1

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

J'ai une dissertation sur L'Annonce faite à Marie de Claudel pour début mai avec cette citation :
"Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres assumant la voix d'un personnage". (Jacques Madaule dans son introduction au Théâtre de Claudel dans la Bibliothèque de la Pléaide).

Je ne suis pas allé voir la citation dans son contexte. C'est une citation générale. Dans le cadre de L'Annonce faite à Marie, j'ai pensé à une opposition entre deux types de personnages, ceux qui ont une vocation mystique : Violaine, Pierre de Craon et Anne Vercors et les autres beaucoup plus ancrés dans l'univers terrestre. J'ai pensé également à un aspect plus autobiographique. Mara et Violaine seraient des incarnations des deux soeurs de Claudel : Camille et Louise. Je pense qu'il faut aussi montrer que les personnages claudéliens ne sont pas univoques. L'idée de "conflit intérieur" implique un déchirement entre plusieurs sentiments, sensations. Il va falloir trouver une problématique et un plan. Si quelqu'un a lu la pièce, j'aimerais savoir si mes premières pistes sont bonnes. Merci.

2

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Bonjour,

La citation de Madaule t'aiguille sur l'extériorisation de conflits internes et intimes chez Claudel lui-même, en particulier pour reprendre un titre de Simone Weil, la Pesanteur et la grâce. Le théâtre serait alors une forme d'objectivation, de purgation cathartique, de méditation...

3

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Il faut pour cela bien connaitre la vie de Claudel. Certes, on a eu un topo rapide sur celui-ci. J'ai pensé par la suite à un conflit se traduisant sur le plan de l'écriture entre poésie et drame et cela se traduirait différemment selon les personnages et les moments dans la pièce. Je ne sais pas si c'est à côté du sujet ou si cela peut être pertinent. Je vais continuer à réfléchir. J'avais pensé à la purgation cathartique même si je ne l'avais pas formulé.

J'ai pensé à une autre forme de "conflit intérieur" se reflêtant dans les drames de Claudel et notamment celui-ci, la tension entre prosaïsme ou réalisme et symbolisme. Après, je ne sais pas si cela peut entrer dans le cadre du sujet. Qu'en pensez vous?


Visiblement, personne ne peut m'aider plus que Jean-Luc l'a fait. J'aurais aimé savoir si mes pistes étaient bonnes.

4

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Bonjour,

Je crois qu'il faudrait examiner comment Claudel a fait évoluer sa pièce vers la forme du "mystère" médiéval.
Par ailleurs tu n'as pas tiré parti de mon indication sur la "pesanteur et la grâce" qui renvoie à la foi catholique.

5

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Merci pour ces indications mais cela ne me dit pas si mes propres pistes de réflexion peuvent être validées. Je vais examiner ce que vous me dites en tout cas.

Il faut examiner à mon avis en lien avec cette question de la foi, la question de la vocation, surtout sachant que Claudel a traversé une crise spirituelle qui serait ici retranscrite dans certains personnages. Claudel est présent dans plusieurs de ses personnages : Violaine, Pierre de Craon et Jacques Hury surtout.
J'ai pensé également à la question de l'amour. Je n'ai pas lu La Jeune fille Violaine qu'il a écrit antérieurement à son histoire d'amour avec Rosalie Vetch et je n'ai plus le temps malheureusement de la lire. Néanmoins, même si cette dimension autobiographique est plus présente à ma connaissance dans Partage de midi et Le Soulier de Satin, je pense qu'on peut en parler pour évoquer la relation entre Jacques et Violaine puisqu'il y aussi séparation et retrouvailles.
La dissertation est à rendre pour dans deux jours. J'espère que quelqu'un me répondra. Merci d'avance.

6

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Bonjour,

Il est probable que dans la réécriture de sa pièce, Claudel ait mis le souvenir douloureux de sa liaison avec Rosalie. Il ne faut pas y chercher une confidence autobiographique mais plutôt une méditation sur l'amour, amour charnel et spirituel, désir et trahison, mystère de la conception et de la maternité, naissance biologique et adoption, éternel féminin déchiré entre chair et sainteté, captation et oblation, mort et vie, jalousie haineuse et pardon... Claudel pense sans doute à son amour pour Rosalie qui l'a laissé sans nouvelle, et à sa fille Louise qu'il ne connaît pas. Au milieu des vicissitudes de ses affections terrestres, il veut voir dans la femme (comme dans le Partage de Midi) une source de rédemption : du péché peut naître la grâce...

7

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Merci beaucoup Jean-Luc. Cela va me permettre de parler de ce qu'il a mis chez Violaine et chez Mara, les deux soeurs qui sont en conflit même si à la base, c'est sur le conflit intérieur mais elles permettent de montrer différentes facettes chez la femme. Est-ce que l'aspect sur la vocation est pertinent dans le cadre de ce sujet? Je pense que c'est le cas.

8

Le drame a été pour Claudel l'expression d'un conflit intérieur, chacune des tendances en lutte les unes contre les autres...

Bonjour,

Il y a une évidente vocation de la femme à être médiatrice par l'amour, à transmettre la vie...
Il y a aussi sans doute une réflexion sur LA vocation, l'appel religieux au service de l'humanité dans le célibat consacré. La présence du monastère désaffecté qui reprend vie à la fin en est sans doute le symbole.
Il y a aussi la vocation à la sainteté à laquelle est appelé tout être humain. Cet appel se manifeste par la communion des saints (dans le baiser au lépreux, solidarité avec les exclus, dans le miracle de la résurrection qui signe la victoire du pardon sur le mal...).
Il y a enfin la fidélité aux voeux qui signe la conformation au Christ donnant sa vie pour ceux qu'il aime et qu'il est venu racheter.
Le titre de la pièce renvoie à la personne de Marie, mère du genre humain, auxiliatrice du salut par son oui au plan divin de l'incarnation... Les arrière-plans chrétiens foisonnent dans ce "mystère".