Est-il facile de distinguer les genres les plus propices à l'art de convaincre... ?

Bonjours, je suis en difficulté pour ma dissertation de français à rendre pour mercredi. 

Sujet : Pensez vous qu'il soit facile de distinger ceux qui sont les plus propices a l'art de convaincre et ceux qui sont les plus propices a l'art de persuader.

La nous a dis de parler seulement des genres étudies avec elle cette année :

Persuader :   
genre théâtrale : Comédie /Tragédie

poésie


Convaincre : 
apologues : fable / conte philosophique

Recit : Roman

Ou j'en suis :

j'ai un plan :

Intro avec définition convaincre et persuader + reformulation du sujet + plan

I facile
de distinguer genre propice a l'art de convaincre
de distinguer genre propice a l'art de persuader

II  difficile
de distinguer genre propice a l'art de convaincre
de distinguer genre propice a l'art de persuader

J'ai fini la partie I mais j'ai beaucoup de difficulté pour la partie II.


Cordialement,
Babou54 

Est-il facile de distinguer les genres les plus propices à l'art de convaincre... ?

Pensez vous qu'il soit facile de distinger ceux qui sont les plus propices a l'art de convaincre et ceux qui sont les plus propices a l'art de persuader.


Ceux ? les auteurs, les thèmes, les arguments ?

D'après les éléments que vous proposez, je suppose qu'il s'agit des genres :

Persuader :   
genre théâtrale : Comédie /Tragédie

Dites donc cela à Corneille ! Le genre dramatique permet de convaincre tout autant que de persuader, dans une même pièce et parfois dans une même scène.

poésie

Même remarque : en poésie, le genre lyrique joue sur la persuasion, mais nous avons aussi des poésies didactiques, comme la Petite cosmogonie portative de Raymond Queneau, et les Châtiments de Hugo alternent conviction et persuasion. parfois dans une seule pièce, comme Souvenir de la nuit du 4 .

Convaincre :   
apologues : fable / conte philosophique

Ils cumulent les deux : une narration plaisante (persuasion) pour enrober un fond sérieux (conviction).

Recit : Roman

Le roman aussi mélange les deux.

Conviction et persuasion ne sont pas attachés à des genres définis, mais inextricablement mêlés dans toute œuvre.
Sans doute est-ce là la conclusion à laquelle votre professeur veut vous conduire.

Il vous reste à passer en revue les œuvres, et non les genres, qui peuvent appuyer votre démonstration.

J'ai fini la partie I mais j'ai beaucoup de difficulté pour la partie II.

Vous prévoyez dans cette partie II de dire exactement le contraire de ce que vous dites dans la partie I. Vous avez bien l'intuition de ce que je vous ai dit : aucun genre n'est  exclusivement dédié à la conviction, aucun genre n'est exclusivement dédié à la persuasion.

En fait vous n'avez pas problématisé.

Je vous suggérerais de vous demander si conviction et persuasion sont une question de genre, ou de stratégie.
Cela vous permettra de dire que c'est une question de stratégie argumentative. L'auteur choisit le genre en fonction de sa stratégie : Hugo opte pour la persuasion dans le Dernier jour d'un condamné, par l'identification du lecteur à celui qui va mourir, et pour la poésie satirique dans les Châtiments qui font appel à la raison.

3

Est-il facile de distinguer les genres les plus propices à l'art de convaincre... ?

bonsoir Babou.

           J'ai un peu vu ton plan et je te suggère de revenir sur les définitions de la persuasion et la conviction. La première est l'adhésion autant sentimentale (le charme d'une description par exemple qui frappe les sens) qu'intellectuelle (faire sienne une idée du texte), autrement dit l'écrivain veut amener le lecteur à croire, à penser, à vouloir, à faire d'une certaine manière. Persuader c'est donc faire en sorte que le lecteur veuille agir d'une certaine façon, c'est un pouvoir injonctif que détient l'écrivain (par exemple Victor Hugo dans ses poèmes). Convaincre, c'est amener le lecteur à reconnaître la vérité d'une proposition ou d'un fait. Le raisonnement est un moyen pour permettre cette conviction de s'opérer.

           L'écrivain peut être amené à convaincre et persuader à la fois lorsqu'il s'adresse à la raison et aux affects.