1

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Coucou, on a eu le bac de francais ce matin...
Voilà le sujet qui est tombé

Séries S et ES
Objet d'étude: Le texte théâtral et sa représentation

Corpus:
Texte A: Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5 (extrait), 1662
Texte B: Marivaux, La Dispute, scène 4 (extrait), 1744
Texte C: Giraudoux, Ondine, Acte I, scène 3 (extrait), 1939


Texte A: Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5 (extrait), 1662

AGNES
Elle est fort étonnante, et difficile à croire.
J'étais sur le balcon à travailler au frais,
Lorsque je vis passer sous les arbres d'auprès
Un jeune homme bien fait, qui, rencontrant ma vue,
D'une humble révérence aussitôt me salue:
Moi, pour ne point manquer à la civilité,
Je fis la révérence aussi de mon côté.
Soudain il me refait une autre révérence;
Moi, j'en refais de même une autre en diligence;
Et lui d'une troisième aussitôt repartant,
D'une troisième aussi j'y repars à l'instant.
Il passe, vient, repasse, et toujours de plus belle
Me fait à chaque fois révérence nouvelle;
Et moi, qui tous ces tours fixement regardais,
Nouvelle révérence aussi je lui rendais:
Tant que, si sur ce point la nuit ne fût venue,
Toujours comme cela je me serais tenue,
Ne voulant point céder, ni recevoir l'ennui
Qu'il me pût estimer moins civile que lui.
ARNOLPHE
Fort bien.

AGNES
Le lendemain, étant sur notre porte,
Une vieille m'aborde, en parlant de la sorte:
"Mon enfant, le bon Dieu puisse-t-il vous bénir,
Et dans tous vos attraits longtemps vous maintenir!
Il ne vous a pas fait une belle personne,
Afin de mal user des choses qu'il vous donne;
Et vous devez savoir que vous avez blessé
Un coeur qui de s'en plaindre est aujourd'hui forcé."

ARNOLPHE, à part.
Ah! suppôt de Satan! exécrable damnée!

AGNES
Moi, j'ai blessé quelqu'un? fis-je tout étonnée.
"Oui, dit-elle, blessé, mais blessé tout de bon;
Et c'est l'homme qu'hier vous vîtes du balcon."
Hélas! qui pourrait, dis-je, en avoir été cause?
Sur lui, sans y penser, fis-je choir quelque chose?
"Non, dit-elle; vos yeux ont fait ce coup fatal,
Et c'est de leurs regards qu'est venu tout son mal."
Eh, mon Dieu! ma surprise est, fis-je, sans seconde;
Mes yeux ont-ils du mal, pour en donner au monde?
"Oui, fit-elle, vos yeux, pour causer le trépas,
Ma fille, ont un venin que vous ne savez pas,
En un mot, il languit, le pauvre misérable;
Et s'il faut, poursuivit la vieille charitable,
Que votre cruauté lui refuse un secours,
C'est un homme à porter en terre dans deux jours."
Mon Dieu! j'en aurais, dis-je, une douleur bien grande.
Mais pour le secourir qu'est-ce qu'il me demande?
"Mon enfant, me dit-elle, il ne veut obtenir
Que le bien de vous voir et vous entretenir;
Vos yeux peuvent eux seuls empêcher sa ruine,
Et du mal qu'ils ont fait être la médecine."
Hélas ! volontiers, dis-je; et, puisqu'il est ainsi,
Il peut, tant qu'il voudra, me venir voir ici.

Texte B: Marivaux, La Dispute, scène 4 (extrait), 1744

Scène IV
ÉGLÉ, AZOR


Églé un instant seule, Azor paraît vis-à-vis d’elle.


Églé, continuant et se tâtant le visage
Je ne me lasse point de moi. (Et puis apercevant Azor avec frayeur.) Qu’est-ce que cela, une personne, comme moi… N’approchez point. (Azor étendant les bras d’admiration et souriant. Églé continue.) La personne rit, on dirait qu’elle m’admire. (Azor fait un pas.) Attendez… Ses regards sont pourtant bien doux… Savez-vous parler ?
Azor
Le plaisir de vous voir m’a d’abord ôté la parole.
Églé
La personne m’entend, me répond, et si agréablement !
Azor
Vous me ravissez.
Églé
Tant mieux.
Azor
Vous m’enchantez.
Églé
Vous me plaisez aussi.
Azor
Pourquoi donc me défendez-vous d’avancer ?
Églé
Je ne vous le défends plus de bon cœur.
Azor
Je vais donc approcher.
Églé
J’en ai bien envie. (Il avance.) Arrêtez un peu… que je suis émue !
Azor
J’obéis, car je suis à vous.
Églé
Elle obéit ; venez donc tout à fait, afin d’être à moi de plus près. (Il vient.) Ah ! la voilà, c’est vous, qu’elle est bien faite ! En vérité vous êtes aussi belle que moi.
Azor
Je meurs de joie d’être auprès de vous, je me donne à vous, je ne sais pas ce que je sens, je ne saurais le dire.
Églé
Eh, c’est tout comme moi.
Azor
Je suis heureux, je suis agité.
Églé
Je soupire.
Azor
J’ai beau être auprès de vous, je ne vous vois pas encore assez.
Églé
C’est ma pensée, mais on ne peut pas se voir d’avantage, car nous sommes là.
Azor
Mon cœur désire vos mains.
Églé
Tenez, le mien vous les donne ; êtes-vous plus contente ?
Azor
Oui, mais non pas plus tranquille.
Églé
C’est ce qui m’arrive, nous nous ressemblons en tout.
Azor
Oh ! Quelle différence ! Tout ce que je suis ne vaut pas vos yeux, ils sont si tendres !
Églé
Les vôtres si vifs !
Azor
Vous êtes si mignonne, si délicate !

Texte C: Giraudoux, Ondine, Acte I, scène 3 (extrait), 1939
(Je n'ai pas pu trouver ce texte sur internet pour le coller ici)

ÉCRITURE

I. Vous répondrez d'abord à la question suivante (4 points) :

En comparant les textes du corpus, vous montrerez comment est représentée, dans ces scènes de théâtre, la première rencontre amoureuse.

II. Vous traiterez ensuite, au choix l'un des sujets suivants (16 points) :

SUJET 1 : Commentaire
Vous commenterez le texte C, extrait d'Ondine de Giraudoux

SUJET 2 : Dissertation

Peut-on réduire le théâtre à un échange de paroles ?
Vous répondrez en vous appuyant sur votre expérience de lecteur et de spectateur.

SUJET 3 : Écriture d'invention
Dans l'extrait de L'École des femmes, Agnès raconte à Arnolphe sa rencontre avec Horace.
Imaginez le récit que peut faire Horace à un ami de cette même rencontre.
Votre texte sera une scène de théâtre en prose.

Voilà, j'espère que cela puisse aider à préparer le bac à tous ceux qui ne l'ont pas encore fait!
Bon courage à tous et à toutes!

2

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Bonjour,

Merci pour le sujet.

Est-ce le sujet des séries S et ES ?

3

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Quel sont tes axes pour le,commentaire s'il te plaît ?

4

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

webmestre: oui, c'est le sujet pour les séries ES/S

Marocaine: J'ai pris la dissertation, pas le commentaire, désolé

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Merci de nous avoir mis le sujet c'est sympa
La dissertation a l'air intéressante, quel plan as-tu fait ?
(Bon, le théâtre est tombé deux fois cette année je crois, je suppose qu'il ne retombera pas une troisième fois en France métropolitaine).

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Waouh , j' ai eu le même sujet que toi et je vie en Guyane !!La dissertation il  faut être super calé pour le faire.

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Je l'ai eu aussi, j'ai choisi le sujet d'invention, il me paraissait assez abordable, qu'en pensez vous ?
PS : Les séries STG sont tombés sur le Roman et ses personnages.

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Coucou , quelqu’un pourrait il mettre le plan pour la dissertation ou du moins les idées principales ?

9

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Personnellement j'aurai évoqué Antonin Arthaud lorsqu'il dit " le théâtre de l'occident est un théâtre de la parole " donc pour la " thèse " j'aurai mis

- Un théâtre de la parole lié au classicisme, au vocabulaire soutenu et l'interdiction de mouvement vu que les peronnages étaient nobles
- Les formes de répliques ( surtout les stichomythies )
- Le Quiproquo aide à créer l'ambiance d'humour

Pour l'antithèse

- La crise du langage
- Le Théâtre Nô et Mô
- Penser à ré-evoquer le classicisme en insistant sur le fait que tout mouvement était interdit rendait justement la mise en scène difficile

Pour la synthèse

La difficulté du metteur en scène etc.

Voila les différents points que j'aurai développé, étant un élève " moyen " en dissertation je peux me tromper mais je pense que tout n'est pas faux.

Sujet du bac de français 2012 - Martinique

Nawi a écrit :

Je l'ai eu aussi, j'ai choisi le sujet d'invention, il me paraissait assez abordable, qu'en pensez vous ?
PS : Les séries STG sont tombés sur le Roman et ses personnages.

Très abordable, en effet, pour ceux qui ont lu la pièce : Molière l'a écrite, cette scène, acte I, scène 4.

Même sans cela, une bonne lecture de la scène suffisait pour en venir à bout.
Pour une fois, le sujet d'invention est faisable, c'est à marquer d'une pierre blanche.