Beau texte littéraire

Bonjour,
Aujourd'hui notre prof de philo, quelqu’un de très littéraire  , nous a donné ce texte en nous demandant d'essayer d'en sortir des idées. Je pense que le texte est beau mais assez incompréhensible, vous en pensez quoi?

La larme, la couleur de la larme, coulait doucement le long de la face, le long du corps, belle mère svelte, morte,  pas de sa porte, enfant seul, abandonné, cœur solitaire au milieu de la vallée… neiges blanches et éternelles, immaculé, pleur d’un fils, espoir, mort, vie résurrection, mère MERE,
Romain, Rome Carthage Caton !!!Brebis seule, le cœur palpitait, machine lente, à sentiment, seul parmi toutes celles qui ne sont que machines, palpitent sans cœur…mais le cœur, le cœur perdu de son â me, espoir, espoir d’une rédemption. Ne pleure pas conscient de toi n’est que points entre la nuit, que senteurs ne pleure, ne pleure...S’il faut mourir, révolution

J'aime particulièrement la dernière phrase, quant à ce qu'elle veut dire je n'en ai aucune idée (la mort vue comme un renouveau, une révolution?

Par ailleurs on ne nous a pas donné l'auteur.

Beau texte littéraire

Il me semble que je dégagerais d'abord les différents champs lexicaux pour tenter de voir où veut en venir l'auteur.Puis j'observerais la façon dont ce texte a été conçu au niveau syntaxe, figures de style. Et enfin je donnerais mon ressenti sans crainte : j'ai moyennement aimé car même après plusieurs lectures des images sombres me viennent à l'esprit ou bien j'ai aimé la beauté des images transmises avec les mots.
Personnellement, je n'ai pas vibré positivement !!

Beau texte littéraire

merci! Est-ce qu'il y a un adjectif pour décrire ce syle? Joycéein? 

Beau texte littéraire

Oui, il y a un adjectif, mais il s'écrit "joycien"... 

Beau texte littéraire

mais est-ce qu'il est vraiment joycien?

Beau texte littéraire

On dirait un poème surréaliste, conçu selon le principe du dorica castra.

Pour moi, et cela n'engage que moi, cela sent le canular à plein nez.

Beau texte littéraire

Delia a écrit :

On dirait un poème surréaliste, conçu selon le principe du dorica castra.

Pour moi, et cela n'engage que moi, cela sent le canular à plein nez.

Pareil, ça sent le professeur qui se sert de ses élèves comme d'un public à fin expérimentale. Personnellement, je n'ai rien trouvé sur Internet ; ce texte m'a l'air donc bidon. Afin de rendre la leçon à ton professeur, si c'est bien lui l'auteur de ce navet, sans doute d'ailleurs, je critiquerais le texte mot par mot en démontrant l'étrangeté trop obscure et insensée, donnant l'impression de lire un dictionnaire désordonné.