11

Problème avec mon professeur de français

As-tu pensé à évoquer ce problème au conseil de classe via les parents délégués ? En général quand les élèves se manifestent les profs s'en foutent, mais quand les parents se chauffent, les choses bougent !!

Pour info, je pensais que mon prof était nul l'année dernière, il bâclait ses "cours", c'était pas la joie...Je ne te cache pas que j'ai du fournir un très gros travail personnel pour me maintenir mais ça ne m'a pas empêché d'avoir 17 à l'écrit et un beau 18 à l'oral ! Et notre classe a aussi eu des résultats positifs dans l'ensemble alors travaille bien et fais intervenir les parents délégués si besoin est.

Problème avec mon professeur de français

Les délégués des fédérations de parents d'élèves peuvent être contactés sans attendre le conseil de classe.   Cela donne aussi un autre regard sur la situation.

13

Problème avec mon professeur de français

PC/1S1,

Voilà une réponse bien agressive !
Je vous proposais de l'aide et tentais de vous faire comprendre qu'une approche négative de votre situation n'était pas nécessairement la bonne solution ; vous me répondez sur un ton plein de défiance. Tant pis !
Je m'étonne cependant qu'une personne telle que vous ait besoin de conseils.
Que la plupart des Français, y compris des professeurs, emploient le mot "prof" ne justifie en rien ce relâchement de langage. Certaines fautes de français sont extrêmement répandues, elles n'ont pas pour autant valeur de règle.

Problème avec mon professeur de français

"Prof" est une apocope.  C'est tout au plus un terme familier, consigné dans les dictionnaires.
Ni relâché, ni grossier, ni vulgaire.
"Vélo", "pneu", "stylo" sont des apocopes.  Langage relâché aussi ?
C'est un procédé tout à fait licite.

15

Problème avec mon professeur de français

L'usage du langage familier doit être proscrit lorsqu'on s'adresse à quelqu'un que l'on ne connaît pas.
En outre, le mot "prof", contrairement aux exemples que vous citez, désigne une personne et une profession. On peut supposer qu'à ce titre, celles-ci méritent le respect.
Au reste, "ce qui est licite n'est pas nécessairement juste ni même légitime".

"Prof" est relâché car il témoigne d'un refus de l'effort, grossier car peu respectueux, vulgaire car très répandu.

C'est tout de même une louable intention que de vouloir m'apprendre ce qu'est une apocope.

Problème avec mon professeur de français

C'est tout de même une louable intention que de vouloir m'apprendre ce qu'est une apocope.

Je n'ai jamais dit que vous l'ignoriez.
Et pour ma part, je ne permettrais pas de déduire de vos propos que vous voulez m'apprendre les nuances entre "licite" et "légitime".

Ce qui est d'un registre familier n'est pas foncièrement irrespectueux.
Seulement, certaines personnes de certaines professions  ont sans doute un sentiment plus prononcé de leur importance...  Plus promptes par là même à se froisser du procédé.
Je suis sûr que les dactylos, métallos, et autres mécanos, eux, ne font pas tant d'histoires !   

17

Problème avec mon professeur de français

Vous n'avez pas dit que je l'ignorais, mais vous avez mis une insistance doctorale à me le faire savoir. Vous êtes néanmoins une bonne âme, qui ne préjuge de rien.
Quant à vous rappeler la nuance entre "licite" et "légitime", telle était bien mon intention puisque vous aviez choisi le mot "licite" pour justifier l'emploi d'un terme que je continue à considérer comme peu délicat.
Vous ironisez sur "certaines professions" et certains de leurs représentants. Sans doute n'en êtes-vous pas. Si, d'aventure, vous en étiez, ce ne serait flatteur ni pour eux ni pour moi.
Je crois, du reste, que nous n'avons pas la même conception du respect et de la politesse.
Pour ma part, je ne me permettrais pas de parler de "dactylos", de "métallos" et de "mécanos". Ceux-ci ne font pas d'histoires, certes. Avez-vous cependant remarqué que ce sont les professions les plus dévalorisées que l'on nomme avec le plus de désinvolture ? Je m'étonne qu'une personne si humble et si sensible que vous reste indifférente à cet état de fait.

Problème avec mon professeur de français

Vous ironisez sur "certaines professions" et certains de leurs représentants. Sans doute n'en êtes-vous pas. Si, d'aventure, vous en étiez, ce ne serait flatteur ni pour eux ni pour moi.

Désolé... Je suis retraité,  ancien instit - oh, pardon : pro-fes-seur-des-é-coles...   

Avez-vous cependant remarqué que ce sont les professions les plus dévalorisées que l'on nomme avec le plus de désinvolture ?

"L'on nomme" ? Mais ces personnes se sont nommées ainsi elles-mêmes et se nomment ainsi entre elles, sans volonté de dévaloriser, sans ressentir un quelconque irrespect. Créations commodes du langage familier, souvent adoptées dans le langage courant.
Quant aux kinés et aux oto-rhinos - professions dévalorisées s'il en est - je me demande s'ils s' offusquent, de leur côté, d'être ainsi "apocopés"...

Problème avec mon professeur de français

Charlie-30 te donne un peu la seule réaction possible : travailler seul et réussir malgré tout. Ce professeur vous apporte sans doute quelque chose malgré tout même si ce n'est pas suffisant, à vous de faire le reste. Il n'y a malheureusement pas d'autre solution, vous aurez beau remuer ciel et terre que ça ne changera rien, il faut en prendre son parti. Bonne chance, et concentrez vous sur la possibilité d'avoir 17 ou 18 comme Charlie malgré cela.

20

Problème avec mon professeur de français

Ne te décourage absolument pas. Il est possible de travailler seul en français et de faire des progrès importants! Récupère les cours d'autres élèves, surtout pour comprendre la méthode, car une fois la méthode du commentaire, de la dissertation et de l'oral de français acquise, le reste suit. Bon courage !