1

Servir de rien. Souhaiter de...

Après détester de...

Encore dans Mauriac :

"Mais alors sa ruse ne lui avait servi de rien..."
Plus loin :
"Elle souhaita de tomber morte".

Il abuse un peu avec ses de!

Servir de rien. Souhaiter de...

Cette construction est certes moins fréquente à l'oral qu'à l'écrit, mais souhaiter suivi d'un infinitif se construit avec ou sans la préposition de, sans nuance de sens.

Alors que, pour la première citation, Hanse note : ne servir à rien (courant) ou (plus littéraire ou archaïque) de rien.

3 (Modifié par Benoit 26/03/2018 à 20:14)

Servir de rien. Souhaiter de...

Bonjour,

Servir de rien ; est-ce vraiment une locution archaïque ? Par quoi peut-on la remplacer, en conservant le sens ?
Par exemple, dans la phrase suivante : « il a suivi ces conseils qui ne servent de rien pour la paix qu’il cherchait. »

4 (Modifié par Roméo31 26/03/2018 à 20:13)

Servir de rien. Souhaiter de...

La réponse figure dans le message n° 2.

Etre inutile
aussi.

Servir de rien. Souhaiter de...

En fait, la construction en elle même me semble correcte ; la préposition de plus un complément de cause.
Exemple : je suis mort de rire.
Par contre, dans la construction servir de rien, je crois que la difficulté réside dans le complément de cause, qui n'est rien...
Peut-on vraiment servir de rien ?

6

Servir de rien. Souhaiter de...

« il a suivi ces conseils qui ne servent à rien pour la paix qu’il cherchait. »
« il a suivi ces conseils qui ne servent en rien pour la paix qu’il cherchait. »
et de nombreuses autres formulations si l'on s'écarte de ce schéma.

Servir de rien. Souhaiter de...

Benoît a écrit :

En fait, la construction en elle même me semble correcte ; la préposition de plus un complément de cause.
Exemple : je suis mort de rire.
Par contre, dans la construction servir de rien, je crois que la difficulté réside dans le complément de cause, qui n'est rien...
Peut-on vraiment servir de rien ?

Ce n'est pas parce que de peut introduire un complément de cause que de rien est un complément de cause. C'est un simple COI de servir, variante recherchée et archaïque du COI à rien. Si l'on tient à une nuance circonstancielle, on dira que c'est une nuance de but.

Servir de rien. Souhaiter de...

Vraiment, vos réponses sont toujours excellentes, merci beaucoup.

Donc, ne servir de rien est tout à fait archaïque, et ne servir à rien est son parfait synonyme.

# Lamaneur :
Selon ma compréhension, le sens des deux phrases n'est pas identique. La seconde phrase me paraît meilleure dans sa construction, mais je suis peut-être dans mon tort :

Servir à rien : est suffisant pour décrire l'objet lui-même ; « il a suivi ces conseils qui ne servent à rien. »
Servir en rien : se rapporte à quelque chose d'autre en relation avec l'objet ; « il a suivi ces conseils qui ne servent en rien pour... »