1

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

Salut tout le monde , j'aurais besoin d'aide svp
voila je viens de passer mon bac francais ecrit (stg)
j'ai pris le commentaire comme sujet je pense que j'ai reussi le plan mais je n'ai pas utilisé 2 procedés du theatre :
la double enonciation et le coup de theatre
j'ai tres tres peur , je ne me suis pas rendu compte de ne pas les avoir utiliser puisque j'avais vraiment bosser tous les procedés.
J'aurais besoin de certains témoignages ,est-ce que les profs sont indulgents ? quelles sont leurs critères de notation ? sachant que j'ai réussi mon plan +introduction + conclusion
Merci d'avance pour vos réponses

Scène VI

La chambre de Camille.

Entrent CAMILLE et DAME PLUCHE.

Camille

Il a pris ma lettre, dites-vous ?

Dame Pluche

Oui, mon enfant, il s’est chargé de la mettre à la poste.

Camille

Allez au salon, dame Pluche ; et faites-moi le plaisir de dire à Perdican que je l’attends ici.

Dame Pluche sort.

Camille

Il a lu ma lettre, cela est certain ; sa scène du bois est une vengeance, comme son amour pour Rosette. Il a voulu me prouver qu’il en aimait une autre que moi, et jouer l’indifférent malgré son dépit. Est-ce qu’il m’aimerait, par hasard ? (Elle lève la tapisserie.) Es-tu là, Rosette ?

Rosette, entrant.

Oui ; puis-je entrer ?

Camille

Ecoute-moi, mon enfant ; le seigneur Perdican ne te fait-il pas la cour ?

Rosette

Hélas ! oui.

Camille

Que penses-tu de ce qu’il t’a dit ce matin ?

Rosette

Ce matin ? Où donc ?

Camille

Ne fais pas l’hypocrite. — Ce matin à la fontaine dans le petit bois.

Rosette

Vous m’avez donc vue ?

Camille

Pauvre innocente ! Non, je ne t’ai pas vue. Il t’a fait de beaux discours, n’est-ce pas ? Gageons qu’il t’a promis de t’épouser.

Rosette

Comment le savez-vous ?

Camille

Qu’importe comment je le sais ? Crois-tu à ses promesses, Rosette ?

Rosette

Comment n’y croirais-je pas ? il me tromperait donc ? Pour quoi faire ?

Camille

Perdican ne t’épousera pas, mon enfant.

Rosette

Hélas ! je n’en sais rien.

Camille

Tu l’aimes, pauvre fille ; il ne t’épousera pas, et la preuve, je vais te la donner ; rentre derrière ce rideau, tu n’auras qu’à prêter l’oreille et à venir quand je t’appellerai.

Rosette sort.

Camille, seule.

Moi qui croyais faire un acte de vengeance, ferais-je un acte d’humanité ? La pauvre fille a le cœur pris. (Entre Perdican.) Bonjour, cousin, asseyez-vous.

Perdican

Quelle toilette, Camille ! À qui en voulez-vous ?

Camille

À vous, peut-être ; je suis fâchée de n’avoir pu me rendre au rendez-vous que vous m’avez demandé ; vous aviez quelque chose à me dire ?

Perdican, à part.

Voilà, sur ma vie, un petit mensonge assez gros, pour un agneau sans tache ; je l’ai vue derrière un arbre écouter la conversation. (Haut.) Je n’ai rien à vous dire, qu’un adieu, Camille ; je croyais que vous partiez ; cependant votre cheval est à l’écurie, et vous n’avez pas l’air d’être en robe de voyage.

Camille

J’aime la discussion ; je ne suis pas bien sûre de ne pas avoir eu envie de me quereller encore avec vous.

Perdican

À quoi sert de se quereller, quand le raccommodement est impossible ? Le plaisir des disputes, c’est de faire la paix.

Camille

Êtes-vous convaincu que je ne veuille pas la faire ?

Perdican

Ne raillez pas ; je ne suis pas de force à vous répondre.

Camille

Je voudrais qu’on me fit la cour ; je ne sais si c’est que j’ai une robe neuve, mais j’ai envie de m’amuser. Vous m’avez proposé d’aller au village, allons-y, je veux bien ; mettons-nous en bateau ; j’ai envie d’aller dîner sur l’herbe, ou de faire une promenade dans la forêt. Fera-t-il clair de lune, ce soir ? Cela est singulier, vous n’avez plus au doigt la bague que je vous ai donnée.

Perdican

Je l’ai perdue.

Camille

C’est donc pour cela que je l’ai trouvée ; tenez, Perdican, la voilà.

Perdican

Est-ce possible ? Où l’avez-vous trouvée ?

Camille

Vous regardez si mes mains sont mouillées, n’est-ce pas ? En vérité, j’ai gâté ma robe de couvent pour retirer ce petit hochet d’enfant de la fontaine. Voilà pourquoi j’en ai mis une autre, et, je vous dis, cela m’a changée ; mettez donc cela à votre doigt.

Perdican

Tu as retiré cette bague de l’eau, Camille, au risque de te précipiter ? Est-ce un songe ? La voilà ; c’est toi qui me la mets au doigt ! Ah ! Camille, pourquoi me le rends-tu, ce triste gage d’un bonheur qui n’est plus ? Parle, coquette et imprudente fille, pourquoi pars-tu ? pourquoi, restes- tu ? Pourquoi d’une heure à l’autre, changes-tu d’apparence et de couleur, comme la pierre de cette bague à chaque rayon de soleil ?

Camille

Connaissez-vous le cœur des femmes, Perdican ? Êtes-vous sûr de leur inconstance, et savez-vous si elles changent réellement de pensée en changeant quelquefois de langage ? Il y en a qui disent que non. Sans doute, il nous faut souvent jouer un rôle, souvent mentir ; vous voyez que je suis franche ; mais êtes-vous sûr que tout mente dans une femme, lorsque sa langue ment ? Avez-vous bien réfléchi à la nature de cet être faible et violent, à la rigueur avec laquelle on le juge, aux principes qu’on lui impose ? Et qui sait si, forcée à tromper par le monde, la tête de ce petit être sans cervelle ne peut pas y prendre plaisir, et mentir quelquefois par passe-temps, par folie, comme elle ment par nécessité ?

Perdican

Je n’entends rien à tout cela, et je ne mens jamais. Je t’aime Camille, voilà tout ce que je sais.

Camille

Vous dites que vous m’aimez, et vous ne mentez jamais ?

Perdican

Jamais.

Camille

En voilà une qui dit pourtant que cela vous arrive quelquefois. (Elle lève la tapisserie, Rosette paraît dans le fond, évanouie sur une chaise.) Que répondrez-vous à cette enfant, Perdican, lorsqu’elle vous demandera compte de vos paroles ? Si vous ne mentez jamais, d’où vient donc qu’elle s’est évanouie en vous entendant me dire que vous m’aimez ? Je vous laisse avec elle ; tâchez de la faire revenir.

Elle veut sortir.

Perdican

Un instant, Camille, écoute-moi.

Camille

Que voulez-vous me dire ? c’est à Rosette qu’il faut parler. Je ne vous aime pas, moi ; je n’ai pas été chercher par dépit cette malheureuse enfant au fond de sa chaumière, pour en faire un appât, un jouet ; je n’ai pas répété imprudemment devant elle des paroles brûlantes adressées à une autre ; je n’ai pas feint de jeter au vent p our elle le souvenir d’une amitié chérie ; je ne lui ai pas mis ma chaîne au cou ; je ne lui ai pas dit que je l’épouserais.

Perdican

Ecoute-moi, écoute-moi !

Camille

N’as-tu pas souri tout à l’heure quand je t’ai dit que je n’avais pu aller à la fontaine ? Eh bien ! oui, j’y étais, et j’ai tout entendu ; mais, Dieu m’en est témoin, je ne voudrais pas y avoir parlé comme toi. Que feras-tu de cette fille-là, maintenant, quand elle viendra, avec tes baisers ardents sur les lèvres, te montrer en pleurant la blessure que tu lui as faite ? Tu as voulu te venger de moi, n’est-ce pas, et me punir d’une lettre écrite à mon couvent ? Tu as voulu me lancer à tout prix quelque trait qui pût m’atteindre, et tu comptais pour rien que ta flèche empoisonnée traversât cette enfant, pourvu qu’elle me frappât derrière elle. Je m’étais vantée de t’avoir inspiré quelque amour, de te laisser quelque regret. Cela t’a blessé dans ton noble orgueil ? Eh bien ! apprends-le de moi, tu m’aimes, entends-tu ; mais tu épouseras cette fille, ou tu n’es qu’un lâche !

Perdican

Oui, je l’épouserai.

Camille

Et tu feras bien.

Perdican

Très bien, et beaucoup mieux qu’en t’épousant toi-même. Qu’y a-t-il, Camille, qui t’échauffe si fort ? Cette enfant s’est évanouie ; nous la ferons bien revenir, il ne faut pour cela qu’un flacon de vinaigre ; tu as voulu me prouver que j’avais menti une fois dans ma vie ; cela est possible, mais je te trouve hardie de décider à quel instant. Viens, aide-moi à secourir Rosette.

Ils sortent.

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

Qu'est-ce que ça veut dire "je n'ai pas utilisé ces deux procédés" ? On ne doit pas utiliser de procédés dans un commentaire, en revanche on doit les reconnaître s'ils y sont. Est-ce qu'il y avait un coup de théâtre dans la scène et tu n'en as pas parlé ?
Pour la double énonciation, on n'est pas obligé d'en parler dans chaque commentaire, là encore c'est plus ou moins intéressant selon l'extrait.
Quel était ton texte à commenter ?

3

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

le texte : On ne badine pas avec l'amour acte 3 scène 6
oui il y'avait bien un coup de théatre et je ne l'ai pas mentionné :S
j'ai du aussi inversé 2 sous-axes est-ce grave ?

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

Je ne sais pas s'il fallait tant que cela évoquer le coup de théâtre, tout dépend du passage (la scène est longue, vous ne l'avez pas eue en entier j'imagine : quel était le passage ?). Selon l'extrait, ce n'est pas si nécessaire.
Quant à inverser les sous-parties, que veux-tu dire ? Il n'y a pas d'ordre obligatoire pour les sous-parties, tu as inversé par rapport à quoi ? A ce que tu avais prévu ? Ou à ce qu'on fait les autres ?

5

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

c'est la scène de tromperie amoureuse : Camille piège Perdican en essayant de le séduire , Rosette est caché et écoute la conversation
Oui le coup de théatre c'est la révélation de la présence de Rosette à la fin de l'extrait
Puisque je suis en STG on nous donne les grands axes :
1) Verité et mensonge
2) la cruauté de la mise en scène de Camille

Moi j'ai du inverser j'ai parlé du mensonge avant la verité alors que dans l'introduction j'ai recopié l'axe : Verité et mensonge
Concernant les sous-axes, J'ai fait:
1) Verité et mensonge
a) Rosette, un témoin caché ( mensonge)
b) une tromperie amoureuse ( je n'ai pas parlé du coup de théatre)

2) la crauté de la mise en scène de Camille
a) Une séductrice qui use de son charme
b) Rosette, une victime fragile

l'introduction : j'ai parlé du drame romantique et la conclusion j'ai ouvert sur la préface de Cromwell

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

Alors, ce n'est pas parce que le titre dit "vérité et mensonge" que tu dois forcément les prendre dans cet ordre, rassure-toi. Sinon si tu n'as pas parlé de coup de théâtre, mais que tu as dit "surprise" "révélation" "découverte" ou autre ça va bien, même si ce n'est pas le titre d'une sous-partie. Tu sembles avoir compris la scène, donc ça ne me paraît pas grave car finalement ce n'est pas un coup de théâtre pour le spectateur qui sait que Rosette est cachée. Après je ne peux pas juger car je n'ai pas lu ton devoir, mais je pense que les raisons que tu donnes ne suffisent pas à dire que tu auras une mauvaise note : ça ne me paraît pas gravissime.

Aurais-tu un lien pour voir le sujet entier, sais-tu s'il a été mis en ligne ?

7

Musset, On ne badine pas avec l'amour, acte III, scène 6

Non le sujet n'a pas encore été mis en ligne mais j'ai un lien ou c'est possible de consulter un extrait de la scene 6
http://branly.eaf.free.fr/docs/1reS1_seq2_LA.pdf

En tout cas merci beaucoup pour tes réponses et ton aide , je suis rassurée à présent.
merci encore  !