1

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Bonjour,

En faite j'ai un devoir a faire je dois écrire un commentaire littéraire sur le conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont "La Belle est la Bête" plus précisément sur le dialogue entre les deux protagonistes qui commence par " Manger donc la Belle ..." et qui ce termine par " qu'elle soit si laid, elle est si bonne" c'est quand la Bête demande La belle en mariage et qu'elle refuse.

Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre, et tâchez de ne vous point ennuyer dans votre maison ; car tout ceci est à vous ; et j’aurais du chagrin si vous n’étiez pas contente. Vous avez bien de la bonté, lui dit la Belle ; je vous avoue que je suis bien contente de votre cœur ; quand j’y pense, vous ne me paraissez plus si laid. Oh ! dame oui, répondit la Bête, j’ai le cœur bon, mais je suis un monstre. Il y a bien des hommes qui sont plus monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime mieux avec votre figure que ceux qui, avec la figure d’hommes, cachent un cœur faux, corrompu, ingrat. Si j’avais de l’esprit, reprit la Bête, je vous ferais un grand compliment pour vous remercier ; mais je suis un stupide, et tout ce que je puis vous dire, c’est que je vous suis bien obligé.
La Belle soupa de bon appétit. Elle n’avait presque plus peur du monstre ; mais elle manqua mourir de frayeur, lorsqu’il lui dit : La Belle, voulez-vous être ma femme ? Elle fut quelque temps sans répondre : elle avait peur d’exciter la colère du monstre en le refusant ; elle lui dit pourtant en tremblant : Non, la Bête.
Dans ce moment ce pauvre monstre voulut soupirer, et il fit un sifflement si épouvantable, que tout le palais en retentit ; mais la Belle fut bientôt rassurée, car la Bête lui ayant dit tristement, adieu donc, la Belle, elle sortit de la chambre en se retournant de temps en temps pour la regarder encore.
La Belle, se voyant seule, sentit une grande compassion pour cette pauvre Bête. Hélas ! disait-elle, c’est bien dommage qu’elle soit si laide : elle est si bonne !

Bref j'ai trouver une problématique, deux axes d'études
I. La vision dépréciative que la Bête a d'elle
II. Le dialogue attentionné

Déjà que j'ai galérer pour les axe d’étude je sèche complètement pour les sous-parties des deux plans.
Breef pouvez-vous m'aider ? ( NIV. 2nde )

2

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Pour les deux sous-parties du grand I, je penserais à
1) le monstre
2) l'être stupide
Mais je suis en terminale L, et pas une trèèèès grande professionnelle

3

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Merci, sa m'aide déjà beaucoup. 

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Supériorité de la femme sur l'homme :

. Il y a bien des hommes qui sont plus monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime mieux avec votre figure que ceux qui, avec la figure d’hommes, cachent un cœur faux, corrompu, ingrat.

Lucidité et bon sens, nous sommes loin des sosottes comme la Sophie de Rousseau, ou des perverses comme la Merteuil.

5 (Modifié par alex1999 07/06/2016 à 09:21)

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Bonjour,

Etant en première je passe bientôt mon oral de français. Pendant que j'étais en train de réviser, j'ai revu une de mes premières fiches de lecture que j'avais faites il y a 6 mois. Cependant, depuis mon prof a donné une feuille avec plusieurs problématiques possibles pour chaque textes et je me suis rendu compte que mon plan était vraiment mauvais.
J'ai tenté de chercher par moi même mais je ne sais même pas par où commencer.

Le sujet porte sur la scène de la rencontre dans la belle et la bête :

Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre, et tâchez de ne vous point ennuyer dans votre maison ; car tout ceci est à vous ; et j’aurais du chagrin si vous n’étiez pas contente. Vous avez bien de la bonté, lui dit la Belle ; je vous avoue que je suis bien contente de votre cœur ; quand j’y pense, vous ne me paraissez plus si laid. Oh ! dame oui, répondit la Bête, j’ai le cœur bon, mais je suis un monstre. Il y a bien des hommes qui sont plus monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime mieux avec votre figure que ceux qui, avec la figure d’hommes, cachent un cœur faux, corrompu, ingrat. Si j’avais de l’esprit, reprit la Bête, je vous ferais un grand compliment pour vous remercier ; mais je suis un stupide, et tout ce que je puis vous dire, c’est que je vous suis bien obligé.
La Belle soupa de bon appétit. Elle n’avait presque plus peur du monstre ; mais elle manqua mourir de frayeur, lorsqu’il lui dit : La Belle, voulez-vous être ma femme ? Elle fut quelque temps sans répondre : elle avait peur d’exciter la colère du monstre en le refusant ; elle lui dit pourtant en tremblant : Non, la Bête.
Dans ce moment ce pauvre monstre voulut soupirer, et il fit un sifflement si épouvantable, que tout le palais en retentit ; mais la Belle fut bientôt rassurée, car la Bête lui ayant dit tristement, adieu donc, la Belle, elle sortit de la chambre en se retournant de temps en temps pour la regarder encore.
La Belle, se voyant seule, sentit une grande compassion pour cette pauvre Bête. Hélas ! disait-elle, c’est bien dommage qu’elle soit si laide : elle est si bonne !

Donc j'aimerais savoir si vous auriez des idées, au moins d'axes et de sous-parties pour me guider.
Les problématiques proposées sont :
    -En quoi peut-on parler d'un monstre au grand cœur ?
    -Etudiez la progression du dialogue.

Je ne vous demande pas forcément de me détaillé chaque sous-parties mais au moins un plan qui, si possible pourrait répondre à ces deux problématiques. (surtout la deuxième en fait ^^)
J'avais déjà vu ce topic : https://www.etudes-litteraires.com/foru … nstre.html mais je pense que les axes proposés ne vont pas avec mes problématiques.

Merci à ceux qui vont m'aider ! (même si vous avez juste une toute petite idée n'hésitez pas)

6

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

A l'oral, c'est l'examinateur qui pose la question ... Et c'est à cette question qu'il faudra répondre.

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Bonjour/Bonsoir, j'ai vraiment besoin de votre aide afin de pouvoir trouver un plan détaillé et une problématique à cet extrait de La Belle et la bête de Mme LePrince de Beaumont svp merci:

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

[même texte]

8

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Monstruosité et humanité

I. Les éléments du conte : les personnages, les contrastes, le merveilleux

II. Un dialogue de la rencontre
Des obstacles/ Des échanges/ La reconnaissance de l'autre

III. Les regards/L'image de soi/L'image de l'autre

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Sans oublier la note féministe :

Il y a bien des hommes qui sont plus monstres que vous, dit la Belle, et je vous aime mieux avec votre figure que ceux qui, avec la figure d’hommes, cachent un cœur faux, corrompu, ingrat.

10

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, La Belle et la Bête - Mangez donc, la Belle, lui dit le monstre...

Salut voici mon plan si il y a des gens qui on ce texte pour l'oral. 

I- Des points de vues différents sur la bête
 
  . La belle l’apprécie mais a peur 
  . La bête se dénigre elle même
  . Le narrateur compatit

II-  La monstruosité

  . La laideur                             : monstruosité extérieure
  . coeur faux, corrompu, ingrat : monstruosité intérieur
  . Une bête pas si monstrueuse