Rémi Brague, La sagesse du monde

Bonjour à toutes celles et tous ceux qui lisent mon message.

Pour faire bref, je rentre en hypokhâgne B/L à Lyon dès la rentrée qui a lieu dans 8 jours 3 heures et 29 minutes en ce moment même. J'ai bien sûr une liste de livres plus que conséquente à lire et à ficher. Dans celle-ci figure La Sagesse du monde de Rémi Brague pour la philosophie. Or, je suis incapable de comprendre quoi que ce soit. Et ce, dès le premier chapitre ...
En effet, je n'arrive pas à entrer dans le livre ; A saisir ce que l'auteur à voulu dire. A tel point que j'en suis venu à douter de mon orientation. Serais-je capable de suivre/survivre en prépa si je ne parviens même pas à lire cette oeuvre ? J'aurais besoin de deux choses :

Pensez-vous que je puisse tout à fait suivre l'année prochaine en dépit du fait exprimé ci-dessus ?
Auriez-vous des conseils, des méthodes qui vous permettent de "rentrer" dans ce genre de lecture ?
Enfin, où pourrais-je en lire un genre de résumé, d'analyse simplifiée ?


Je tiens à remercier celles et ceux qui ont lu jusqu'au bout ce message et à plus forte raison, celles et ceux qui répondront à mes questions.

2

Rémi Brague, La sagesse du monde

Bonjour,


Serais-je capable de suivre/survivre en prépa si je ne parviens même pas à lire cette oeuvre ?

Bien sûr que oui, ne t'inquiète pas ; Brague est assez difficile, même pour les universitaires qui peinent à bien saisir la structure de sa pensée - il refuse lui-même d'être considéré comme un philosophe et se présente comme un "professeur de philosophie".
Dans ce livre, Brague tente d'embrasser les différents systèmes de la pensée ; il obéit à une nouvelle approche épistémologique, ce qui est un moyen pour lui de retrouver la méthode de Léo Strauss, laquelle refuse tout historicisme : par exemple, il y a du chrétien chez Platon (ce qui peut se discuter) ce qui l'invite à mieux discerner le sens du mot "modernité".
En définitive, tu dois te demander ce que signifie la modernité chez Brague - si celle-ci n'est pas déjà contenue en germe dans certaines sagesses traditionnelles (et si, oui, ne pas hésiter à les situer). Il y a un souci, également, de présenter les figures de la philosophie dans leur individualité : demande-toi s'il s'agit d'une bonne méthode pour penser la philosophie et si, dans un cas contraire, un philosophe n'est pas le produit d'un milieu, d'une école (lecture holiste) ; finalement, insister sur la particularité DES philosophes, n'est-ce pas un moyen de sauver, aux yeux des exigences rationalistes, LA philosophie dans sa recherche de vérité ? La vraie question interne qui traverse le livre est de savoir s'il existe une sagesse du monde ou DES sagesses et si la modernité, par excellence, n'est pas de lire l'"'ancien" avec des yeux individualistes - ce qui témoignerait d'une critique virulente de notre post-modernité.
En ouverture, pour t'aider, convoque Louis Dumont qui a su bien voir ces enjeux par le biais de l'anthropologie.
Bon courage!

Rémi Brague, La sagesse du monde

Merci Jérémy d'avoir pris le temps pour me répondre et pour avoir avancé ces pistes de lecture et de réflexion ;
Je vais tâcher de me concentrer sur la notion de modernité et sur la possible existence d'une pluralité de sagesses.
Je me sens aussi rassuré d'apprendre que Brague est un "professeur de philosophie assez difficile à saisir" ! 
Je vais pouvoir me lancer sans a priori en philosophie dans cette année d'hypokhâgne.

Rémi Brague, La sagesse du monde

Il ne faudra pas te remettre en question à chaque lecture ou devoir "trop difficile"... Tu verras que ça arrivera souvent au début, tout comme les mauvaises notes même si jusqu'à maintenant tu n'en avais jamais ! Il est vrai qu'en général en entrant en prépa on est habitué depuis toujours à bien réussir à l'école. On n'a pas l'habitude de se trouver désemparé devant une lecture ou un devoir, ni de se sentir débordé face à la quantité de travail à fournir, c'est un sentiment nouveau pour la grande majorité de ceux qui entrent en prépa. Rassure-toi c'est bien normal, tu es loin d'être le seul. Il faut apprendre à ne pas se laisser décourager. Si tu as été pris c'est que tu es capable, garde cela en tête, et aussi que bien d'autres de ta future classe sont actuellement confrontés à la même difficulté, ne pense surtout jamais que c'est facile pour les autres et que tu es moins doué.
Bonne rentrée à toi !

Rémi Brague, La sagesse du monde

Bonjour Ammy,
Je prends le temps de te répondre afin de rectifier quelques petites choses qui ne sont pas tout à fait vraies.
Premièrement, je ne me "REmettais" pas en question mais plutôt me "mettais" en question. En effet, venant de S et ayant perdu l'habitude de lire durant les dernières années de mon secondaire, je voulais savoir si j'avais complètement perdu la capacité de lire. J'avoue avoir peur car je ne me suis pas posé la question avant...
Ensuite, je dois dire que les élèves qui sont acceptés en prépa, ne sont pas forcément de très bons élèves qui n'ont jamais eu en dessous de la moyenne. Je pense que c'est ce que la majeur partie des personnes pensent. Mais c'est une illusion. Dans mon cas, j'ai plutôt eu l'habitude des mauvaises notes, se rapprochant plus du 0 que de la moyenne, des remarques, j'ai déjà été désespéré et découragé... J'ai pour ainsi dire, redoublé ma première. Comme quoi, même des redoublants peuvent accéder aux prépas !! J'ai bien à l'esprit que tu as nuancé ton propos avec "grande majorité". Je précise mon cas (qui, je le pense, dois être commun à d'autres) pour que certaines personnes ne se fassent pas d'idées sur les élèves admis en classe prépa...
Je tiens à te remercier Ammy pour l'encouragement que tu me donnes ; Merci et bonne rentrée à toi aussi si tu est étudiante ou prof