11

Bac L, une évidence mais des doutes

Anne345 a écrit :

J'ajoute juste dans les qualités : rédiger avec aisance et efficacité.
Ne prends pas option maths, si tu n'y réussis pas et si tu n'aimes pas cela. Choisis plutôt une langue ancienne qui développera tout autant ta logique, et en plus ta mémoire.

On peut prendre l'option mathématique ou l'option " droit et grands enjeux du monde contemporain " et une option de langue ancienne (depuis la cinquième, d'ailleurs). Cependant, je ne connais pas l'option du droit car inconnue dans mon lycée, mais il est préférable de la prendre si l'on veut étudier le droit. Cependant, je te conseille  de prendre l'option mathématique à la place du grec ancien/latin si tu ne peux pas prendre l'option du droit car en droit il est plus important de savoir compter que de connaître le vocabulaire juridique en latin, tout le monde te le dira.

12

Bac L, une évidence mais des doutes

Jeanne-Héloïse a écrit :

Pour réussir en droit, il faut être rigoureux, précis, aimer l'analyse et avoir un esprit logique, avoir une bonne mémoire enfin. L'important est d'avoir (ou de développer) ces qualités, peu importe le bac préparé.

Entièrement d'accord. Mais si on aime la littérature (a priori, si on choisit L, c'est le cas), on risque d'être déçu en droit...

13

Bac L, une évidence mais des doutes

Verbum,
J'ignorais qu'on apprenais à compter et le vocabulaire juridique latin en cycle terminal du lycée. Mais je ne vois vraiment pas ce que l'on compte en droit...
L'option Droits et Grands Enjeux du Monde Contemporain est une option de terminale. ClaraR doit d'abord choisir ses options de première.

14

Bac L, une évidence mais des doutes

@ fandixhuit:
C'est vrai.
Le droit est souvent un "choix" dicté par la raison (ou par le milieu professionnel de la famille), et la demande de Clara l'illustre bien.... Même s'il existe quelques passionnés dès le lycée (on en trouve chez les avocats ou certains magistrats). Mais l'intérêt (sinon la passion) peut venir au cours des études ou de la carrière.

15

Bac L, une évidence mais des doutes

Anne345 a écrit :

Verbum,
J'ignorais qu'on apprenais à compter et le vocabulaire juridique latin en cycle terminal du lycée. Mais je ne vois vraiment pas ce que l'on compte en droit...

Tu n'ignores pas, maintenant, que le droit requiert une bonne habilité aux mathématiques (je pense que tu as mal compris mon message précédent). Le droit des affaires, les juristes d'entreprises, les affaires banquaires, etc. ne te disent-ils rien ? Si elle peut choisir l'option Droits et Grands Enjeux du Monde Contemporain, autant la prendre, mais si elle ne peut pas, autant prendre l'option mathématique au latin/grec ancien.

16

Bac L, une évidence mais des doutes

Si, j'ignore toujours en quoi le droit requiert une "bonne habileté aux mathématiques". Ne confonds-tu pas les maths avec la comptabilité ou la gestion financière auxquelles les futurs juristes d'entreprise sont initiés ?

Et je répète qu'il faut éviter de prendre pour option une matière où l'on "galère".

17

Bac L, une évidence mais des doutes

Si, tout à fait, c'est ainsi que les universités suisse(sse)s n'acceptent plus en droit que les bacheliers S, ES et L avec option mathématique. Au contraire, avec plus en plus de fainéants mauvais ès mathématiques que reçoit la filière L et que redoutent les universités, il est préférable que s'applique un littéraire aux mathématiques plutôt qu'au très répandu et utile grec ancien, même si l'on a du mal avec les chiffres. Je ne dénigre nullement les langues anciennes, au contraire, seulement il est préférable d'apprendre les mathématiques qu'aux latin et grec ancien dans le cas d'études purement littéraires, ce qui n'est pas celui du droit...

18

Bac L, une évidence mais des doutes

Même pour des Etude de lettres, l'université de Genève exige d'avoir fait des maths pendant les 3 dernières années, et d'avoir au moins 12 de moyenne.
C'est franchement nécessaire ou juste une façon de diminuer le nombre de postulants français ?

19

Bac L, une évidence mais des doutes

Je me suis dit la même chose. Cependant, j'ai interrogé des professionnels de l'orientation, et ce ne sont pas les critères d'acceptation étrangers qui ont changé, mais bel et bien nous ! Il y a quelques années récentes, un ministre très intelligent a rendu optionnelles les mathématiques en filière L alors qu'elles étaient auparavant obligatoires. Or, les universités étrangères avaient toujours exigé les mathématiques pour les bacheliers étrangers, de quelque filière qu'ils soient. Les littéraires abhorrant les mathématiques et les fainéants les ont alors fuies en ne les choisissant pas en option ou se réfugiant en L par défaut, se fermant par conséquent, sans le savoir, les portes des universités étrangères. Voilà pourquoi il vaut mieux, quand on veut étudier à l'étranger avec un baccalauréat littéraire, prendre l'option mathématique, même si l'on est mauvais, afin de ne pas se trouver diplômé inutilement ailleurs, j'insiste là-dessus.

En France, par contre, le baccalauréat L, avec ou sans mathématiques, paraît de plus en plus accepté par le commerce...

20

Bac L, une évidence mais des doutes

Ne te fais pas de soucis, si tu es une élève rigoureuse et curieuse, un bac L te préparera aussi bien à intégrer une fac de droit qu'un bac S ou ES. Tu n'auras pas de lacunes par rapport aux autres étudiants à cause de la nature de ton bac, option mathématiques ou pas.
J'attire simplement ton attention sur le volume horaire hebdomadaire, beaucoup plus important. J'ajoute également que les attentes de tes professeurs changeront : on attendra de toi que tu travailles vite et bien, sur des sujets précis, sans chercher à questionner ces sujets (du moins en première année), chose à laquelle (d'après mon expérience) le bac L m'avait éloigné.
Ne t'inquiète pas non plus pour l'anglais, la compréhension orale est la compétence la plus difficile à acquérir et tu peux facilement te familiariser avec l'anglais parlé en regardant des films, séries etc. Et si tu as des difficultés avec la production orale, le mieux est de s'entraîner quelques heures par semaine à lire à haute voix, puis monologuer, puis discuter, si tu as la chance de trouver des interlocuteurs. Et surtout, dans un premier temps, ne te focalise pas sur tes fautes. Une fois à l'aise, il te sera plus facile de réfléchir à la syntaxe.

Un bac L ouvre (encore) de belles perspectives