1

Lorenzo est-il un héros actant ou une victime passive ?

Bonjour, j'ai besoin d'aide pour une dissertation au sujet de lorenzaccio, j'ai déjà ma problématique : Lorenzo est il un héros actant ou une victime passive ? et de là , mes deux parties correspondent :
I - Un héros actant
II - une victime passive

Mais je n'arrive pas a organiser mes idées, ni a trouver de sous parties cohérentes. Je sais que je peut dire que Lorenzo est un héros actant car il est au cente de l'intrigue de la pièce ( du moins celle du meurtre d'Alexandre ) et car il fait une action pour se racheter de sa conduite et mettre la république au pouvoir. Et je sais aussi que c'est aussi une victime passive car il ne contrôle pas forcément tout ( sa plongée dans la débauche, devenant peu à peu réelle.) Auriez vous d'autres idées à me proposer pour étoffer mes parties ?
Merci d'avance,

2

Lorenzo est-il un héros actant ou une victime passive ?

Bonjour,

Ces deux parties antinomiques mises à égalité ne peuvent convenir.
Lorenzaccio est plutôt agissant ou plutôt victime, il te faut choisir.
Je dirais que Lorenzo est victime de la situation politique et morale de Florence,
ce qui le conduit à agir,
mais son action et sa nature profonde l'enfoncent dans sa situation de victime.
L'action a été incapable de sauver le personnage.

3

Lorenzo est-il un héros actant ou une victime passive ?

Le problème de Lorenzo c'est qu'il sait que son acte n'a aucun sens. Pourquoi ? Parce que dès la première scène on apprend que la corruption de Florence est en partie liée à la lâcheté et à la complicité des florentins - avec la mère de Maffio qui vend sa fille au Duc - d'ailleurs Lorenzo en fera la satire plusieurs fois dans ses monologues, qui sont pour moi le cœur de l’œuvre, car c'est là où le héros romantique révèle sa complexité.

De plus, la mégalomanie et le narcissisme de Lorenzo révèlent son pessimisme, car lorsqu'il discute avec Philippe Strozzi, il prend la place du "Sage", on apprend que l'acte de Lorenzo n'est que pour infliger un "soufflet" marqué "au fer rouge" aux florentins, il fait comparaître l'humanité devant un "tribunal", et va même jusqu'à jouer à pile ou face les conséquences du meurtre d'Alexandre.

Il y a également la thématique du suicide que l'on retrouve chez Camus dans la pièce Caligula, en effet, Lorenzo sait que son acte est voué à l'échec car il sait que une fois son acte accompli, il perdra toute raison d'exister, symboliquement il mourra, et réellement il mourra car il sait bien qu'il sera exécuté pour son acte. Pourtant il se précipite vers sa propre chute, il prend également conscience qu'il scelle son destin et il ne fera rien pour l'empêcher. Caligula lui sait qu'un complot se formante contre lui, et il laissera ces partisans l'assassiner, et on retrouve cette idée que Caligula lui-même savait que son acte était voué à l'échec, et il exprimera d'ailleurs à travers l'athéisme, son pessimisme.

Donc pour moi Lorenzo n'est pas simplement "agissant" ou "victime", il agit car il cherche à retrouver ce qu'il a perdu, mais pourtant il va se rendre compte que le masque qu'il porte - celui de Lorenzaccio - s'est greffé à son visage et que par conséquent il ne peut plus revenir en arrière, il est condamné et ne retrouvera pas sa pureté d'antan en tuant Alexandre, c'est là où il devient victime et que se reflète toute la tristesse du personnage, c'est l'inutilité de l'acte de Lorenzo.

Selon moi, il ne faut pas se tenir uniquement à la situation politique et morale de Florence, car l’œuvre de Lorenzaccio n'est avant tout pas qu'une œuvre politique, mais surtout un reflet entre Musset et Lorenzo, on retrouve d'ailleurs cette thématique du double très souvent dans l’œuvre, je pense qu'il faut surtout se centrer sur le personnage de Lorenzo, la complexité de sa psychologie.