Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Bonjour,

Je suis actuellement en 3eme année de médecine à Paris Ouest. J'aimerais réaliser un rêve : une année de culture générale et tout particulièrement de philo. C'est assez étrange comme concept en France (les études de médecine sont suffisamment longues) mais c'est quelque chose de très développé à l'étranger.

[…]

J'aime toujours autant ma voie mais je suis intellectuellement frustrée, désemparée. J'ai choisi médecine parce que la médecine humaniste me faisait rêver (Claude Levis Strauss, JC Ruffin) mais je n'y trouve pas mon compte. J'ai rencontré des maîtres de stage absolument passionnants, compétents mais j'ai l'impression qu'il manque quelque chose de fondamentale dans ma formation : la réflexion, la culture.

Ce que je retiens de ces années : une organisation rigoureuse, des acquis en travail d'équipe et associatif mais une constatation affligeante : que nous avançons comme des robots. A terme, je voudrais allier éthique médicale et pratique professionnelle (ce n'est pas complètement désintéressé ^^). Mais pour ça il faut des bases.


J'aimerai donc faire une année de césure juste pour le plaisir et pour ne pas perdre me perdre en chemin; j'hésite entre philosophie à Nanterre et à Paris. Il y aurait il des précédents, des étudiants ou des professeurs dans ces facs respectives qui pourraient me conseiller, ou me faire part de leur témoignage ?

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Ah ! Un médecin à l'ancienne, du temps où les médecins avaient une culture extraordinaire, ils sont bien rares aujourd'hui.

Au regard de ton parcours, je pense que tu devrais aller prendre des renseignements directement auprès de spécialistes de la philosophie de la médecine et de la biologie.

http://www-ihpst.univ-paris1.fr/axes/ph … decine.php

L'IHPST de Paris 1 semble tout indiqué ; tu peux peut-être envoyer un mail à un des enseignants spécialisés en bio. pour avoir des conseils.

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Sinon, il y a toujours la possibilité de présenter un dossier de candidature à l'EHESS (qui fonctionne assez bien par équivalences) pour intégrer le Centre Alexandre Koyré. On y fait de l'histoire des sciences, des technologies et des sociétés au sens large, toutes périodes confondues (même si l'ensemble est plutôt orienté sur les périodes moderne et contemporaine). Les approches sont globalement très philosophiques et les questions d'éthique et d'épistémologie y sont fondamentales... Et quoi que puisse laisser penser l'intitulé de cette formation, on est loin d'une "scientifisation" de l'ensemble des domaines de réflexion. "Sciences" n'est pas entendu dans un sens restreint (on y fait de l'histoire de la médecine aussi bien que de l'histoire de la musique ou de la psychologie...).

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

@Sarrily

Bonjour à tous ! C'est mon premier post sur ce forum.

J'ai été assez agréablement surpris par la similitude de nos situations respectives.

Je m'explique : après le bac, j'ai obtenu ma première année de médecine du premier coup à l'université Paris Descartes, puis j'ai moi aussi débuté dès la deuxième année un master 1 "dilué" sur deux ans en Immunologie/Infectiologie. Aujourd'hui en troisième année, je termine ce master 1, et prépare simultanément un diplome universitaire d'anatomie clinique (ce qui me demande un investissement assez conséquent). Parallèlement, je me suis aussi investit au sein d'une association à vocation solidaire, sans monter de projet à l'étranger cependant. J'ai aussi passé pas mal de temps en stage et je commence à cerner bien plus précisément en quoi consistera la suite de mes études et à plus long terme, mon futur métier.

Les études médicale sont fort passionnantes et je suis absolument certain de poursuivre dans cette voie. Cependant, tout comme vous, je suis frustré par la faible stimulation intellectuelle qu'on peut y trouver. Nous nous bornons à emmagasiner une somme énorme de connaissances médicales, sans autre forme de réflexion (même souvent sur un plan strictement scientifique). Ainsi, l'ouverture d'esprit y est parfois réduite, le sens critique : peu aiguisé, et la culture générale, ma foi, souvent bien faible. Après trois années d'études assez intenses, je ressens aussi le besoin de prendre une année de pause en médecine pour vaquer à des activités intellectuelles (mais aussi sportives) qui me plaisent plus (avant d'attaquer, en pleine forme je l'espère, l'externat). Les études sont longues, ce n'est pas une année de plus qui y changera grand chose.

Par conséquent, je compte m'inscrire en première année de licence, soit en philosophie, soit en lettres modernes, probablement à Paris III. Vous l'aurez bien compris, ce n'est certainement pas pour obtenir un diplôme ou quoi que ce soit : c'est une question d'enrichissement personnel. Je ne terminerai probablement pas ma licence.

J'ai une curiosité assez insatiable, adore lire et débattre, apprends beaucoup en autodidacte... L'ambiance générale à la faculté (avec souvent un cadre assez lâche, peu de devoirs obligatoires à rendre, pas grand chose pour mettre la pression aux étudiants) est assez propice à tout cela.

Je serai donc intéressé par les avis des internautes : est-ce qu'une première année de licence dans cette optique là est un bon choix ? Si non, quelle(s) étude(s) (sur une année seulement) me conseilleriez-vous ?

Merci d'avance pour vos réponses !

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

@ Razoark

On a tous les deux un parcours similaire et la même démarche. 

Cependant entretemps j'ai (un tout petit peu) avancé dans mes recherches :

- Est-ce vraiment pertinent de faire une L1 (avec des ex bacheliers) alors que nous on  n'a pas seulement 3 ans de plus qu'eux mais un concours et des stages de sémio plus ou moins bouleversants ? (Autrement dit, on est relativement à eux déjà de vieux schnocks grincheux). Avec le système de validation des acquis, ta fac ou une fac partenaire qui voudra bien de ton dossier (ce dont je ne doute pas) pourra te faire passer directement en L2 ou L3.

- Si tu es habitué au système des ronéos, ce système n'existe PAS ailleurs. De plus la présence au TD est obligatoire. Si on y va pas c'est directement les rattrapages (il n'y a pas de notes éliminatoires) à la fac. Il y a peut être moins de choses à apprendre mais beaucoup de temps dépensé en recherches personnelles.  Donc, penser que c'est pépère sous prétexte qu'on a réussi un concours ultra-sélectif c'est un peu présomptueux non ?
Après c'est sûr c'est pas une p1 ...

Après je n'ai pas encore exploré tellement d'autres pistes ?

D'autres témoignages ?  :-)

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Je lance une idée dont vous pouvez faire ce que vous voulez l'un et l'autre. Pourquoi ne pas faire une année de classe préparatoire ? L'avantage c'est que c'est une formation généraliste -les cours à la fac peuvent parfois porter sur tel ou tel point chez tel auteur, ce qui n'a pas toujours d'intérêt quand on ne veut pas devenir un spécialiste- qui vous confrontera à des gens -le côté débat, quoi, qu'on retrouve moins à la fac-.

Par contre, vous aurez moins le temps pour faire des activités à côté, et la pression sera sans aucun doute plus grande que celle de la fac. Mais enfin... C'est une possibilité, je vous la donne comme telle.

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Je suis encore bien jeune (19 ans), mais il est bien vrai qu'on a déjà tous deux bien vécu depuis la sortie du lycée. Donc je trouve ta première remarque tout à fait pertinente.

J'ai aussi pensé sérieusement aux équivalences L2-L3, et c'est ce que je demanderai sans doute, d'autant plus que la L1 reprend de plus en plus "les bases" d'après ce que j'ai cru entendre.

Moi, penser que c'est pépère ? C'est pas comme ça que je le voyais, non. J'ai confiance en mes bonnes capacités de travail, mais je sais aussi que le type de travail à fournir sera bien différent de ce que j'ai fait jusque là. Cela demandera un effort supplémentaire pour un non initié, que je ne sous-estime pas, surtout en L2-L3. A y réfléchir, être parachuté en L3, ça doit exiger une charge de travail assez colossale. (et oui, pas de ronéo, et tant mieux ! )
Quelqu'un pourrait nous renseigner sur les parachutages en milieu/fin de licence ?

Concernant les autres pistes...
-Ca dépend de ce que tu envisages pour l'année prochaine, mais le statut d'auditeur libre à l'université peut-être intéressant si tu ne comptes pas passer d'examen, ni venir en TD. Ou alors, si tu as un peu de culot, tu te fais tous les amphis de Paris en squatte (il n'y a concrètement aucun contrôle).
-Je connais quelqu'un l'année dernière qui est parti tout droit en M1 de sociologie. Ca lui plait, mais elle a énormément de boulot. Donc en se débrouillant, il doit y avoir moyen d'obtenir des équivalences M1 en science sociales. Pour ma part, je trouve le M1 déjà presque trop spécialisé et je préfère, pour une année, étudier dans un cadre un peu plus général, voire avoir du temps pour fouiner intellectuellement autre part qu'uniquement dans mon parcours. C'est la raison pour laquelle je me suis plutôt intéressé aux licences (et encore, ça dépendra de la charge de travail !).
-Possibilité pour nous deux de faire directement le M2 de biologie. Pour ma part, je n'y vois pas de réel d'impératif (je ne compte pas travailler dans la recherche, et ma potentielle carrière hospitalo-universitaire peut s'en passer pour le moment). Et puis, ce n'était pas, de base, ce qui me motivait en voulant faire une année de pause.
-J'ai pas mal hésité à faire un service civique. L'idée est forte intéressante, mais je n'ai pas trouvé d'association qui me motive suffisamment pour décider de m'y investir plusieurs mois. Et puis ça n'est pas dans un cadre d'étude pour le coup. Je ferai un peu de bénévolat l'année prochaine, s'il me reste du temps.

Edit : Pour la classe préparatoire, c'est vrai que je n'y avais pas songé plus que ça... Ca peut-être intéressant, surtout si, comme vous le dites, c'est plus généraliste. Après il est vrai que j'avais quelques objectifs sportifs (entre autres) qui me tiennent à coeur aussi et pour lesquels il me faudra y accorder un minimum de temps.

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Prépa : J'ai toujours pensé que revenir en prépa après être sorti du système ABP était mission impossible ? Je me trouve :-D Cela dit je ne me vois pas revenir en classe, avoir des devoirs à rendre et être dans un milieu insidieusement compétitif. Si je dis insidieusement c'est par opposition à la guerre ouverte de la première année de médecine.
Après pour le temps tout dépend de celle que l'on choisit !!

Auditeur libre : J'y ai pensé mais face à la charge de travail je prends le sérieux risque de ne pas faire grand chose.  En devenant étudiant, on se fixe quelques repères. Cela contraint à un minimum de travail régulier. De plus le programme se veut cohérent (en théorie) et si on courre dans les facs parisiennes, comment veux tu construire un savoir à partir d'informations aussi décousues ?
La minute populaire : "A courir plusieurs lièvres à la fois, on en attrape aucun".
De plus il y a toujours la possibilité d'assister à des conférences (la Cité des Sciences; le Collège de France) sur notre temps libre.

M1  : Je suis d'accord avec toi c'est trop spécialisé. La fille dont tu parles ne ferait pas un M1 de Socio sur les problématiques de l'immigration ? ^^

M2 de Bio : Si on doit passer plus de 6 mois dans un laboratoire, autant que ce soit en rapport avec la spécialité d'internat.

Pour le service civique :  Si le service civique ne te convient pas il y a d'autres statuts qui existent comme ceux de volontaires ou de bénévoles qui te permettraient de faire partie d'une association (France ou étranger)


On avance, on avance ! :-)

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Personnellement, j'ai jamais eu l'impression de m'épanouir dans la compétition. J'ai aussi du mal à me faire à l'idée de la prépa.

"A courir plusieurs lièvres à la fois, on en attrape aucun". Ou alors, deux. Non, je suis assez d'accord, ça dépend de ta façon personnelle d'acquérir des connaissances. Je préfère largement être étudiant aussi.

Oui c'est elle ! D'ailleurs il se trouve qu'on avait fait un p'tit groupe de travail de recherche sur le sujet (lors de ma p2) et que finalement elle l'a pris en thème mémoire.

Pour le M2 de bio, c'est aussi mon avis.

En fait j'ai déjà eu plus ou moins toutes ces réflexions de manière personnel. Bref, une deuxième année de licence, ça me semble vraiment être ce qu'il y a de mieux calibré.

Année de césure avant externat de médecine (entre 3e et 4e année). Études de philo à Paris ?

Bonjour,

Je viens tout juste de tomber sur ces posts... je suis heureuse de les avoir trouver. Je suis étudiante en L3 médecine en province et effrayée à l'idée d'attaquer l'externat dans moins d'un an alors que j'ai le sentiment d'être dans une période exquise de découvertes littéraires (et philosophiques, artistiques...). Etre autodidacte va un moment, dorénavant je ressens le besoin d'une formation littéraire pour m'épanouir. Une année de césure donc ? Bien que ce soit encore à réfléchir (c'est toujours autant de temps ajouté aux études, déjà longues, de médecine), j'en appelle à vos témoignages.

Merci d'avance, vraiment.