1

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Bonjour,
je dois faire un commentaire composé sur l'excipit de l'Education sentimentale de Flaubert.
Seulement, je n'ai pas lu le livre et je ne comprends pas du tout ma lecture et donc je suis perdue dans mon travail !
Quelqu'un pourrait déjà m'expliquer à quoi fait allusion cet extrait et quel est son sujet ?
Merci d'avance pour vos réponses, je suis en seconde générale.


extrait:

Ce lieu de perdition projetait dans tout l'arrondissement un éclat fantastique. On le désignait par des périphrases : " L'endroit que vous savez, -une certaine rue, -au bas des Ponts. " Les fermières des alentours en tremblaient pour leurs maris, les bourgeoises le redoutaient pour leurs bonnes, parce que la cuisinière de M. le sous-préfet y avait été surprise ; et c'était, bien entendu, l'obsession secrète de tous les adolescents.

Or, un dimanche, pendant qu'on était aux Vêpres, Frédéric et Deslauriers, s'étant fait préalablement friser, cueillirent des fleurs dans le jardin de Mme Moreau, puis sortirent par la porte des champs, et, après un grand détour dans les vignes, revinrent par la Pêcherie et se glissèrent chez la Turque, en tenant toujours leurs gros bouquets.

Frédéric présenta le sien, comme un amoureux à sa fiancée. Mais la chaleur qu'il faisait, l'appréhension de l'inconnu, une espèce de remords, et jusqu'au plaisir de voir, d'un seul coup d'oeil, tant de femmes à sa disposition, l'émurent tellement, qu'il devint très pâle et restait sans avancer, sans rien dire. Toutes riaient, joyeuses de son embarras; croyant qu'on s'en moquait, il s'enfuit; et, comme Frédéric avait l'argent, Deslauriers fut bien obligé de le suivre.

On les vit sortir. Cela fit une histoire, qui n'était pas oubliée trois ans après.

Ils se la contèrent prolixement, chacun complétant les souvenirs de l'autre; et, quand ils eurent fini :

- " C'est là ce que nous avons eu de meilleur !" dit Frédéric.

- " Oui, peut-être bien ? C'est là ce que nous avons eu de meilleur ! ", dit Deslauriers.

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Déjà le titre du roman te met sur la voie... Frédéric et son ami sont deux jeunes gens qui voudraient ici s'instruire sur "les choses de l'amour"... Le lieu dans lequel ils se rendent pour cela est facile à deviner, avec "toutes ces femmes à leur disposition", et l'argent nécessaire pour en profiter !

3

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

oui j'ai compris mais je ne vois pas vraiment quoi raconter sur ce passage ..

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Ah bon pardon, mais tu disais "je ne comprends pas du tout ma lecture", et aussi "A quoi fait allusion cet extrait et quel est son sujet ?", d'où mon explication qui répondait à ces questions...

5

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

oui oui merci beaucoup c'est ce que je demandais et maintenant j'ai compris mais je ne suis pas sure d'être à l'aise avec cet extrait ..

J'ai trouvé un plan sur internet mais je ne suis pas sure de vouloir m'y référer, je préfère un travail perso mais même avec de la recherche, j'ai beaucoup de mal ..
Je ne connais même pas les caractéristiques de l'excipit ...

Voici le plan trouvé :
I- Un excipit étonnant
   A- le souvenir évoqué
   B- la focalisation interne et les détails réalistes
   C- un achèvement inachevé

II- Frédéric, un anti-héros
  A- la velléité
  B - le lâcheté
  C- la médiocrité

Merci de vos réponses et de votre aide ..

6

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Bonsoir,

Il faudrait arrêter d'aller sur le net pour copier-coller des plans que l'on ne comprend pas. Excuse-moi, mais cela me met en colère . Ceci dit, j'apprécie ton honnêteté. 

L'excipit, c'est tout simplement la fin de l'ouvrage. Aucune caractéristique particulière. Il est vrai qu'ici, Flaubert termine très abruptement. Maupassant termine Une Vie à peu près de la même manière. Après des pages et des pages relativement pessimistes (une des caractéristiques du réalisme), voilà que la conclusion s'avère relativement optimiste (d'où, dans le plan, le terme "excipit étonnant").

Conseil : essaie de trouver un résumé de L'Education sentimentale. Et trouve un moment pour le lire cet été  . C'est un incontournable de la littérature.

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Je ne me souvenais pas que c'était l'excipit. Effectivement c'est surprenant ! Disons que c'est sur cette anecdote peu valorisante que le roman de toute une "éducation sentimentale" s'achève, ce qui en dit long...
Je ne suivrais pas ce plan, qui te donne des indications, mais qui n'est pas "LE" plan, loin de là. Compare les termes utilisés dans le premier et dans le deuxième paragraphes, c'est-à-dire entre ce que tout le monde pense de cet endroit et la façon dont Frédéric et son ami se préparent pour s'y rendre (ce qui montre leur manque de maturité, leur naïveté...).
D'autre part tu peux étudier la  construction de l'anecdote : situation initiale, élément déclencheur, etc... Et effectivement parler du choix de finir sur ce souvenir... Bref, étudie cet extrait pour choisir ton plan : construction, champs lexicaux, point de vue, etc.

8

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

fandixhuit, je tiens à dire que j'ai dit par moi même que c'était pour une aide et que je voulais un travail perso !
mais merci de ton aide et ta réponse ..
Je remercie Ammy, ceci m'amène sur la voie, je réfléchis encore mais ce n'est que la seconde fois dans ma vie que je dois élaborer un plan sachant que la première fois nous avions eu de l'aide et des pistes ..

Donc je pensais reprendre en partie le premier axe donc je voulais mettre :

I- un excipit curieux et inhabituel
A- le souvenir évoqué
       -Analepse, retour en arrière par le rappel du souvenir " n'étais pas oubliée trois ans après", " se la contèrent             prolixement"
       - fin non concluante sur un dialogue
       - note immorale et choquante car évocation d'un souvenir chez les prostituées
       - imparfait/passé simple : pas courant pour fin de texte
       
B- la focalisation interne et les détails réalistes
   - épisode réaliste, indications spatio-temporelles " en bas des ponts", "la pêcherie", "vêpres", "dimanche", "3 ans après"
    - évocation des classes sociales "fermières", "bourgeoises", "bonnes", "cuisinière"
    - noms de personnages "Frédéric", "deslauriers", 'mme Moreau" ...
     - champ lexical de la nature
     -discours direct qui renforce réalisme
C- une fin inachevée
    - romantisme attendu après l'incipit dévalorisé par cette fin
    - dialogue qui conclut leur souvenir et non l'histoire
    - livre pour "rien", "banal" qui n'amène pas de conclusion sur l'avenir.
   
ccl partielle: Cet excipit est inhabituel et nous amène a se poser des questions sur le livre et sur le personnage de Frédéric. Ce souvenir décrit avec beaucoup de réalisme l'inachèvement du texte et donc le manque d'objectif du livre.

II- un lieu contradictoire
A- le point de vue des habitants sur ce lieu
     - Lieu sans valeurs morales et dignes; " lieu de perdition",
     - Lieu qui inspirait le malaise " on le désignait par des périphrases", " l'endroit que vous savez", "une certaine rue"," au bas des ponts".
     - Les gens craignaient cet endroit. "les fermières des alentours en tremblaient pour leurs maris", " les bourgeoises le redoutaient pour leurs bonnes", "la cuisinière (..) y avait été surprise".
     - Lieu de secret et d'immaturité "obsession secrète de tous les adolescents".
B- deux amis au fond romantique et naïf
     -Lieu leur inspire un rendez-vous galant qui les rend romantique "préalablement friser", "cueillirent des fleurs", " leur gros bouquet"
     - Le champ lexical de la nature renforce l'idée de romantisme.
     - esprit enfantin qui cherche à détourner l'attention par des stratagèmes " sortirent par la porte des champs", "grand détour dans les vignes", " se glissèrent"

ccl partielle: Le lieu évoqué ici et mal vu de beaucoup invoque la curiosité des personnages que l'on découvre plutôt romantiques contrairement à ce lieu qui met les gens mal à l'aise.

III- Frédéric, un personnage décevant
A- Le romantisme froissé
    - pensées funestes et négatives qui interviennent en faveur de son personnage romantique " appréhension de l'inconnu", "espèce de remords"; "embarras".
     - " Frédéric présenta le sien comme un amoureux à sa fiancée", comparaison qui appuie le romantisme et la naïveté du personnage.
    - soif de découverte mais cette aventure indigne ne lui ressemble pas " tant de femmes à sa disposition, l'émurent tellement qu'il devint très pâle", "restait sans avancer, sans rien dire".
B- la fuite
   - Les femmes se moquaient de lui et de son malaise. " toutes riaient, joyeuses de son embarras"
   - Frédéric est un personnage sensible " croyant qu'on s'en moquait, il s'enfuit"

ccl partielle: Frédéric est un anti-héros; il est romantique mais naïf et enfantin. Au final il se ridiculise et ne triomphe pas comme on l'attendait.

9

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Mylène, j'avais bien compris, je saluais ton honnêteté ! Désolée. 

10

Flaubert, L'Éducation sentimentale, III, 7 - Ce lieu de perdition projetait dans tout l’arrondissement un éclat fantastique...

Oui oui, pas de problème !! Tu l'as maintenant mon travail perso et non copié-collé d'internet ..
Je pourrais avoir ton avis ?