1

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Bonjour,

Voici le sujet de dissertation, ou plutôt la question qui nous a été posée par notre professeur de littérature quant à l'oeuvre de Lorenzaccio de Musset :

"Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo selon vous, un acte inutile ?"

Je pensais tout d'abord faire une première partie sur la portée politique, à travers le fait que Lorenzo sait lui-même bien avant la réalisation de son meurtre que les actes et les paroles sont vains et ne changeront rien à la situation de Florence, notamment à travers la lâcheté de la part des florentins qui contribuent à la corruption et la débauche de la ville tout en exprimant leur volonté de liberté, mais également des Républicains et notamment de Philippe Strozzi qui incarne la parole inutile.

Puis ensuite dans une seconde partie, montrer que l'acte de Lorenzo n'est pas à portée politique, car il s'agit pour lui-même d'une possibilité de retourner à sa vertu d'antan. Pourtant celui-ci manifeste des doutes quant à la réalisation de son rêve.

Seulement, dans cette deuxième partie, mon interprétation est quelque peu plus personnelle, alors j'en poste les grandes lignes avant de vous donner la rédaction complète.

- Lorenzo est incapable de se rendre compte à présent si c'est son double qui agit inconsciemment, ou lui-même consciemment, il pense qu'il est finalement devenu ce qu'il cherchait à se débarrasser. (Il se rend compte que pour pouvoir réaliser son acte il a dû notamment tenter de vendre sa tante Catherine à Alexandre.)
- Lorenzo est mort symboliquement le jour où la foudre s'est amoncelée dans sa poitrine, et qu'il a décidé d'abattre un tyran. Il rompt avec sa personnalité originelle - à savoir l'amoureux des arts et des sciences- pour apparaître comme une sorte de machine à tuer qui n'est pas vraiment vivante.
- Cette idée de mort symbolique est renforcée à travers les images du scalpel et de la statue, mais également à travers l'Acte IV scène 9 où celui-ci se rend compte qu'une fois qu'il aura accompli son but, il n'aura plus de raison de vivre, il mourra symboliquement en même temps qu'Alexandre, mais qu'en plus il signera son arrêt de mort : il se précipite vers sa propre mort. Ce qu'on constate d'ailleurs dans l'Acte V scène 3 où Lorenzo n'apparaît pas comme à nouveau vertueux ou encore plus corrompu, il est pareil à une coquille vide.

Voici la rédaction complète :

En effet, si Lorenzo exprime ses désillusions quant à l'inefficacité de la portée de son acte au niveau politique, c'est parce qu'il sait tout d'abord que les actes et les paroles sont vains. En effet les paroles sont vaines car elles n'aboutiront pas à la liberté de Florence, et cette idée prend tout son sens à travers le personnage de Philippe Strozzi – un personnage incarnant la vieillesse, donc la sagesse – qui n'a que la prétention de parler et non pas d'agir. Ainsi, les républicains n'agiront pas, même si Lorenzo débarrassait Florence du Duc, tel qu'il l'exprime dans l'Acte III scène 3. Lorenzo lui-même n'espère même pas une révolution qui prendrait racine dans le peuple de Florence, car même si comme dans l'Acte I scène 2 les florentins expriment leur mécontentement vis-à-vis du comportement du Duc et de celui qu'ils nomment Lorenzaccio, ils se résignent et courbent l'échine, certains même prennent le statut de banni et partent en maudissant la ville. Mais si les paroles sont vaines, les actes le sont tout autant, et cette notion s'illustre à travers le meurtre du Duc de Florence. En effet, même après avoir tué le Duc, Lorenzo finit assassiné par un citoyen et son corps est jeté dans la lagune par la foule et peu de temps après, Côme de Médicis est nommé nouveau Duc de Florence grâce au cardinal de Cibo qui lui fait jurer allégeance à Charles Quint. Ainsi, Lorenzo savait très bien depuis l'Acte III scène 3, que son acte n'aurait aucune incidence au niveau politique, et ne changerait en rien la situation de Florence.
D'autre part, Lorenzo déclare également que bien avant l'arrivée du Duc et le mûrissement de son projet d'assassiner Alexandre, Florence était déjà gangrenée par le vice et la débauche et ce, au même stade que lorsque Lorenzo est devenu le complice du Duc. De ce fait, tel qu'il l'exprime à l'Acte I scène 1, les florentins sont complices indirectement de ce climat de débauche et du vice, dont ils sont ainsi eux-mêmes responsables. Par conséquent, le peuple de Florence selon Lorenzo, aime souffrir indirectement et est condamné à être sous le joug d'un tyran, de ce fait il adoreront à nouveau le nouveau Duc de Florence.

Seulement, il serait erroné de considérer l'acte de Lorenzo comme un acte visant exclusivement à débarrasser Florence d'un tyran car la portée de l'acte de Lorenzo n'est pas réellement politique. Au contraire, il s'agit pour lui de la possibilité de revenir à sa vertu d'antan, et de se libérer du masque dont il a été lui-même le créateur à travers le vice et la débauche, devenant ainsi Lorenzaccio. Pourtant, le personnage lui-même doute quant à un possible retour à sa pureté originelle, car il n'est plus capable de discerner qui répand le vice et la corruption, est-ce lui-même consciemment, ou son alter-ego maléfique, Lorenzaccio ? Cette idée trouve tout son sens à travers l'Acte IV scène 9, où Lorenzo finit par se rendre compte qu'il agit inconsciemment à la façon de son double corrompu, Lorenzaccio, car il contemple l'ampleur de la corruption qu'il a été capable de répandre pour réaliser son acte, à savoir aller jusqu'à essayer de vendre sa tante Catherine à Alexandre pour pouvoir avoir l'occasion de l'approcher et de l'assassiner. Mais de plus, il est possible de dire que ce meurtre pour Lorenzo apparaît comme vain, car Lorenzo est lui-même mort symboliquement. En effet, lors de l'Acte III scène 3, lorsque Lorenzo évoque son passé, il n'apparaît plus que comme une machine à tuer qui s'est éveillée lorsque « l'étincelle du tonnerre » l'a fait s'éveiller, certaines images renforcent également cette idée, comme par exemple « la statue », mais aussi « le scalpel » qui renverrait à une autopsie de sa propre personne. Lorenzo serait déjà mort symboliquement depuis longtemps, et n'aurait plus qu'un but mécanique, celui de tuer Alexandre. Cette idée de mort symbolique est renforcée à travers la solitude extrême dans laquelle apparaît Lorenzo car celui-ci semble ne pas être réellement présent de façon intelligible. En effet, lorsque celui-ci tente de convaincre les florentins qu'il tuera Alexandre, il est ignoré. De plus, dans l'Acte IV scène 9, Lorenzo contemple sa propre mort, et sait qu'une fois qu'il aura tué Alexandre, il aura perdu tout but, il mourra symboliquement, mais également physiquement, car il sait que cet acte signera son arrêt de mort. Ce qui apparaît comme évident dans l'Acte V scène 3, où Lorenzo ne redevient pas pur ou au contraire, n'en devient pas plus mauvais, il est simplement à présent vide. Par conséquent, l'acte de Lorenzo apparaît comme vain bien avant la réalisation de son rêve et même bien après, il mourra avec le masque de son double comme masque mortuaire sans avoir pu s'en délivrer.

N'hésitez pas à me dire si ça vous semble un peu farfelu, ou parfois si ça manque un peu d'analyse et si ça se rapproche de la paraphrase, c'est mon premier devoir ! 

Merci d'avance.

2

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Bonjour,

Une qualité : la précision ! Tu cites la scène et l'acte illustrant tes propos à chaque fois, ce qui est très appréciable et montre que tu connais l'oeuvre.

Le contenu de ta réponse me paraît tout à fait correct également. Il n'y a qu'un point où j'ajouterai ou retrancherai peut-être quelque chose : dans ta première partie, tu parles du peuple comme, en quelque sorte, masochiste (je schématise). Certes, le peuple agit peu, mais d'une part c'est parce qu'au lieu de souffrances il y trouve aussi son intérêt : acte I, scène 2, le marchand de soieries s'enrichit et c'est tout ce qu'il lui faut pour accepter la tyrannie du duc. D'autre part, je ne suis pas certaine que le peuple dans son intégralité soit si inactif : à plusieurs reprises, on entend parler de tueries d'étudiants qui ont manifesté en défaveur du pouvoir en place. Ce qu'il leur manque, en fait, c'est d'être unis aux grandes familles républicaines qui - et tu l'as bien dit - ne sont bonnes qu'à faire de beaux discours mais bien incapables d'agir. En ce sens elles sont cent fois plus coupables que le peuple lui-même, avec qui elles n'ont par ailleurs aucun contact (encore une fois, dans l'acte 1 scène 2, on voit bien qu'il n'existe aucune interaction entre les membres de la Cour, parmi eux la fille Strozzi, et le peuple qui commente leurs actes).

Voilà tout ce que j'ai à redire ! Ha oui, le "seulement" qui débute ton deuxième paragraphe est un peu maladroit, tu devrais peut-être trouver une autre amorce.

Bon courage pour la suite !

3

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Merci beaucoup pour tes conseils ! 

Oui je pense que mon argument est un peu trop tranché, il faudrait peut-être le nuancer un peu. Quant au reste je vais essayer de retravailler tout ça. 

A vrai dire je ne connaissais pas du tout la méthodologie de l'exercice donc tu me rassures grâce à ton avis !

4

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Bonjour à tous 
Mon professeur m'a récemment demander de rédiger une partie de dissertation sur l'inutilité du meurtre dans Lorenzaccio de Alfred de Musset
C'est la première fois que je rédige une dissertation et je me demande à la fois si mon étude est bien celle attendue dans une dissertation et si elle répond au sujet 
J'ai rédigé ma partie et une conclusion, voila l'ensemble rédigé:

Tout au long de Lorenzaccio, on pressent l'arriver du meurtre du Duc par Lorenzo, le héros de l'oeuvre.
La pièce se base avant tout sur un fait réel s'étant déroulé à Florence en 1536-37. Les événements qui s'y déroulent ne sont pas sans rappeler les conflits politiques qui ébranlent la France trois siècles plus tard à l'époque de Musset. On pense bien sûr en premier lieu à la révolution Française de 1789 et les événements qui s'en sont suivis durant lesquels les républicains se sont battus contre le pouvoir absolue des monarques. On retrouve d'ailleurs ici le un des grands thèmes de Lorenzaccio avec la ville de Florence divisée entre les républicains dont fait partie le jeune Lorenzo et ceux qui soutiennent le pouvoir royaliste.
A la fin de la pièce, Musset met en avant l'inutilité du meurtre accompli par le héros. En effet, après avoir monté un complot contre le duc de Florence, Lorenzo parvient à tuer Alexandre de Médicis après lui avoir tendu un piège. Néanmoins, l’absence de réaction de la part des républicains, permet aux partisans du pouvoir en place de s’organiser. L’action du héros s’avère donc infructueuse et le duc Côme reprend les rennes du pouvoir.  Ainsi la domination des Médicis est prolongée, et les citoyens de Florence ne connaîtront ni plus de droits, ni plus de libertés comme Lorenzo l'avait espéré. Il voulait une république, et s’est battu jusqu’à sa mort pour elle. Finalement cette absurdité est d'autant plus forte que l'échec de l'entreprise du héros se solde par sa propre mort quelques jours pus tard. Pire encore, Lorenzo est tué par le peuple, alors que c'est ce même peuple qu'il voulait sauver de la tyrannie du duc. D'autre part le fait d'avoir été assassiné de dos donne raison à sa vision de lâcheté des Hommes. De plus, le pauvre Lorenzo apprend le décès de sa mère peu de temps avant sa mort, et comme pour tourner définitivement la page, la réplique finale de Philippe : « pas même un tombeau » montre que Lorenzo ne laissera pas de trace dans l'histoire.
Il incarne donc parfaitement un héros déchu pour qui tout s'écroule.
On voit une fois de plus le parallèle avec la révolution Française et les tensions politiques du XIXème siècle en France. La révolte de 1789 marque à jamais l'histoire de France car le tiers état s'est battu pour ses droits mais le combat de ces hommes trouve une fin triste avec le coup d'état de Napoléon premier qui anéantie l'espoir de voir naitre une république des cendres de la monarchie. En 1830, dans une époque plus contemporaine de Musset l'histoire se répète et la révolution des républicains se solde une fois de plus par un échec.
Ce parallèle à travers les époques que nous présente Alfred de Musset a pour but de montrer une redondance dans l'histoire : A plusieurs reprises des hommes ont lutté corps et âme pour leurs droits et leur liberté mais hélas beaucoup de ces soulèvements se sont révélés inutiles et ont vu la victoire des monarques. D'ailleurs, l’empoisonnement de Louise plus tôt dans la pièce, permet aussi à Alfred de Musset de dénoncer les conséquences du combat sans issus entre les républicains et le pouvoir absolu.

Dans la pièce le personnage de Lorenzo représente à lui seul la volonté d'émancipation de tout un peuple même si ce dernier semble se soumettre à la tyrannie mise en place. L'époque dans laquelle vit Alfred de Musset fait suite à la révolution française et à la révolution républicaine de 1830 toutes deux suivies d'un retour au pouvoir d'un souverain. De nombreux écrivains, poètes et intellectuels s’interrogent donc sur les raisons de cet échec, et rêvent aux libertés qu’une victoire aurait put apporter. Ainsi, Alfred de Musset retrace le pessimisme de son époque à travers Lorenzaccio, considéré aujourd’hui comme un chef d’œuvre du mouvement Romantique. Par de multiples approches, ce drame dénonce la société du XIXème siècle. Tout d’abord en mettant en scène la débauche et le manque de valeurs de la société, à travers divers personnages. Ensuite, l’incapacité d’actions du peuple et des intellectuels, où il aborde l’inefficacité de la révolution de juillet 1830, encore une fois, par intermédiaire de caricatures des hommes républicains.

Pourriez vous me dire si mon travail est apte à etre présenté et sinon, quoi changer   
Autre chose, je me demande si mon explication historique ne prend pas une place trop importante

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

La première dissertation ? En fin de TL ? Comment est-ce possible ?

Sinon sans avoir le temps de corriger en détails, je trouve que ce travail comporte des éléments de réponse pertinents mais par rapport à ce qui est attendu en littérature en TL, il faut montrer une connaissance bien plus approfondie et précise de la pièce et effectivement réduire les références historiques, pertinentes par ailleurs mais qui ne doivent pas remplacer l'étude du texte. On attend en TL des détails précis, des citations, des numéros de scène, des précisions sur les personnages, bref une connaissance très précise du texte lui-même, dans la mesure où il est étudié pendant plusieurs mois. Les phrases très générales du type "Lorenzo parvient à tuer le duc après lui avoir tendu un piège" n'ont que très peu d'intérêt et ne doivent pas occuper trop de place dans le devoir, sinon n'importe quel élève qui aurait lu un vague résumé de l'oeuvre pourrait faire une dissertation de bac...
Attention par ailleurs : Lorenzo commet son acte car il symbolise son accomplissement personnel, il se réalise par ce geste. Le combat pour la république chez lui est très secondaire, d'ailleurs il n'y croit pas lui-même.

6

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Merci beaucoup pour cette réponse 
En réalité je suis en 1ère S et je ne compte pas prendre la dissertation au bac ^^
Pensez vous dans ce cas qu'un approfondissement est vraiment nécessaire ?
J'avais compris à la lecture de la pièce que son meurtre était un accomplissement personnel mais il me semblait qu'il croyait à l'action républicaine et qu'il voulait libérer florence 

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Ah pardon, ça change tout ! Cette pièce est au programme de TL et les élèves l'étudient en long en large et en travers depuis des semaines, donc évidemment les attentes ne sont pas les mêmes !
Lorenzo est bien républicain mais il se fait peu d'illusions sur les suites de son acte, il est désabusé. Il va malgré tout au bout de son projet pour se réaliser, pour donner un sens à sa vie.

Le problème est différent car au bac vous n'aurez pas une dissertation sur une oeuvre précise mais sur le théâtre en général ou la poésie en général, etc.
Par conséquent il me semble que ce travail est déjà satisfaisant pour un élève de première. Je confirme malgré tout qu'il est intéressant d'évoquer l'aspect historique mais que se rapprocher du texte et de la pièce est toujours préférable.

8

Qu'est-ce qui fait du meurtre de Lorenzo un acte inutile ?

Merci beaucoup pour vos conseils 
Je vais surement enlever une partie de l'historique mais est ce que quelques éléments importants concernant la pièce manquent au développement ???