1

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

Bonjour, je suis en 1ère L, et j'ai des difficultés concernant un corpus de texte que ma professeur m'a donné.
Les textes étant:

"Spleen" [IV], Baudelaire, Les fleurs du mal
"Ariette III", Verlaine, Romances sans paroles
"Il pleut", Apollinaire, Calligrammes
"Pluie", Ponge, Le parti pris des choses.
"En face", Reverdy, Plupart du temps

La question est: Vous montrerez comment chacun des poèmes, jouant de l'art du langage, explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale.

Après avoir analyser les textes, j'ai bien vu que le premier est sombre, plein d'angoisse; celui de Verlaine est mélancolique mais en même temps triste. Celui d'Apollinaire également; il s'agit d'un mélange de tristesse et de nostalgie. Pour le quatrième, Ponge décrit la pluie mais on peut ressentir une légère gaieté. Pour finir, le texte de Reverdy est joyeux, presque même lumineux.
Cependant, même en sachant cela, je ne répond pas à la question et je ne sais pas dans quelle direction m'orienter pour pouvoir répondre
Merci d'avance de bien vouloir m'aider

Où sont les textes ?
Les versions numériques de vos textes sont peut-être disponibles sur Internet. Avez-vous vérifié ?
Si vous trouvez les textes, recopiez-les dans votre message.

2

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

La question porte sur "l'art du langage", donc sur le discours poétique. Il te faut peut-être analyser plus en détail les poèmes.

3

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

C'est à dire que je devrais comparer leurs descriptions de la pluie et leurs ressentis ? Par exemple, Baudelaire apparente la pluie à des chauves souris et à des araignées, et cette pluie à un effet "déprimant" sur lui. Verlaine compare la pluie à des pleurs, il ne sait pas pourquoi il pleure mais cette pluie lui inspire une sorte de douce mélancolie, la pluie est comme un "chant". Pour Apollinaire, Il compare ses rencontres et peut être sa vie à la pluie qui tombe doucement, d'ailleurs son Calligramme est en forme de "goutte qui tombent comme un rideau". Pour Ponge il décrit la pluie. d'abord ses effets, sa forme, les sons mais je ne vois pas très bien ce qu'il faudrait dire sur lui. Pour le texte de Reverdy, Les gouttes de pluie sont comparés à des étoiles et à des diamants, nous faisant donc penser qu'il s'agit d'un phénomène merveilleux, ce qui est à l'opposé de se que veut dire Baudelaire.
Est-ce cela qu'il faudrait que je développe, ou bien est-ce que je pars complètement à côté ?  Merci d'avance pour les réponses

4

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

En effet, il y a différentes visions de la pluie et c'est très important de le noter, mais pour ma part je me concentrerais sur le libellé, qui parle de "jeu", de "l'art du langage", d'exploration, de "façon nouvelle" et de donner naissance à une "parole originale"; et j'insisterais donc sur les poèmes en eux-mêmes.
Celui de Baudelaire a toute la modernité que nous connaissons à l'auteur, des touches de symbolisme et de romantisme, des vers nourris par la lecture de Schopenhauer, et enfin la volonté si présente de "transformer la boue en or". Tu peux noter la structure répétitive des trois premiers quatrains, qui imitent la monotonie de la pluie par exemple, que vient briser le "tout à coup".
Verlaine a quand à lui une "fadeur" (http://lsuppv.forumactif.org/t34-fadeur … re-richard), cultive un goût pour la dissonance et les demie-teintes. Observe les rimes, qui indiquent le sens.
Pour Apollinaire, c'est bien sûr la forme même du calligramme, et la façon dont elle renforce le sens du poème qu'il faut éclairer.
Ponge quant à lui, est fidèle à lui-même et tu as ici de la prose! Mais une prose qui n'en reste pas moins poétique...
Enfin pour Reverdy tu est face à une écriture encore plus libérée que celle de Verlaine, presque essoufflée, absente, qui me fait penser à celle de Tomas Tranströmer.

5

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

Merci beaucoup, tes conseils m'aident énormément !
Quand j'ai vu art du langage, j'ai aussi pensé figure de style, mais si je traite celles-ci, je ferais un commentaire non ?
Je vais creuser dans la direction que tu m'as indiquée, mais il faudrait que je rapproche les poèmes en utilisant leurs points communs, cependant je n'en trouve pas. Les sens différent tous, la présentation n'est pas la même. Ou peut-être dois-je partir sur leurs différences ?

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

Les seuls points communs des poèmes, ce n'est que leur sujet (la pluie) et une approche originale pour chacun. Et ces façons originales de traiter le sujet, elles, sont toutes différentes les unes des autres, comme te l'a bien montré Jean-Luc.

7

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

En effet, un relevé des figures de style peut aider, mais alors de celles concernant la pluie, pour montrer le jeu fait sur l'image de la pluie. Mais il faut faire un relevé intelligent: les sélectionner et les expliquer. Je pense en effet qu'il faut un peu commenter pour répondre à la question, mais sans te lancer non plus dans un commentaire-fleuve.
Pour ce qui est du rapprochement, je pense plutôt que la question porte sur la singularité de chaque texte et que tu dois donc montrer les différents traitements du sujet.

Vous montrerez comment chacun des poèmes explore la pluie de façon nouvelle et donne naissance à une parole originale

Bonjour ! Je travaille aussi sur ce corpus et la même question -je suis du même lycée et de la même classe que Tichou-à-la-crème-
Pourrais-je avoir quelques précisions si cela est bien sûr possible ! ;D En effet, j'ai donc commencé et j'en suis à la partie "2" ( entre guillemets puisque je n'ai pas réellement fait de parties... Enfin bref.) J'en suis donc à parler du poème en prose de Ponge mais ne trouve rien à dire sur ce dernier à part qu'il est descriptif, en prose, plus "neutre" que celui de Verlaine, Baudelaire, Apollinaire et Reverdy... Mais à part cela je bloque réellement pour l'analyse... Pourrais-je avoir quelques pistes ? >w<
Merci d'avance !