1

De l'esprit des lois

Bonjour !

Je suis étudiant en première littéraire et en relisant un des textes de Montesquieu intitulé  De l'esprit des lois que nous avons analysé en classe, j'ai remarqué une phrase que j'ai un peu du mal à comprendre :

C'est la frugalité qui y est l'avarice, et non pas le désir d'avoir.

Ainsi que

La république est une dépouille ; et sa force n'est plus que le pouvoir de quelques citoyens et la licence de tous.

Qu'entend-il par « licence » ?

Voilà voilà, merci d'avance pour votre aide

P.S. : c'est un site très beau et très bien construit, il m'a beaucoup aidé. Bravo.

2

De l'esprit des lois

C'est la frugalité qui y est l'avarice, et non pas le désir d'avoir.

Ainsi que


La république est une dépouille ; et sa force n'est plus que le pouvoir de quelques citoyens et la licence de tous.


La première phrase signifie que l'on considère pour de la sobriété l'excés,l'accumulation de richesse.
Frugalité est un oxymore d'avarice en quelque sorte.Ainsi cette phrase signifie que l'on ne s'enrichit pas pour le désir d'avoir ,mais pour le désir d'avoir en surabondance.Nous ne voulons pas avoir ,mais nous voulons avoir pour avoir,avoir ,avoir etc...


La seconde est très belle:le terme de "dépouille" est primordial;il veut dire littéralement:un corps après la mort. Dès lors , la "république" est comparée à un être en pleine décrépitude,en pleine décomposition.Mais décomposition de quoi?Décompositon de ses principes égalitaires et moraux puisqu'il est dit"sa force n'est plus que le pouvoir de quelques citoyens" = les despotes,les monarques" et "la licence de tous"=la débauche,l'orgie.
En gros ni la noblesse ni le peuple ne se conduit selon les valeurs républicaines:égalité,la temperance,la modération,la liberté.Tout y est bafoué aussi bien en aval qu'en amont,aussi bien "du sommet jusqu'à la base".

D'ailleurs la construction de la phrase est très interessante.Il commence par affirmer:"la république est une dépouille" et il explique en quoi elle en est la représentation.Vienne alors deux elements "quelques citoyens" et "tous".C'est très antithétique.Dès lors, l'on voit bien que meme la construction de la phrase expose que les principes égalitaires républicains ne sont pas respectés,et pis encore,qu'ils sont bravés et foulés aux pieds.Puis,il serait bon de remarquer la négation  "n'est plus que",qui rejoint l'idée du corps en dépouille(reste du corps humain).La république est ainsi bancale;elle titube,vacille  non pas en elle-même, mais bien par le denigrement de ses valeurs instutionnelles et essentielles.
Il impose plus généralement la raison humaine (la république) et sa passion("citoyens","tous").Il s'érige comme celui qui n'est pas absorbé par cette déraison,et qui constate avec horreur la dénaturation des fondements de l'ordre Républicain.

Ps:tu peux remarquer que c'est une phrase déclarative("la république est une dépouille")qui a des allures de phrases exclamatives.Il aurait très bien pu écrire:"La république est une dépouille!.Mais,La censure étant très forte à cette époque,il n'a sans doute pas voulu étayer avec grandiloquence cette decadence de la France pour ne faire l'objet d'un rebut de son texte de la part des censeurs.

N'oublions que l'esprit des Lois a été publié en 1748.C'est une période que l'on nommera en esthétique le style rococo:exéburance des formes ,des ornements etc...
.

3

De l'esprit des lois

Merci pour cette réponse bien complète. Il est vrai que c'était quand même deux phrases un peu compliqué à comprendre mais c'est bon maintenant . Je te remercie, je repasserai si je suis dans le besoin.

A la prochaine.