Anouilh, Antigone - Pardon, Hémon, pour notre dispute d'hier soir et pour tout.

Bonjour,

Pour la rentré j'ai un commentaire composé à faire sur un passage de Antigone de Jean Anouilh.
Voici le passage en question :

ANTIGONE, court à Hémon.
Pardon, Hémon, pour notre dispute d'hier soir et pour tout. C'est moi qui avais tort. Je te prie de me pardonner.

HEMON
Tu sais bien que je t'avais pardonné, à peine avais-tu claqué la porte. Ton parfum était encore là et je t'avais déjà pardonné. (Il la tient dans ses bras, il sourit, il la regarde.) A qui l'avais-tu volé, ce parfum?

ANTIGONE
A Ismène.

HEMON
Et le rouge à lèvres, la poudre, la belle robe?

ANTIGONE
Aussi.

HEMON
En quel honneur t'étais-tu faite si belle?

ANTIGONE
Je te le dirai. (Elle se serre contre lui un peu plus fort) Oh! mon chéri, comme j'ai été bête! Tout un soir gaspillé. Un beau soir.

HEMON
Nous aurons d'autres soirs, Antigone.

ANTIGONE
Peut-être pas.

HEMON
Et d'autres disputes aussi. C'est plein de disputes, un bonheur.

ANTIGONE
Un bonheur, oui... Ecoute, Hémon.

HEMON
Oui.

ANTIGONE
Ne ris pas ce matin. Sois grave.

HEMON
Je suis grave.

ANTIGONE
Et serre-moi. Plus fort que tu ne m'as jamais serrée. Que toute ta force s'imprime dans moi.

HEMON
Là. De toute ma force.

ANTIGONE, dans un souffle.
C'est bon. (Ils restent un instant sans rien dire, puis elle commence doucement.) Ecoute, Hémon.

HEMON
Oui.

ANTIGONE
Je voulais te dire ce matin... Le petit garçon que nous aurions eu tous les deux...

HEMON
Oui.

ANTIGONE
Tu sais, je l'aurais bien défendu contre tout.

HEMON
Oui, Antigone.

ANTIGONE
Oh! Je l'aurais serré si fort qu'il n'aurait jamais eu peur, je te le jure. Ni du soir qui vient, ni de l'angoisse du plein soleil immobile, ni des ombres... Notre petit garçon, Hémon! Il aurait eu une maman toute petite et mal peignée -mais plus sûre que toutes les vraies mères du monde avec leurs vraies poitrines et leurs grands tabliers. Tu le crois, n'est-ce pas?

HEMON
Oui, mon amour.

ANTIGONE
Et tu crois aussi, n'est-ce pas, que toi, tu aurais eu une vraie femme?

HEMON, la tient.
J'ai une vraie femme.

ANTIGONE, crie soudain, blottie contre lui.
Oh! tu m'aimais, Hémon, tu m'aimais, tu en es bien sûr, ce soir-là?

HEMON, la berce doucement.
Quel soir?

ANTIGONE
Tu es bien sûr qu'à ce bal où tu es venu me chercher dans mon coin, tu ne t'es pas trompé de jeune fille? Tu es sûr que tu n'as jamais regretté depuis, jamais pensé, même tout au fond de toi, même une fois, que tu aurais plutôt dû demander Ismène?

HEMON
Idiote!

ANTIGONE
Tu m'aimes, n'est-ce pas? Tu m'aimes comme une femme? Tes bras qui me serrent ne mentent pas? Tes grandes mains posées sur mon dos ne mentent pas, ni ton odeur, ni ce bon chaud, ni cette grande confiance qui m'inonde quand j'ai la tête au creux de ton cou?

HEMON

Oui, Antigone, je t'aime comme une femme.

ANTIGONE
Je suis noire et maigre. Ismène est rose et dorée comme un fruit.

HEMON, murmure.
Antigone...

Afin de nous aider le plan nous a déjà été donné :

I - Un quiproquo tragique

1) Une scène amoureuse.

Nous pouvons voir directement qu'il s'agit d'une scène amoureuse car Antigone fait preuve d'une grande douceur envers son fiancé :
(Il la tient dans ses bras, il sourit, il la regarde.)
(Elle se serre contre lui un peu plus fort)
Et serre-moi. Plus fort que tu ne m'as jamais serrée. Que toute ta force s'imprime dans moi.
la berce doucement.

Il y a aussi la présence directe d'un champ lexical de l'amour : mon amour, mon chéri, , je t'aime.
Cette scène est donc une scène d'amour qui est par ailleurs un thème de la tragédie.

2) Un dialogue impossible.

Antigone et Hémon ne se comprennent pas, les deux personnages d'opposent.
Hémon veut croire au futur et à son bonheur avec Antigone tandis que cette dernière fait directement allusion à sa mort prochaine et au bonheur qu'ils auraient pu avoir si cet incident futur n'avait pas lieu.

Les prises de parole d'Antigone sont répétitives, longues et nombreuses tandis que celles d'Hémon sont courtes et brèves. Ceci montre que Hémon ne saisit pas le messages que veut lui faire passer Antigone, il ne prend pas conscience que sa femme est contrainte à mourir.
Antigone est proche de mettre son plan à exécution, elle se montre plus résolue que jamais à accomplir sa mission.

==> Comment puis-je montrer ici que les deux personnages s'opposent et ne se comprennent pas et pourquoi ?

II - Antigone, un personnage tragique.

1) Un personnage fragile.

La fragilité d'Antigone est directement mise en valeur, c'est un personnage qui doute de lui même.
Oh! Je l'aurais serré si fort qu'il n'aurait jamais eu peur, je te le jure. Ni du soir qui vient, ni de l'angoisse du plein soleil immobile, ni des ombres... Notre petit garçon, Hémon! Il aurait eu une maman toute petite et mal peignée -mais plus sûre que toutes les vraies mères du monde avec leurs vraies poitrines et leurs grands tabliers. Tu le crois, n'est-ce pas?
Antigone cherche l'approbation de Hémon afin de se rassurer elle même et de se convaincre.
Et tu crois aussi, n'est-ce pas, que toi, tu aurais eu une vraie femme?
Tu m'aimes, n'est-ce pas? Tu m'aimes comme une femme? Tes bras qui me serrent ne mentent pas? Tes grandes mains posées sur mon dos ne mentent pas, ni ton odeur, ni ce bon chaud, ni cette grande confiance qui m'inonde quand j'ai la tête au creux de ton cou?

==> Que puis-je mettre d'autre afin de prouver qu'Antigone est un personnage fragile ?

2) La vision de la figure maternelle par Antigone

Antigone fait allusion au fils qu'ils auraient pu avoir ensemble avec Hémon.
ANTIGONE
Je voulais te dire ce matin... Le petit garçon que nous aurions eu tous les deux...

HEMON
Oui.

ANTIGONE
Tu sais, je l'aurais bien défendu contre tout.

HEMON
Oui, Antigone.

ANTIGONE
Oh! Je l'aurais serré si fort qu'il n'aurait jamais eu peur, je te le jure. Ni du soir qui vient, ni de l'angoisse du plein soleil immobile, ni des ombres... Notre petit garçon, Hémon! Il aurait eu une maman toute petite et mal peignée -mais plus sûre que toutes les vraies mères du monde avec leurs vraies poitrines et leurs grands tabliers. Tu le crois, n'est-ce pas?

==> Comment puis-je montrer quelle vision Antigone a-t-elle de la bonne mère ?

3 ) Un personnage en souffrance

Antigone est le personnage tragique par excellence.
C'est un personnage qui souffre, elle est tourmentée par son destin, par l'approche de sa mort.
C'est pour cela qu'elle pose toute ces questions à Hémon et qu'elle recherche une réponse, une approbation.
Afin de faire face à sa souffrance elle recherche le réconfort auprès d'Hémon dans ce passage.

==> Comment puis-je développer davantage cette partie ?

Conclusion : Ce passage met en lumière les caractéristiques même de la tragédie, il nous montre une Antigone souffrante à l'approche de son destin et qui doute d'elle même. Jean Anouilh à travers cette scène d'amour nous pousse à avancer dans l'histoire et à découvrir le futur d'Antigone, de plus cette scène d'amour permet de renforcer le cadre et l'aspect tragique de l'histoire à venir.

Personne ne peut m'aider ?