Traduction - Discours de Martin Luther King

Chers profs,

Je ne sais si je peux me permettre mais j'ai 2 traductions de certains passages du discours de MLT en 63, et je souhaiterais savoir quelle est la version qui a votre préférence.S'il y a quelques retouches à apporter au niveau du style et de la structure du texte français. Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, je vous enverrai ces passages par épisodes. Ce ne sera pas tout le discour je vous rassure, mais juste le début.

1) “I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.
« Je suis heureux de participer avec vous aujourd’hui à ce rassemblement qui restera dans l’Histoire (Doit-on mettre le "H" en majuscule ?) comme la plus grande manifestation que notre pays aie connu en faveur de la liberté.

2) Five score years ago, a great American, in whose symbolic shadow we stand signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beacon light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of captivity.

a) Il y a cent ans, un grand Américain, qui jette sur nous aujourd'hui son ombre symbolique, signait / a signé (différence ?) la Proclamation d'Emancipation. Cet arrêt d'une importance capitale venait porter lumière, comme un phare d'espoir, aux millions d'esclaves Noirs marqués par les flammes d'une injustice foudroyante, et annonçait l'aube joyeuse qui allait mettre fin à la longue nuit de la captivité.

b) Il y a un siècle de cela, un grand Américain qui nous couvre aujourd’hui de son ombre symbolique signait notre acte d’émancipation. Cette proclamation historique faisait, comme un grand phare, briller la lumière de l’espérance aux yeux de millions d’esclaves noirs marqués au feu d’une brûlante injustice. Ce fut comme l’aube joyeuse qui mettrait fin à la longue nuit de leur captivité.

3) But one hundred years later, we must face the tragic fact that the Negro is still not free. One hundred years later, the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. One hundred years later, the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. One hundred years later, the Negro is still languishing in the corners of American society and finds himself an exile in his own land. So we have come here today to dramatize an appalling condition.

a) Mais un siècle plus tard, nous devons faire le constat tragique que les Noirs ne sont pas encore libres. Un siècle plus tard, la vie des Noirs reste entravée par la ségrégation et enchaînée par la discrimination. Un siècle plus tard, les Noirs représentent un îlot de pauvreté au milieu d'un vaste océan de prospérité matérielle. Un siècle plus tard, le Noirs languissent toujours dans les marges de la société américaine, des exilés dans leur propre terre. Alors nous venons ici aujourd'hui pour dramatiser notre condition effroyable.

b) Mais cent ans ont passé et le Noir n’est pas encore libre. Cent ans ont passé et l’existence du Noir est toujours tristement entravée par les liens de la ségrégation, les chaînes de la discrimination. Cent ans ont passé et le Noir vit encore sur l’île solitaire de la pauvreté, dans un vaste océan de prospérité matérielle. Cent ans ont passé et le Noir languit toujours dans les marges de la société américaine et se trouve en exil dans son propre pays. C’est pourquoi nous sommes accourus aujourd’hui en ce lieu pour rendre manifeste cette honteuse situation. 

Je vous remercie de votre patience.
Hela

Traduction - Discours de Martin Luther King

Bonjour, Hela !

J'ai fait ce que j'ai pu. C'est parfois emphatique, mais c'est une traduction.
Cordialement,
Edy

« Je suis heureux de participer avec vous aujourd’hui à ce rassemblement qui restera dans l’Histoire (DOIT-ON METTRE LE "H" EN MAJUSCULE ? LES DEUX S’ÉCRIVENT.) comme la plus grande manifestation que notre pays AIT connuE (LE COD « QUE » EST ANTÉPOSÉ) en faveur de la liberté.

a) Il y a cent ans, un grand Américain, qui jette sur nous AUJOURD'HUI (JE PROPOSE DE LE SUPPRIMER : N’EST PAS DANS LE TEXTE ANGLAIS. LE PRÉSENT JETTE SUFFIT.) son ombre symbolique, A SIGNÉ (ÉVÉNEMENT PONCTUEL. L’IMPARFAIT NARRATIF AURAIT PU CONVENIR AUSSI) la Proclamation d'Emancipation. Ce DÉCRET d'une importance capitale  venait (IMPARFAIT NARRATIF) APPORTER UNE GRANDE LUEUR D’ESPOIR, comme un phare, aux millions d'esclaves noirs (ADJECTIF) marqués AU FER ROUGE DANS les flammes d'une injustice ÉCRASANTE. IL ARRIVAIT COMME UNE aube joyeuse POUR METTRE FIN À LA longue nuit DE captivité.

a) Mais un siècle plus tard, nous devons faire le constat tragique que les Noirs ne sont pas encore libres. Un siècle plus tard, la vie des Noirs reste MALHEUREUSEMENT entravée par LES LIENS DE la ségrégation et enchaînée par la discrimination. Un siècle plus tard, les Noirs représentent un îlot de pauvreté au milieu d'un vaste océan de prospérité matérielle. Un siècle plus tard, le NOIR LANGUIT toujours EN MARGE de la société américaine ET SE TROUVE EN EXIL DANS SON PROPRE PAYS. Alors nous SOMMES VENUS ici aujourd'hui pour dramatiser CETTE condition effroyable.

Traduction - Discours de Martin Luther King

Edy, vous êtes un ange!   

Si cela ne vous ennuie pas trop, voilà 2 autres paragraphes:

4) In a sense we have come to our nation's capital to cash a check. When the architects of our republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every American was to fall heir. This note was a promise that all men, yes, black men as well as white men, would be guaranteed the inalienable rights of life, liberty, and the pursuit of happiness.

a) Nous venons à la capitale de notre nation pour demander, en quelque sorte, le paiement d'un chèque. Quand les architectes de notre république écrivirent les textes magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d'Indépendance, ils signèrent un billet à l'ordre de chaque américain. C'était la promesse que chacun serait assuré de son droit inaliénable à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur.

b) En un ses, nous sommes montés à la capitale de notre pays pour toucher un chèque. En traçant les mots magnifiques que forment notre Constitution et notre Déclaration d’indépendance, les architectes de notre République signaient une promesse dont hériterait chaque Américain. Aux termes de cet engagement, tous les hommes, les Noirs oui, aussi bien les Blancs, se verraient garantir leurs « droits inaliénables » à « la vie, la liberté et la recherche du bonheur ».

5) It is obvious today that America has defaulted on this promissory note insofar as her citizens of color are concerned. Instead of honoring this sacred obligation, America has given the Negro people a bad check, a check which has come back marked "insufficient funds." But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of opportunity of this nation. And so, we have come to cash this check -- a check that will give us upon demand the riches of freedom and the security of justice. We have also come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of now. This is no time to engage in the luxury of cooling off or to take the tranquilizing drug of gradualism. Now is the time to make real the promises of democracy. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to open the doors of opportunity to all of God's children. Now is the time to lift our nation from the quicksands of racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice a reality for all of God's children.

a) Il est aujourd'hui évident que l'Amérique a manqué à cet engagement quant à ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l'Amérique au passé au peuple Noir un chèque qui revient marqué "sans provisions". Mais nous ne saurons croire que la banque de la Justice a fait faillite. Nous ne saurons croire qu'il n'y a plus suffisamment de provisions dans les grands coffres d'opportunité nationaux. Alors nous venons exiger paiement contre ce chèque, paiement sur demande des richesses de la liberté et de la sécurité que procure la justice. Nous venons également à cet endroit sacré pour rappeler à l'Amérique l'urgence absolue du moment. Ce n'est pas le moment de prendre le luxe de laisser calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste. Il est temps de réaliser les promesses de la démocratie. Il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. Il est temps d'ouvrir les portes de l'opportunité à tous les enfants de Dieu. Il est temps de tirer notre nation des sables mouvants de l'injustice raciale jusqu'au rocher solide de la fraternité.

b) Il est évident qu’aujourd’hui l’Amérique a failli à sa promesse en ce qui concerne ses citoyens de couleur. Au lien d’honorer son obligation sacrée, l’Amérique a délivré au peuple noir un chèque sans valeur, un chèque qui est revenu avec la mention « provision insuffisante ». Nous ne pouvons croire qu’il n’y ait pas de quoi honorer ce chèque dans les vastes coffres de la chance en notre pays. Aussi sommes-nous venus encaisser ce chèque, un chèque qui nous fournira sur simple présentation les richesses de la liberté et la sécurité de la justice. Nous sommes également venus en ce lieu sanctifié pour rappeler à l’Amérique les exigeantes urgences de l’heure présente. Il n’est plus temps de se laisser aller au luxe d’attendre et de prendre les tranquillisants des demi-mesures. Le moment est venu de réaliser les promesses de la démocratie. Le moment est venu d’ émerger des vallées obscures et désolées de la ségrégation pour fouler le sentier ensoleillé de la justice raciale. Le moment est venu de tirer notre nation des sables mouvants de l’injustice raciale pour la hisser sur le rock solide de la fraternité. Le moment est venu de réaliser la justice pour tous les enfants du Bon Dieu / de Dieu (?).

Encore merci et bonne soirée,
Hela

Traduction - Discours de Martin Luther King

Bonjour, Hela !

Cela fait du bien de me remettre à la version anglaise, surtout quand elle est faite plus qu'à demi, et bien faite.
Si Jean passait par ici, cela me rassurerait.

Bonne soirée,
Edy

b) En un SENS, nous sommes VENUS à la capitale de notre pays pour toucher un chèque. En ECRIVANT les mots magnifiques DE notre Constitution et DE notre Déclaration d’indépendance, les architectes de notre République ONT SIGNé une promesse dont hériterait chaque Américain. Aux termes de cet engagement, tous les hommes, OUI, les Noirs aussi bien les Blancs, se verraient garantir LES droits inaliénables à la vie, A la liberté et A la recherche du bonheur.

a) Il est aujourd'hui évident que l'Amérique a manqué à cet engagement quant à ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l'Amérique A DONNé au peuple NOIR (minuscule à l’adjectif) un chèque EN BOIS (?), qui EST REVENU ESTAMPILLé "sans PROVISION". Mais nous REFUSONS DE croire que la banque de la Justice a fait faillite. Nous REFUSONS DE croire qu'il n'y a plus suffisamment de provisionS dans les grands coffres d'opportunitéS (OCCASIONS FAVORABLES, COMME PLUS LOIN ?) DE CETE NATION. Alors, nous SOMMES VENUS ENCAISSER ce chèque,  UN CHEQUE QUI NOUS DONNERA, sur demande, LES richesses de la liberté et de la sécurité que procure la justice. Nous SOMMES également VENUS à cet endroit sacré pour rappeler à l'Amérique l'urgence absolue du moment. Ce n'est pas le moment de NOUS PAYER le luxe de laisser SE calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste (PROGRESSISTE ?). MAINTENANT, IL est temps de réaliser les promesses de la démocratie. MAINTENANT, IL est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. MAINTENANT, IL est temps d'ouvrir les portes de l'OCCASION FAVORABLE à tous les enfants de Dieu. MAINTENANT, IL est temps de tirer notre nation des sables mouvants de l'injustice raciale jusqu'au rocher solide de la fraternité. MAINTENANT, IL EST TEMPS DE REALISER LA JUSTICE POUR TOUS LES ENFANTS DE DIEU.

Traduction - Discours de Martin Luther King

Merci encore Edy,

A/ Avant de vous envoyer la suite, je voudrais vous demander la différence entre un décret (décision présidentielle?), un arrêté (décision ministérielle?), un arrêt (de justice?), un pacte (une entente dans un groupe?).

B/ "Nous refusons de croire qu'il n'y a plus suffisamment de provisions dans les grands coffres d'opportunités [OCCASIONS FAVORABLES, COMME PLUS LOIN ?] de cette nation... Maintenant, il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. Maintenant, il est temps d'ouvrir les portes de l'OCCASION FAVORABLE à tous les enfants de Dieu."

Je sais bien que « opportunité » est un anglicisme mais « occasions favorables » me semble tout bizarre dans la seconde phrase, pas vous ? Pour une question de sonorité (mais c’est très personnel) je mettrai « grand coffres d’occasions favorable » et «les portes de l’opportunité ». Qu’en pensez-vous ?

C/ "Ce n'est pas le moment de nous payer le luxe de laisser se calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste (PROGRESSISTE ?)."

Est-ce que les 2 termes sont synonymes et signifient que l’Etat compte faire avancer les choses par étapes, graduellement et non donner une complète liberté et égalité aux Noirs d’un coup ?

D/  Que préférez-vous :
a)  «je regardai par la fenêtre et je vis, à mon grand étonnement, un gigantesque aéronef en forme de cigare planant juste au-dessus de la cime des arbres de la cour et émettant un ROUGEOIEMENT ORANGé / une VIVE LUMIERE ORANGE INCANDESCENTE. »

b) quatre heures ET quart  / quatre heures UN quart ?

Voici l'avant dernière partie de mon texte.

6) It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment and to underestimate the determination of the Negro. This sweltering summer of the Negro's legitimate discontent will not pass until there is an invigorating autumn of freedom and equality. Nineteen sixty-three is not an end, but a beginning. And those who hope that the Negro needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if the nation returns to business as usual. And there will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted his citizenship rights. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of justice emerges.

a) Que la nation ne tienne pas compte de l'urgence du moment, qu'elle sous-estime la détermination des Noirs, lui serait fatal. Cet été étouffant du mécontentement légitime des Noirs ne prendra fin qu'à l'arrivée d'un automne vivifiant qui amènera liberté et égalité. L'année 1963 n'est pas une fin, mais un début. Ceux qui veulent croire que les Noirs seront satisfaits seulement de s'exprimer avec force auront un fâcheux réveil si la nation revient aux affaires habituelles comme si de rien n'était. L'Amérique ne connaîtra ni repos ni tranquillité tant que les Noirs ne jouissent pas pleinement de leurs droits civiques. Les orages de la révolte continueront à secouer les fondations de notre pays jusqu'au jour où la lumière de la justice arrivera.

b) Il serait fatal à notre nation d’ignorer qu’il y a péril en la demeure. Cet étouffant été du légitime mécontentement des Noirs ne se terminera pas sans qu’advienne un automne vivifiant de liberté et d’égalité. 1963 n’est pas une fin mais un commencement. Ceux qui espèrent que le Noir avait seulement besoin de faire fuser la vapeur et se montrera désormais satisfait se préparent à un rude réveil si le pays retourne à ses affaires comme avant. Il n’y aura plus ni repos ni tranquillité en Amérique tant que le Noir n’aura pas obtenu ses droits de citoyen. Les tourbillons de la révolte continueront d’ébranler les fondations de notre nation jusqu’au jour où naîtra l’aube brillante de la justice.

7) But there is something that I must say to my people who stand on the warm threshold which leads into the palace of justice. In the process of gaining our rightful place, we must not be guilty of wrongful deeds. Let us not seek to satisfy our thirst for freedom by drinking from the cup of bitterness and hatred.

a) Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui sont sur le point de franchir le seuil de la justice. En luttant pour prendre notre juste place, nous ne devrons pas nous rendre coupables d'actes injustes. Ne buvons pas de la coupe de l'amertume et de la haine pour assouvir notre soif.

b) Mais il est une chose que je dois dire à mon peuple, debout sur le sol accueillant qui mène au palais de la justice : en nous assurant notre juste place, ne nous rendons pas coupables d’agissements répréhensibles. Ne cherchons pas à étancher notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine.

8) We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force. The marvelous new militancy which has engulfed the Negro community must not lead us to distrust of all white people, for many of our white brothers, as evidenced by their presence here today, have come to realize that their destiny is tied up with our destiny. And they have come to realize that their freedom is inextricably bound to our freedom. We cannot walk alone. And as we walk, we must make the pledge that we shall march ahead. We cannot turn back.

a) Nous devons toujours conduire notre lutte dans un haut souci de dignité et de la discipline. Nous ne pouvons pas laisser notre protestation créative dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons atteindre ce niveau exalté où nous opposons à la force physique, la force de l'âme. Le militantisme merveilleux qui a pris la communauté noire ne doit pas nous amener à nous méfier de tous les Blancs, puisque beaucoup de nos frères Blancs, on le voit par leur présence ici aujourd'hui, se sont rendus compte que leur destin est lié au nôtre, et que leur liberté dépend étroitement de la nôtre. Nous ne pouvons pas marcher seuls. Et quand nous marchons, nous devons jurer d'aller toujours de l'avant. Nous ne pouvons pas faire demi-tour.

b) Livrons toujours notre bataille sur les hauts plateaux de la dignité et de la discipline. Il ne faut pas que notre revendication créatrice dégénère en violence physique. Encore et encore, il faut nous dresser sur les hauteurs majestueuses où nous opposerons les forces de l’âme à la force matérielle. Le merveilleux militantisme qui s’est nouvellement emparé de la communauté noire ne doit pas nous conduire à nous méfier de tous les Blancs. Comme l’atteste leur présence aujourd’hui en ce lieu, nombre de nos frères de race blanche ont compris que leur destinée est liée à notre destinée. Ils ont compris que leur liberté est inextricablement liée à notre destinée.  Nous ne pouvons pas marcher tout seuls au combat. Et au cours de notre progression, il faut nous engager à continuer d’aller de l’avant ensemble. Nous ne pouvons pas revenir en arrière.

Je vous suis extrêmement reconnaissante pour tout ce que vous faites pour moi.
Bisou

Traduction - Discours de Martin Luther King

Bonjour Hela !

Voici une réponse au premier point.
Selon la terminologie française :
1 DÉCRET : décision exécutoire de portée générale ou individuelle émanant du Président de la République ou du Premier Ministre.
Soit un décret simple ; soit un décret délibéré en Conseil des Ministres ; soit un décret pris sur avis du Conseil d’État.
2 ARRÊTÉ : décision exécutoire de portée générale ou individuelle émanant d’un ou de plusieurs ministres (arrêté ministériel ou interministériel) ou d’autres autorités administratives (arrêté préfectoral, municipal, etc.).
3 ARRÊT : décision de justice rendue par une cour d’appel, par la cour de cassation ou par une juridiction administrative autre qu’un tribunal administratif.
4 PACTE : procédé monarchique d’établissement de la Constitution par un accord entre une assemblée qui la propose et le roi qui l’accepte (exemple : la Charte de 1830, pacte entre la Chambre des députés et le futur roi Louis-Philippe).
En droit international, c’est aussi un traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle (exemple : le pacte de Varsovie, réponse à l’OTAN).
D’une manière générale, un pacte est un accord entre deux ou plusieurs volontés (exemple : le pacte commissoire, clause par laquelle les parties d’un contrat conviennent de soumettre leurs différends éventuels à un arbitrage ; ou un pacte secret entre des sociétés qui veulent fausser les lois du marché).
On parle aussi de pacte sur succession future dans le droit civil des successions : contrat portant sur une succession qui n’est pas encore ouverte (par le décès).

Traduction - Discours de Martin Luther King

Suite

B/ "Nous refusons de croire qu'il n'y a plus suffisamment de provisions dans les grands coffres d'opportunités [OCCASIONS FAVORABLES, COMME PLUS LOIN ?] de cette nation... Maintenant, il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. Maintenant, il est temps d'ouvrir les portes de l'OCCASION FAVORABLE à tous les enfants de Dieu."

Je sais bien que « opportunité » est un anglicisme mais « occasions favorables » me semble tout bizarre dans la seconde phrase, pas vous ? Pour une question de sonorité (mais c’est très personnel) je mettrai « grand coffres d’occasions favorable » et «les portes de l’opportunité ». Qu’en pensez-vous ?
RÉPONSE : C’EST UNE SOLUTION ACCEPTABLE.

C/ "Ce n'est pas le moment de nous payer le luxe de laisser se calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste (PROGRESSISTE ?)."

Est-ce que les 2 termes sont synonymes et signifient que l’Etat compte faire avancer les choses par étapes, graduellement et non donner une complète liberté et égalité aux Noirs d’un coup ?

RÉPONSE : GRADUALISTE NE ME PLAÎT PAS, PARCE QUE C’EST UN NÉOLOGISME ; PROGRESSISTE NON PLUS, PARCE QU’IL SOUS-ENTEND UNE IDÉE DE PROGRÈS ET D’AMÉLIORATION, ALORS QUE L’AUTEUR FAIT RÉFÉRENCE À UNE POLITIQUE CONSISTANT À GAGNER DU TEMPS. CE QUE NOUS VOULONS EXPRIMER, C’EST L’IDÉE D’UNE POLITIQUE DES PETITS PAS. JE ME DEMANDE FINALEMENT SI « PROGRESSIVE » NE FERAIT PAS MIEUX L’AFFAIRE.

D/  Que préférez-vous :
a)  «je regardai par la fenêtre et je vis, à mon grand étonnement, un gigantesque aéronef en forme de cigare planant juste au-dessus de la cime des arbres de la cour et émettant un ROUGEOIEMENT ORANGé / une VIVE LUMIERE ORANGE INCANDESCENTE. »
RÉPONSE : LA SECONDE ME SEMBLE PLUS NATURELLE.

b) quatre heures ET quart  / quatre heures UN quart ?
RÉPONSE : LES DEUX SE DISENT.

Traduction - Discours de Martin Luther King

FIN

b) Il serait fatal à notre nation d’ignorer qu’il y a péril en la demeure ET DE SOUS-ESTIMER LA DÉTERMINATION DES NOIRS. Cet été ÉTOUFFANT du légitime mécontentement des Noirs ne se terminera pas sans que VIENNE un automne vivifiant de liberté et d’égalité. 1963 n’est pas une fin mais un commencement. Ceux qui espèrent que le Noir avait seulement besoin de faire fuser la vapeur et se montrera désormais satisfait se préparent UN RUDE RÉVEIL si le pays retourne à ses affaires comme D’HABITUDE. Il n’y aura plus ni repos ni tranquillité en Amérique tant que le Noir n’aura pas obtenu ses droits de citoyen. Les tourbillons de la révolte continueront d’ébranler les fondations de notre nation jusqu’au jour où naîtra l’aube brillante de la justice.

b) Mais il est une chose que je dois dire à mon peuple, QUI EST debout sur le SEUIL accueillant (WARM !) qui mène DANS LE palais de la justice. DANS LA FAÇON D’ASSURER notre juste place, ne nous rendons pas coupables d’agissements répréhensibles. Ne cherchons pas à étancher notre soif de liberté en buvant à la coupe de l’amertume et de la haine.

a) Nous devons toujours conduire notre lutte dans un haut souci de dignité et DE discipline. Nous ne pouvons pas laisser notre protestation créative dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons atteindre ce niveau MAJESTUEUX où SE RENCONTRENT la force physique ET la force de l'âme. Le NOUVEAU militantisme merveilleux qui a SUBMERGé (!) la communauté noire ne doit pas nous amener à nous méfier de tous les Blancs, puisque beaucoup de nos frères bLANCS, on le voit par leur présence ici aujourd'hui, se sont RENDU compte que leur destin est lié au nôtre, et que leur liberté dépend étroitement de la nôtre. Nous ne pouvons pas marcher seuls. Et quand nous marchons, nous devons jurer d'aller toujours de l'avant. Nous ne pouvons pas faire demi-tour.

Traduction - Discours de Martin Luther King

Bonjour Edy,

Voici la dernière partie de ma traduction. Je ne le dirai jamais assez: MERCI pour toute l'aide que vous m'apportez et tout le temps que vous me consacrez. Merci pour tant de générosité!   

9) There are those who are asking the devotees of civil rights, "When will you be satisfied?" We can never be satisfied as long as the Negro is the victim of the unspeakable horrors of police brutality. We can never be satisfied as long as our bodies, heavy with the fatigue of travel, cannot gain lodging in the motels of the highways and the hotels of the cities. We cannot be satisfied as long as the Negro's basic mobility is from a smaller ghetto to a larger one. We can never be satisfied as long as our children are stripped of their self-hood and robbed of their dignity by a sign stating: "For Whites Only." We can never be satisfied as long as a Negro in Mississippi cannot vote and a Negro in New York believes he has nothing for which to vote. No, no, we are not satisfied, and we will not be satisfied until justice rolls down like waters and righteousness like a mighty stream.

a) Il y en a qui demandent aux fervents des droits civiques, "Quand serez-vous satisfaits?" Nous ne saurons être satisfaits tant que nous ne pouvons pas laisser nos corps fatigués se reposer dans les motels des routes ni les hôtels des villes. Nous ne saurons être satisfaits tant que les Noirs ne peuvent bouger que d'un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne saurons être satisfaits tant qu'un Noir en Mississippi n'a pas le droit de voter et qu'un Noir à New York ne voit rien pour lequel il peut voter. Non, non-nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons satisfaits que le jour où la justice se déchaînera comme les eaux, et que la rectitude sera comme un fleuve puissant.

b) Il en est qui demandent aux tenants des droits civiques : « Quand serez-vous enfin satisfaits ? » Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que le Noir sera victime des indicibles horreurs de la brutalité policière. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que nos corps recrus de la fatigue du voyage ne trouveront pas un abri dans les motels des grand-routes ou les hôtels des villes. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que la liberté de mouvement du Noir ne lui permettra guère que d’aller d’un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne pourront jamais être satisfaits tant que nos enfants seront dépouillés de leur identité et privés de leur dignité par des pancartes qui indiquent : « Seuls les Blancs sont admis. » Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant qu’un Noir du Mississipi ne pourra pas voter et qu’un Noir de New York croira qu’il n’a aucune raison de voter. Non, non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits tant que le droit ne jaillira pas comme les eaux et la justice comme un torrent intarissable.

10) I am not unmindful that some of you have come here out of great trials and tribulations. Some of you have come fresh from narrow jail cells. Some of you have come from areas where your quest for freedom left you battered by the storms of persecution and staggered by the winds of police brutality. You have been the veterans of creative suffering. Continue to work with the faith that unearned suffering is redemptive.

a) Je n’ignore pas que certains d’entre vous ont été conduits ici par un excès d'épreuves et de tribulations. D’aucuns sortent à peine de l’étroite cellule d’une prison. D’autres viennent de régions où leur quête de liberté leur a valu d’être battus par les tempêtes de la persécution, secoués par les vents de la brutalité policière. Vous êtes les combattants la souffrance constructive. Poursuivez votre tâche, convaincus que cette souffrance imméritée sera pour vous une rédemption.

b) Je suis bien conscient que certains d'entre vous arrivent ici après maintes épreuves et tribulations. Certains d'entre vous viennent directement de cellules étroites de prison.  D’autres viennent de régions où leur quête de liberté les a laissés meurtris par les orages de la persécution et renversés par les vents de la brutalité policière. Vous êtes les vétérans de la souffrance productive...

Très bon dimanche.
Hela

Traduction - Discours de Martin Luther King

Bonsoir, Hela !

Voici la fin.

b) Il en est qui demandent aux tenants des droits civiques : « Quand serez-vous satisfaits ? » Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que le Noir sera victime des indicibles horreurs de la brutalité policière. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que nos corps recrus de la fatigue du voyage ne trouveront pas un abri dans les motels des grandS-routes ou les hôtels des villes. Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant que la liberté de mouvement du Noir ne lui permettra guère que d’aller d’un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne pourronS jamais être satisfaits tant que nos enfants seront dépouillés de leur identité et privés de leur dignité par des pancartes qui indiquent : « Seuls les Blancs sont admis. » Nous ne pourrons jamais être satisfaits tant qu’un Noir du Mississipi ne pourra pas voter et qu’un Noir de New York croira qu’il n’a aucune raison de voter. Non, non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits tant que le droit ne jaillira pas comme les eaux et la justice comme un FLEUVE PUISSANT.

a) Je n’ignore pas que certains d’entre vous ont été conduits ici par un excès d'épreuves et de tribulations. D’aucuns sortent à peine de l’étroite cellule d’une prison. D’autres viennent de régions où leur quête de liberté leur a valu (LES A LAISSES BATTUS… ,) d’être battus par les tempêtes de la persécution ET secoués par les vents de la brutalité policière. Vous êtes les VETERANS DE la souffrance POSITIVE. Poursuivez votre tâche AVEC LA CONVICTION que cette souffrance imméritée sera [pour vous] une rédemption.