Distinction entre le signe linguistique chez Saussure et le morphème chez Noam Chomsky

bonsoir

pouvez vous m'aider dans cette recherche ? car j'ai cherché et cherché mais je n'ai pas trouvé ce que je veux

la question est :

quelle est la distinction entre la notion du signe linguistique chez saussure et la notion du morphème chez Chomsky?

en moins la définition du morphème de Chomsky?

moi j'ai trouvé celle là mais je ne l'ai pas bien comprise:

les morphèmes sont les éléments qui composent les suites syntagmatiques terminales engendrées par la base de la grammaire (soit l'ensemble des règles syntagmatiques et le lexique) avant l'application des transformations.

merci d'avance

Distinction entre le signe linguistique chez Saussure et le morphème chez Noam Chomsky

Ce que vous venez de dire:"les morphèmes sont les éléments qui composent les suites syntagmatiques terminales engendrées par la base de la grammaire (soit l'ensemble des règles syntagmatiques et le lexique) avant l'application des transformations " est totalement dénué de sens .

3

Distinction entre le signe linguistique chez Saussure et le morphème chez Noam Chomsky

C'est vrai que c'est particulièrement abscons. Cela dit, cette définition est extraite de l'article sur le morphème de  l'Encyclopédiæ Universalis...


Juste pour le plaisir, un autre extrait :

"Dans le cadre de l'analyse en constituants immédiats, variante du distributionnalisme, on appelle morphème la plus petite unité douée de sens (la plus petite unité de première articulation), qui s'oppose au phonème, petite unité segmentale, dénuée de sens dans la chaîne du discours."

 

Distinction entre le signe linguistique chez Saussure et le morphème chez Noam Chomsky

La définition choisie correspond en grammaire générative à celle des linguistes qui opposent le morphème «élément de formation apportant l'aspect grammatical à un élément de signification» (Vendryes, Langage, p.86). II. 1952) au formant « élément minimal constituant les suites qui représentent les phrases après l'application de toutes les transformations » (d'apr. N. Ruwet, Introd. à la gramm. générative, Paris, Plon, 1967, p. 207.
Donc, si j'ai bien compris, ce qu’on appelle plus traditionnellement le morphème grammatical. Est-ce cela ? 
Un autre sens de morphème étant celui que donne freddy.lombard : «plus petite unité de signification d'un énoncé» (Cantineau ds Cahiers Ferdinand de Saussure, no10, p.12)

(Tlfi pour les citations)