En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Bonjour,

J'ai une dissertation a faire. Voici la problématique: ( je pense que c'est plus une question sur corpus mais je suis pas sur, je n'étais pas la le jour ou la prof a donné l'exo et aucun de mes camarades est capable de répondre :s)

En quoi ces extraits montrent ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Les extraits sont les suivants:


-les cavaliers d'aristophane( je n'ai pas trouvé l'extrait en question)

-Le Mariage de Figaro de Beaumarchais

LE COMTE: ... Autrefois tu me disais tout.

FIGARO: Et maintenant je ne vous cache rien.

LE COMTE: Combien la Comtesse t'a-t-elle donné pour cette belle association?

FIGARO: Combien me donnâtes-vous pour la tirer des mains du docteur? Tenez, Monseigneur, n'humilions pas l'homme qui nous sert bien, crainte d'en faire un mauvais valet.

LE COMTE: Pourquoi faut-il qu'il y ait toujours du louche en ce que tu fais?

FIGARO: C'est qu'on en voit partout quand on cherche des torts.

LE COMTE: Une réputation détestable!

FIGARO: Et si je vaux mieux qu'elle? y a-t-il beaucoup de seigneurs qui puissent en dire autant?

LE COMTE: Cent fois je t'ai vu marcher à la fortune et jamais aller droit.

FIGARO: Comment voulez-vous? la foule est là: chacun veut courir, on se presse, on pousse, on coudoie, on renverse, arrive qui peut; le reste est écrasé. Aussi c'est fait; pour moi j'y renonce.

LE COMTE: A la fortune? (A part.) Voici du neuf.

FIGARO (A part.): À mon tour maintenant. (Haut.) Votre Excellence m'a gratifié de la conciergerie du château; c'est un fort joli sort; à la vérité je ne serai pas le courrier étrenné des nouvelles intéressantes; mais en revanche, heureux avec ma femme au fond de l'Andalousie...

LE COMTE: Qui t'empêcherait de l'emmener à Londres?

FIGARO: Il faudrait la quitter si souvent que j'aurais bientôt du mariage par-dessus la tête.

LE COMTE: Avec du caractère et de l'esprit, tu pourrais un jour t'avancer dans les bureaux.

FIGARO: De l'esprit pour s'avancer? Monseigneur se rit du mien. Médiocre et rampant; et l'on arrive à tout.

LE COMTE: ... Il ne faudrait qu'étudier un peu sous moi la politique.

FIGARO: Je la sais.

LE COMTE: Comme l'anglais, le fond de la langue!

FIGARO: Oui, s'il y avait de quoi se vanter. Mais, feindre d'ignorer ce qu'on sait, de savoir tout ce qu'on ignore, d'entendre ce qu'on ne comprend pas, de ne point ouïr ce qu'on entend, surtout de pouvoir au-delà de ses forces; avoir souvent pour grand secret de cacher qu'il n'y en a point; s'enfermer pour tailler des plumes, et paraître profond, quand on n'est, comme on dit, que vide et creux; jouer bien ou mal un personnage; répandre des espions et pensionner des traîtres; amollir des cachets; intercepter des lettres; et tâcher d'ennoblir la pauvreté des moyens par l'importance des objets. Voilà toute la politique, ou je meure!

LE COMTE: Eh! c'est l'intrigue que tu définis !

-Ubu Roi d'Alfred Jarry,

acte III-Scène II

La grande salle du palais.

PÈRE UBU, MÈRE UBU, OFFICIERS & SOLDATS, GIRON, PILE, COTICE, NOBLES enchaînés, FINANCIERS, MAGISTRATS, GREFFIERS.

Père Ubu. — Apportez la caisse à Nobles et le crochet à Nobles et le couteau à Nobles et le bouquin à Nobles ! ensuite, faites avancer les Nobles. (On pousse brutalement les Nobles.)

Mère Ubu. — De grâce, modère-toi, Père Ubu.

Père Ubu. — J’ai l’honneur de vous annoncer que pour enrichir le royaume je vais faire périr tous les Nobles et prendre leurs biens.

Nobles. — Horreur ! à nous, peuple et soldats !

Père Ubu. — Amenez le premier Noble et passez-moi le crochet à Nobles. Ceux qui seront condamnés à mort, je les passerai dans la trappe, ils tomberont dans les sous-sols du Pince-Porc et de la Chambre-à-Sous, où on les décervèlera. — (Au Noble.) Qui es-tu, bouffre ?

Le Noble. — Comte de Vitepsk.

Père Ubu. — De combien sont tes revenus ?

Le Noble. — Trois millions de rixdales.


Père Ubu. — Condamné ! (Il le prend avec le crochet et le passe dans le trou.)

Mère Ubu. — Quelle basse férocité !

Père Ubu. — Second Noble, qui es-tu ? (Le Noble ne répond rien.) Répondras-tu, bouffre ?

Le Noble. — Grand-duc de Posen.

Père Ubu. — Excellent ! excellent ! Je n’en demande pas plus long. Dans la trappe. Troisième Noble, qui es-tu ? tu as une sale tête.

Le Noble. — Duc de Courlande, des villes de Riga, de Revel et de Mitau.

Père Ubu. — Très bien ! très bien ! Tu n’as rien autre chose ?


Le Noble. — Rien.

Père Ubu. — Dans la trappe, alors. Quatrième Noble, qui es-tu ?

Le Noble. — Prince de Podolie.

Père Ubu. — Quels sont tes revenus ?

Le Noble. — Je suis ruiné.

Père Ubu. — Pour cette mauvaise parole, passe dans la trappe. Cinquième Noble, qui es-tu ?

Le Noble. — Margrave de Thorn, palatin de Polock.

Père Ubu. — Ca n’est pas lourd. Tu n’as rien autre chose ?

Le Noble. — Cela me suffisait.


Père Ubu. — Eh bien ! mieux vaut peu que rien. Dans la trappe. Qu’as-tu à pigner, Mère Ubu ?

Mère Ubu. — Tu es trop féroce, Père Ubu.

Père Ubu. — Eh ! je m’enrichis. Je vais faire lire MA liste de MES biens. Greffier, lisez MA liste de MES biens.

Le Greffier. — Comté de Sandomir.

Père Ubu. — Commence par les principautés, stupide bougre !

Le Greffier. — Principauté de Podolie, grand-duché de Posen, duché de Courlande, comté de Sandomir, comté de Vitepsk, palatinat de Polock, margraviat de Thorn.


Père Ubu. — Et puis après ?

Le Greffier. — C’est tout.

Père Ubu. — Comment, c’est tout ! Oh bien alors, en avant les Nobles, et comme je ne finirai pas de m’enrichir, je vais faire exécuter tous les Nobles, et ainsi j’aurai tous les biens vacants. Allez, passez les Nobles dans la trappe. (On empile les Nobles dans la trappe.) Dépêchez-vous plus vite, je veux faire des lois maintenant.

Plusieurs. — On va voir ça.

Père Ubu. — Je vais d’abord réformer la justice, après quoi nous procéderons aux finances.

Plusieurs Magistrats. — Nous nous opposons à tout changement.


Père Ubu. — Merdre. D’abord les magistrats ne seront plus payés.

Magistrats. — Et de quoi vivrons-nous ? Nous sommes pauvres.

Père Ubu. — Vous aurez les amendes que vous prononcerez et les biens des condamnés à mort.

Un Magistrat. — Horreur.

Deuxième. — Infamie.

Troisième. — Scandale.

Quatrième. — Indignité.

Tous. — Nous nous refusons à juger dans des conditions pareilles.

Père Ubu. — A la trappe les magistrats ! (Ils se débattent en vain.)


Mère Ubu. — Eh ! que fais-tu, Père Ubu ? Qui rendra maintenant la justice ?

Père Ubu. — Tiens ! moi. Tu verras comme ça marchera bien.

Mère Ubu. — Oui, ce sera du propre.

Père Ubu. — Allons, tais-toi, bouffresque. Nous allons maintenant, messieurs, procéder aux finances.



-La Visite de la Vieille Dame de Friedrich Durrenmatt,( pas d'extrait trouvé - acte 1)


-Art de Yasmina Reza,

Le salon d'un appartement.
Un seul décor. Le plus dépouillé*, le plus neutre possible.
Les scènes se déroulent successivement chez Serge, Yvan et Marc.
Rien ne change, sauf l'oeuvre de peinture exposée.


Marc, seul.
MARC : Mon ami Serge a acheté un tableau.
C'est une toile d'environ un mètre soixante sur un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins liserés* blancs transversaux.
Mon ami Serge est un ami depuis longtemps.
C'est un garçon qui a bien réussi, il est médecin dermatologue* et il aime l'art.
Lundi, je suis allé voir le tableau que Serge avait acquis samedi mais qu'il convoitait depuis plusieurs mois.
Un tableau blanc, avec des liserés blancs.



*


Chez Serge.
Posée à même le sol, une toile* blanche, avec de fins liserés blancs transversaux.
Serge regarde, réjoui, son tableau.
Marc regarde le tableau.
Serge regarde Marc qui regarde le tableau.
Un long temps où tous les sentiments se traduisent sans mot.
MARC : Cher ?
SERGE : Deux cent mille.
MARC : Deux cent mille ?…
SERGE : Handington me le reprend à vingt-deux.
MARC : Qui est-ce ?
SERGE : Handington ?!
MARC : Connais pas.
SERGE : Handington ! La galerie Handington !
MARC : La galerie Handington te le reprend à vingt-deux ?…
SERGE : Non, pas la galerie. Lui. Handington lui-même. Pour lui.
MARC : Et pourquoi ce n'est pas Handigton qui l'a acheté ?
SERGE : Parce que tous ces gens ont intérêt à vendre à des particuliers. Il faut que le marché circule.
MARC : Ouais…
SERGE : Alors ? Tu n'es pas bien là ? Regarde-le d'ici. Tu aperçois les lignes ?
MARC : Comment s'appelle le…
SERGE : Peintre. Antrios.
MARC : Connu ?
SERGE : Très. Très !
Un temps.
MARC : Serge, tu n'as pas acheté ce tableau deux cent mille francs ?
SERGE : Mais mon vieux, c'est le prix. C'est un ANTRIOS !
MARC : Tu n'as pas acheté ce tableau deux cent mille francs !
SERGE : J'étais sûr que tu passerais à côté.
MARC : Tu as acheté cette merde deux cent mille francs ?!


*


Serge, comme seul.
SERGE : Mon ami Marc, qui est un garçon intelligent, garçon que j'estime depuis longtemps, belle situation, ingénieur dans l'aéronautique*, fait partie de ces intellectuels, nouveaux, qui, non contents d'être ennemis de la modernité en tirent une vanité incompréhensible.
Il y a depuis peu, chez l'adepte du bon vieux temps, une arrogance vraiment stupéfiante.


-Theatre sans Animaux de Jean Michel Ribes. ( pas d'extrait trouvé)

J'ai trouvé différentes idées dans chacun des textes, je les ai triés par textes, certaines idées sont communes a un texte:
encouragement des vices
ridicule
antagonisme
parodie
caricature
histoire d'argent
richesse culturelle
pouvoir grace à l'argent
mensonge
hypocritie
vanité
diffenrentes categories sociales
le droit grace au pouvoir
toutes les pieces sont comiques (pas de tragedies).

J'ai fais le plan suivant mais je n'aie pas trouver de sous parties au II:
I) comment est représentée la satire au théâtre ?
a- ?
b- ?

II) deux grands thèmes présents au théâtre satirique
a- la société
b- la politique

j'ai l'impression que c'est pas terrible du tout    mais j'arrive pas a regrouper mes idee pour faire 2 parties voir  3 et dur de trouver des sous parties ....

merci d'avance
bonne journée  !!!
svp besoin de reponses !!
(ps: dissertation de niveau 1ere L)

svp je remonte le sujet !!! aidez moi

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

bonjour,

j'ai deja un topic plus bas (ou personne n'a repondu :s). mon sujet porte sur le theatre est le lieu de la satire sociale et politique et je n'arrive pas a trouver comment rediger l'intro ou plutôt comment la rediger
il faut presenter le sujet, ensuite annoncer le plan et poser la pbmatique mais doisje presenter tout les textes du corpus (5 textes ) est ce qu'il est necessaire de presenter peut on passer directement au plan qui lui explique nan ?

merci de vos idees

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Vu le sujet et la question, le travail que tu as à rendre est une question de corpus. Ce qui est bien différent d'une dissertation 

Dans une question préalable comme celle-ci (on l'appelle préalable parce que le jour du Bac de Français, tu auras deux questions: une du même genre, et une autre où tu auras le choix entre commentaire/dissert/invention. En gros cette question PREPARE le travail d'ensuite. Par conséquent on attend moins de choses dedans, et ça doit etre plus court et plus concis).
Il s'agit ici de se baser sur les textes eux-mêmes, de les analyser. On ne te demande pas forcément de grandes connaissances personnelles, on regarde plutôt ta capacité à repérer des éléments du texte, et à les organiser pour répondre à la question.

Donc tout ce qui est champs lexicaux, figures de style... est utile Dans un premier temps tu dois travailler tes textes un par un; ensuite tu trouves les éléments qui sont communs ( trois ou quatre éléments, qui donneront trois ou quatre paragraphes). Il ne faut pas faire de parties! (ça c'est type commentaire ou dissert).

Du coup, question plan, ça donnera ça:
Intro
Premier élément
Deuxième
Troisième
(quatrième, mais en général on en fait trois c'est suffisant)
Conclusion


Voilà j'espère que ça t'aidera, si tu as d'autres questions n'hésites pas



PS: je n'ai pas lu tes extraits, mais en sachant que c'est du Théâtre, appuies-toi sur la mise en avant de personnages au caractère exagéré, poussé pour dénoncer un défaut (ex. dans l'Avare de Molière, on joue sur les costumes pour montrer le ridicule du personnage et donc de l'avarice qu'il représente)

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

merci beaucoup pour ta reponse

je comprends pas ce que tu veux dire par elements   

car j'ai trouver " beaucoup d'idees " mais j'en ai fait un plan que je suis d'ailleurs en train de retravailler, faut vraiment pas travailler sur un plan ???

voici mon nouveau plan qui peut etre aider pour travailler par element comme tu disais:

I) la satire au theatre
a-les raisons
idees: eviter la censure, montrer son opinion, derision, faire passer un message
b- les effets
idees: effets comiques, pas de tragedies, evolutions de - 500 av JC a aujourd'hui

II)deux grands thèmes représentés
a-la société
idees: scenes de menages, differentes categories sociales, richesses culturelles, argent, pouvoir
b-la politique
idees: pouvoir, droit, categories sociales

tout ca representé sous forme de parodies, caricatures, querelles, antagonisme ...

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Quand je dis "éléments", je parle d'un thème/d'un procédé qui revient.

N'oublie pas que ce sont des textes de Théâtre (tu es donc dans l'objet d'étude Théâtre). Il faut vraiment te baser sur ça.
Et ton plan serait bon s'il s'agissait d'un commentaire ici c'est une question de corpus. Donc oublie le type "I- 1, 2 puis II- 1, 2...".
>> Là il faut "Intro, 1er paragraphe, 2ème paragraphe, 3ème paragraphe, Conclusion".
Tu verras au cours de ton année de 1ère L que ce travail est le plus simple qu'on pourra te demander

Quelques pistes: Une satire, c'est forcément se moquer, ridiculiser. Sachant qu'on est au théâtre. Regarde les didascalies (gestes, costumes...). Si c'est comique > analyse les différents comiques (de situation, de geste, de parole ETC). Et enfin base-toi sur les thèmes.
Il y a obligatoirement trois grands paragraphes à faire sinon on ne te poserait pas la question xD

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

d'accord, merci beaucoup de ton aide

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Derien

Ne te décourage pas de la longueur et du nombre d'extraits. Il faut analyser, trier et organiser, voilà les maîtres mots 
Bon courage

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

oui mais c'est tres long, j'y travaille depuis avant hier et j'abouti a pas grand chose et c'est a rendre lundi

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

Toi aussi tu t'inquiète de tes devoirs peu avant la rentrée? 

Ne t'inquiète pas; au début on se prend vachement la tête pour cet exercice alors qu'au Bac il ne faut passer qu'une heure dessus!
Méthode de ma prof l'année dernière: prends des surligneurs pour faire du repérage dans les textes, et prends la même couleur pour chaque nouvel élément. Tu vas vite t'appercevoir que dans tous ces textes en vrac, les mêmes couleurs se retrouvent et vont alors devenir les idées pour ton développement  magique

En quoi ces extraits montrent-ils que le théâtre est le lieu de la satire politique et sociale ?

peux pas imprimer xD