1

Beaumarchais, Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville

Bonjour,
je suis en 1re S et j'ai besoin d'aide pour une dissertation sur la "Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville".

Voici le sujet :

"voilà le fond dont on eût pu faire, avec un égal succès, une tragédie, une comédie, un drame, un opéra, etc. (...) Le genre d'une pièce, comme celui de toute autre action, dépend moins du fond des choses que des caractères qui les mettent en œuvre." (Beaumarchais)
En vous appuyant sur le corpus de documents et sur les pièces que vous connaissez, vous commenterez et apprécierez cette affirmation.

Corpus :
- Beaumarchais, "Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Seville"
- Molière, L'avare, acte III, scène 5 et 6
- Jean Racine, Mithridate, acte IV, scène 4
- Victor Hugo, Hernani, acte III, scène 1
- Eugène Ionesco, Le roi se meurt
- Photo de l'Avare avec Louis de Funès

J'ai réfléchis à un plan mais je le trouve pas très pertinent :
I/Le genre d'une pièce dépend moins du fond des choses que des caractères qui la mettent en oeuvre
II/Le genre d'une pièce dépend du fond des choses
III/Le genre d'une pièce dépend de différents éléments
j'ai églement du mal à définir le "fond des choses" et le "caractère"

Merci

Beaumarchais, Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville

Bonjour,   


       Je dois réaliser une dissertation portant sur un passage de la Lettre Modérée. Il s'agit de la deuxième dissertation de ma scolarité, aussi suis-je un peu perdue. Je crains de ne pas faire bien. 


Laissez-moi vous exposer mon sujet :


         Dans la ‘‘Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville’’, Beaumarchais écrit, à propos de l’intrigue de sa comédie :

              ‘‘Voilà le fond dont on eût pu faire, avec un égal succès, une comédie, un drame, un opéra et cetera […] Le genre d’une pièce, comme celui de toute autre action, dépend moins du fond des choses que des caractères qui les mettent en œuvre. Quant à moi, ne voulant faire, sur ce plan, qu’une pièce amusante et sans fatigue , une espèce d’imbroille, il m’a suffit que le machiniste au lieu d’être un noir scélérat, fût un drôle de garçon, un homme insouciant qui rit également du succès et de la chute de ses entreprises, pour que l’ouvrage, loin de tourner en drame sérieux, devînt une comédie fort gaie’’

        Dans quelle mesure ce propos rejoint-il votre lecture du Barbier de Séville, Beaumarchais ?



Ainsi que ma réflexion :

        Je pense que pour ce sujet, un plan dialectique conviendrait mieux (les titres des parties sont des ébauches que je reverrais):


I/ Oui ce dit Beaumarchais est juste
1/La pièce peut être autant une comédie qu’une tragédie ou un opéra car…
2/ Le genre d’une pièce dépend surtout des caractères qui les mettent en œuvre et moins du fond des choses. En effet...
3/Le caractère de Figaro contribue à faire du Barbier de Séville une comédie car...

II/ Non, ce qu'énonce l'auteur ne me paraît pas correct
1/ La pièce n’aurait pas pu être autant une comédie qu’une tragédie ou un opéra car…
2/ Le genre d’une pièce dépend aussi du fond des choses et pas seulement des caractères qui la mettent en œuvre
3/ Le seul caractère de Figaro ne suffit pas à lui seul à faire du Barbier une comédie


III/ En fait…

Là je ne sais pas encore.


          Je pense qu'insérer des citations d'autres ouvrages que Le Barbier est une mauvaise idée, est-ce que je me trompe ?

           Vais-je dans le mur avec un plan tel que celui que j'ai ébauché ?


En vous remerciant,
Et navrée de vous embêter avec ceci.

Bonne journée,


Nerisis

Beaumarchais, Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville

La question qui t'es posée n'a rien à voir avec le plan que tu proposes : on te demande bien " dans quelle mesure ce propos rejoint-il votre lecture du Barbier de Séville " , on ne te demande pas si c'est juste ce qu'il dit.

Beaumarchais, Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville

Le "dans quelle mesure" est une formule assez problématique en effet. Mais, quoiqu'un plan thématique me semble plus judicieux dans le cadre de l'analyse d'une oeuvre intégrale, je rejoins Nerisis quant à la partie critique. Se demander "dans quelle mesure ce propos rejoint sa lecture du Barbier de Séville", c'est aussi considérer dans quelle mesure il ne la rejoint pas !

Beaumarchais, Lettre modérée sur la chute et la critique du Barbier de Séville

Bonjour, et merci pour vos réponses



J'ai compris la question de la manière suivante :

          Après lecture de l'oeuvre, êtes-vous d'accord avec ce qu'a dit l'auteur dans la Lettre ?

N'est-ce pas ainsi qu'il faut comprendre l'énoncé ?

          Par rapport à la question, je ne vois pas trop comment on pourrait faire un plan thématique, vu que c'est plutôt une demande d'opinion personnelle non ?


Bonne journée,
Nerisis