup plus poétique que romanesque ou théâtrale.

Certains ont dit que la poésie "répare le monde" et je pense que c'est là son deuxième point essentiel. Même s'il y a une connexion entre l'individu et le "monde" en général, la poésie peut s'adresser de manière plus ouverte et concerner l'ensemble des individus. Alors je crois que si l'on écrit pour se soigner d'abord soi-même, on soigne par la même occasion toute autre personne qui fait face au même problème. Mais tout ça reste un peu formel et j'avoue que je conçois la poésie comme l'expression esthétique et verbale de ce qui -en nous- a besoin d'être matérialisé. Il y a cette étrangeté, celle d'écrire puis de lire ce qui est à l'intérieur. C'est une sorte de traduction qui s'opère, entre la pensée et le poème, c'est toujours compliqué de parfaitement retranscrire une pensée ou un sentiment. De pouvoir le retrouver tel qu'on le vit dans une phrase, un vers ou un poème. Une fois que c'est fait, il y a un certain soulagement à lire clairement ce que l'on a voulu exprimer, et la poésie est la forme littéraire la plus pratique de ce côté là. Sans compter que l'aspect sonore du poème permet de mieux retranscrire les choses. Alors entre la beauté, le soulagement, la contemplation de sa propre joie ou de sa propre douleur, la poésie est là. Elle est pleine de vie, et sans vouloir faire de joute verbale la vie est elle aussi pleine de poésie.

Merci d'avoir posé cette question, ça fait du bien de repenser ces choses de temps en temps. Sinon, d'après tes quelques références, je vois que nous apprécions la même poésie   J'adore ce petit recueil de Jaccottet, A la lumière de l'hiver.

Euphé.

Pourquoi écrire de la poésie ?

Bonsoir,

Comme vous, je trouve également cette question essentielle, surtout si l'on écrit parfois.
Beaucoup d'auteurs ont essayé d'y répondre à leur manière et si pour certain l'écriture est un exutoire, elle doit, pour d'autres, n'exister que pour ce qu'elle est, pour sa seule beauté. On peut ainsi penser aux poètes romantiques qui sont de grands sentimentaux, face aux partisans du Parnasse.

Pour moi, la relation entre les sentiments éprouvés et le poème réalisé est indispensable. Platon affirmait déjà : "Touché par l'amour, tout homme devient poète", ce qui nous montre bien que les émotions sont la source de l'inspiration et que sans elles, il n'y a pas de production. Cette idée est aussi reprise de manière encore plus explicite et imagée par Théophile Gautier dans Le pin des Landes. Il y compare en fait le poète à un pin qui s'élève majestueusement dans le "Sahara français" (les Landes) et qui est victime de l'homme, de la société. En effet, pour extraire la sève de ce pin, il faut "ouvr[ir] un large sillon" dans son tronc. Ainsi à l'image de cette figure,
" Le poète est ainsi dans les Landes du monde;
Lorsqu'il est sans blessure, il garde son trésor.
Il faut qu'il ait au coeur une entaille profonde
Pour épancher ses vers, divines larmes d'or !"
Je trouve cette image sublimement juste, pas vous ?

On peut aussi penser que le poète est chargé d'une mission. On pourrait citer Le lombric de Jacques Roubaud, dans lequel comme le ver de terre qui laboure les sols et aère les terres, le poète "laboure les mots, qui sont comme un grand champ // où les hommes récoltent les denrées langagières". Le poète devient ainsi indispensable à la survie du langage qui ne doit pas étouffer "sous les paroles mortes" (comme le sol sous des feuilles mortes). On peut aussi entendre parler du poète "prophète" qui dénonce les injustices de son temps, voit plus loin que la société (L'albatros de Beaudelaire) ou redonne espoir à ses semblables (Lux de Victor Hugo). Il est une sorte de porte-parole qui peut faire preuve d'engagement politique par exemple (poètes de la résistance, Victor Hugo avec L'Enfant). Ces différents aspects sont repris dans Fonction du poète d'Hugo, une fois encore. Je ne sais pas si le fait que le poète soit chargé d'une 'mission' est indispensable pour qu'un poème me touche, j'en doute, même si la démarche est des plus respectables.

Ainsi le Parnasse est tout l'inverse de la poésie romantique. Ce mouvement prône le concept de 'l'art pour l'art'. Théophile Gautier affirmait : "Il n'y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid, car c'est l'expression de quelque besoin, et ceux de l'homme sont ignobles et dégoûtants." (précisions : https://www.etudes-litteraires.com/foru … -lart.html). C'est pourquoi les poèmes de ce mouvement sont pleins de mots compliqués, de grandes images mais restent, pour moi, bien fades. Je ne les trouve pas beaux mais plutôt durs et froids comme Gautier les décrit (de manière positive, lui) : "Sculpte, lime, cisèle; // Que ton rêve flottant // Se scelle // Dans le bloc résistant !". Je préfère de loin les Nuits de Musset, les Fleurs du Mal de Beaudelaire et même du Rimbaud qui à mon goût sont bien plus intéressants, prenants, captivants.

Ainsi en réponse à ta question, je suis d'avis pour dire qu'écrire peut en effet nous aider à aller mieux et que c'est une sorte d'exutoire selon moi. Je pense qu'en lisant un poème, on doit pouvoir ressentir tout ce que le poète ressentait au moment de l'écriture. C'est pour ça qu'en ce qui concerne la forme des écrits, le meilleur choix serait peut être de faire comme ça vient et de ne se fier qu'à son coeur.

Amicalement 

4

Pourquoi écrire de la poésie ?

Merci à vous deux pour vos réponses aussi intéressantes que détaillées ! 
Effectivement, la citation de Gautier est très belle et très juste, je la note !

5

Pourquoi écrire de la poésie ?

Puis-je répondre par une pirouette en évoquant les questions qui me viennent immédiatement à l'esprit en lisant la tienne :
Pourquoi lire de la poésie ?
Écrit-on de la poésie pour être lu ?

Je vais y réfléchir. 
Merci pour ce débat et les intéressantes réponses déjà apportées.

Pourquoi écrire de la poésie ?

Bonne remarque Freddy !

Je pense que la raison pour laquelle nous lisons de la poésie est assez personnelle en général.
Peut-être aimons nous simplement la musicalité des vers ? la beauté des images employées ? les émotions que nous ressentons à leur lecture ? Ou bien, identifions-nous à l'auteur ?

Personnellement, c'est pour les émotions que je peux ressentir et pour l'admiration que j'éprouve à l'égard de ces poètes que j'aurais aimé rencontrer que je me plonge dans la lecture de poèmes.

En ce qui concerne le fait d'écrire pour être lu, je reprendrais ce que j'ai évoqué précédemment pour affirmer que je pense que c'est un exutoire et qu'elle nous est utile personnellement avant de pouvoir l'être à d'autres. Ainsi je pense que ce n'est pas pour être lu qu'on écrit ( sauf pour les Parnassiens ?  ) mais que rien ne nous empêche de les partager pour vérifier les effets qu'ils pourraient produire ...

Amicalement 

7

Pourquoi écrire de la poésie ?

Pourquoi écrire de la poésie ? La question de la finalité et du but de l'art est une grande question, oui. La poésie est un exutoire, certes, mais pas seulement, pardon pour le pléonasme, un exutoire "personnel". Tu cites Victor Hugo, c'est Victor Hugo lui-même qui écrivit dans la préface des Contemplations:

"Est-ce donc la vie d’un homme ? Oui, et la vie des autres hommes aussi. Nul de nous n’a l’honneur d’avoir une vie qui soit à lui. Ma vie est la vôtre, votre vie est la mienne, vous vivez ce que je vis ; la destinée est une. Prenez donc ce miroir, et regardez-vous-y. On se plaint quelquefois des écrivains qui disent moi. Parlez-nous de nous, leur crie-t-on. Hélas ! quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. Comment ne le sentez-vous pas ? Ah ! insensé, qui crois que je ne suis pas toi !"

La poésie doit dépasser le simple récit d'une expérience personnelle, il doit viser l'universalité pour toucher le lecteur et c'est pour ça que nous aimons lire de la poésie. Parce qu'elle agit comme un miroir de nos sentiments, nous plonge dans une introspection plus ou moins spirituelle...
À mon avis, beaucoup lisent la poésie pour la beauté des vers, ces tournures qui forme une harmonie musicale et surtout les images employées qui sortent de l'ordinaire. Car la poésie c'est un charivari du langage, c'est fait d'associations surprenantes... Je pense à la citation de Sartre dans Qu'est-ce que la littérature ? : "Les poètes sont des hommes qui refusent d'utiliser le langage." Les poètes refusent le langage ordinaire, banal, le langage de tous les jours, le prosaïque. La poésie c'est une redécouverte du langage et par cette redécouverte du langage il y une recherche de la vérité, oui, de l'indicible, de l'ineffable... C'est ce qui fait la particularité de la poésie, c'est sa capacité incantatoire, quasi-sybilline, à exprimer des choses qui touche directement l'âme, c'est pas juste des associations hasardeuses et hop ça fait de la poésie.

Quant au fait de "la poésie faite pour être lue", je trouve que c'est un point délicat. On entre la dans le domaine des intentions de l'auteur, si il est intéressé ou pas, mais est-ce que cela importe vraiment ? La beauté d'un poème sera t-elle entachée si vous apprenez par la suite que l'auteur ne ressentait pas vraiment ce qu'il a écrit ? Dans les faits ça restera quand même un poème avec une réelle qualité littéraire. Bien sûr que c'est plus beau si le poète ressent ce qu'il écrit, si on est dans le domaine de l'authenticité... Mais on entre après dans un débat moral et non esthétique/artistique. Certains sont dans l'authenticité et écrivent dans un rapport complètement désintéressé, d'autre pour répondre à un besoin de création, d'autres répondent à un besoin de catharsis, d'autre écrivent pour la gloire... C'est une question qui peut avoir de multiples réponses. La poésie apporte à chacun une illumination, chacun en a une vision personnelle et c'est ça qui est merveilleux avec la poésie c'est qu'elle provoque une illumination qui semble universelle mais une illumination que chacun définit à sa manière et qui devient donc personnel. La poésie ne se limite pas à "C'est beau, c'est bien dit." lire de la poésie à mon avis ça s'apprend petit à petit, c'est un travail de l'esprit. C'est ne pas se fermer devant l'hermétisme des vers d'un Mallarmé ou d'un Claudel mais c'est se laisser doucement bercer par les images primitives qui nous viennent, la poésie c'est d'abord un flot de sensations, ensuite on peut essayer d'analyser pour en retirer une analyse plus structuré.

En ce qui concerne le fait d'écrire pour être lu, je reprendrais ce que j'ai évoqué précédemment pour affirmer que je pense que c'est un exutoire et qu'elle nous est utile personnellement avant de pouvoir l'être à d'autres. Ainsi je pense que ce n'est pas pour être lu qu'on écrit ( sauf pour les Parnassiens ?   ) mais que rien ne nous empêche de les partager pour vérifier les effets qu'ils pourraient produire ...

Et la poésie engagée dans tout ça ? Le poète mage, le prophète ? C'est-à-dire Hugo par exemple, lyrisme et engagement ne sont pas incompatibles. La poésie c'est un exutoire mais aussi un message, on écrit pour être lu, oui. Ainsi on évoque ses sentiments personnels mais pour servir une cause et pour faire connaître celle-ci au peuple. La poète a le don de toucher et il n'hésite pas à s'en servir, comme les poèmes d'Éluard ou de Desnos durant le guerre. Comme je l'ai dit plus tôt je pense que c'est très délicat comme question. Le mythe du poète comme un être pur et désintéressé est souvent véhiculé par la beauté des vers qui sont presque divin et donc loin de toute vanité. Pour te dire, Ronsard voulait que ses vers soient lu à l'oral, ma professeur de genre poétique à émis deux thèses à ce sujet: Soit il voulait recréer ce souffle lyrique, que le poète soit comme un chant, soit il voulait que ses vers soient entendu par deux publics: Le lecteur et l'allocutaire. Oui, ça sonne comme une stratégie commercial mais certain poètes veulent exister, veulent que leur nom reste dans l'histoire, avoir une distinction. L'ambition poétique je pense que tu peux en trouver de toutes les couleurs mais vaut mieux pas s'attacher aux volontés personnelles d'un auteur, c'est surtout la valeur de son texte qui doit primer.

Voilà ce qu'il en est pour mon avis ! La poésie est un des genres les plus passionnants.

Pourquoi écrire de la poésie ?

Merci

Pourquoi écrire de la poésie ?

Je ne pourrais pas faire une longue réponse, je n'ai pas les connaissances nécessaires, mais je souhaite juste apporter ma pierre à l'édifice, en citant Baudelaire, parlant de Paris : "Tu m'as donné de la boue et j'en ai fait de l'or."

Je travaille justement sur un TPE portant sur l'esthétique de la laideur, et nos recherches sont pour l'instant plus axées sur la poésie.

Est-ce que Baudelaire, dans cette citation, ne nous dit pas que la poésie est le moyen qu'utilise le poète pour donner une dimension esthétique à toute les choses du monde, même les plus laides, surtout les plus laides ?

De Léah :
Le poête, alchimiste du Verbe (cf: Rimbaud et son Alchimie du Verbe), transforme le laid en beau.

Et je te conseille de te rendre sur ce sujet : https://www.etudes-litteraires.com/foru … eaute.html

10

Pourquoi écrire de la poésie ?

Selon moi, je dirais
qu'il des gens qui écris de la poésie pour réclamer ce qui se trouve au fond de lui même que ça soit du bonheur,malheure,la tristesse,la joie,la haine etc...
Ya d'autre aussi qui écris par simple plaisir