Ancien français - Le Moniage Guillaume

Oui, en effet. Des vers n'auraient-ils pas été oubliés?

Ancien français - Le Moniage Guillaume

Bonjour,

J'ai également bientôt un examen d'ancien français sur le Moniage Guillaume (2ème rédaction) et j'ai quelques petits doutes quant à ma traduction. Un grand merci à qui pourra m'aider!

Voici l'extrait en entier avec mes propositions:

486    « Biaus trés dous maistres, » dist Guillaumes li fiers,
(Beau et très bon maitre? ...?; Guillaume le fier? Le farouche? Le hardi? L'impitoyable? ...?)
    « Jou sui vos moines, vos obedienciers,
    Si me devés et duire et enseignier
(Si vous êtes sur le point de m'instruire et enseigner?)
    Et jou doi faire vo commant volentiers.
490    Bien sai, chaiens ne m'a on gaires cier ;
    Sor moi est ore cis afaire jugiés,
(Cette besogne est déjà décidée pour moi?)
    Que jou irai les poissons bargaignier,
    Et, se Dieu plaist, jou le ferai si bien
    Qu'a grant plenté en ara a mengier.
495    Mais des larrons sui auques esmaiés,
    Quant de mes armes ne me porrai aidier
    Se les poissons voelent et le soumier ? »
(Veulent? Volent?)
    Chou dist li abes : « Donés lor volentiers. »
    « Et s'il m'assalent ? » dist Guillaumes li fiers,
500    « Que il me voeillent ocire et detrencier ?
(Veulent? Veuillent?)
    Se il m'ocient ? Dites moi qu'il en iert ! »
    « Par foi », dist l'abes, « si avront grant peciét. »
    Li quens respont : « Or m'avés bien paiét !
(Maintenant, vous m'avez bien satisfait ?)
    Se jou me lais ocire et depecier,
505    Dont iere jou de ma mort parchoniers.
    Se il me fierent, ne m'oserai vengier ? »
    « Nenil », dist l'abes, « n'en avés le congié,
    Car li sains ordenes le vous desfent, et gié. »
    Od le Guillaumes, a poi n'est esragiés :
(peu s'en faut pour qu'il ne se mette en colère)
510    « Maistres, » dist il, « vos ordenes est trop griés ;
    Sifais covens puisse prendre mal cief ;
    Qui l'estora, Dieus li doinst encombrier.
(Qu'il le faudra, que Dieu doive l'arrêter ?!?!)
    Assés vaut mieus ordene de chevalier :
    Il se combatent as Turs et Qu'il le faudra, que Dieu doive l'arrêter.as paiens,
515    Por l'amor Dieu de laissent martirier,
    Et sovent sont en lor sanc batisié,
    Pour aconquerre le regne droiturier.
    Moine ne voelent fors que boire et mengier,
    Lire et canter et dormir et froncier,
520    Mis sont en mue si com por encraissier,
    Par maintes fois musent en lor sautier.
    Biaus sire maistres, or m'avés castoié :
    De ces larrons qui sont el val plenier,
(À propos de ces voleurs qui sont dans la grande vallée?)
    S'il me font honte, ne m'oserai corcier,
525    Et s'il me fierent, ne m'oserai vengier,
    Ne me ferai fors que merci proier.
    Mais par les sains que requierent paumier,
    Ains en seroit tous li ordenes brisiés,
(Plutôt que tout l'ordre en serait brisé ?)
    Se il me fierent, que jou nes face iriés. »
530    L'abes l'entent, un poi s'est enbronciés,
    Dist a Guillaume, quant il l'ot si plaidier :
    « Non ferés, sire, por l'ordene blastengier ! »
X
    « Biaus trés dous maistres, » dist Guillaumes a l'abe,
    « Vous me querrés grant anui et grant blasme,
535    Quant jou ne puis od moi porter mes armes,
    Hauberc ne elme, ne espee qui taille.
    S'il me laidoient, jou ne sai que jou face,
    Chou iert grans hontes, par Dieu l'esperitable !
    Que ferai jou s'il me tolent ma cape ?
540    C'est li abis qui tos les autres garde,
    Quant jou le port au vent et a l'orage ;
    S'il me tolent, jou i arai damage. »
    « Non l'avrés, voir ! » ce li respont li abes,
    « Onques por chou ne commenciés bataille :
545    Por une seule vous en renderai quatre. »





Personne ne peut m'éclairer? 

Ancien français - Le Moniage Guillaume

486    « Biaus trés dous maistres, » dist Guillaumes li fiers,
(Beau et très bon maitre? ...?; Guillaume le fier? Le farouche? Le hardi? L'impitoyable? ...?)
"Bon et très cher maître" dit le noble Guillaume.
    « Jou sui vos moines, vos obedienciers,
    Si me devés et duire et enseignier
(Si vous êtes sur le point de m'instruire et enseigner?)
Et vous devez m'instruire et enseigner 
    Et jou doi faire vo commant volentiers.
490    Bien sai, chaiens ne m'a on gaires cier ;
    Sor moi est ore cis afaire jugiés,
(Cette besogne est déjà décidée pour moi?)
Pour ce qui me concerne, cette affaire est d'ores et déjà décidée
    Que jou irai les poissons bargaignier,
    Et, se Dieu plaist, jou le ferai si bien
    Qu'a grant plenté en ara a mengier.
495    Mais des larrons sui auques esmaiés,
    Quant de mes armes ne me porrai aidier
    Se les poissons voelent et le soumier ? »
(Veulent? Volent?) veulent
    Chou dist li abes : « Donés lor volentiers. »
    « Et s'il m'assalent ? » dist Guillaumes li fiers,
500    « Que il me voeillent ocire et detrencier ?
(Veulent? Veuillent?) Et qu'ils veuillent... (que + subj est employé en substitut d'un second se)
    Se il m'ocient ? Dites moi qu'il en iert ! »
    « Par foi », dist l'abes, « si avront grant peciét. »
    Li quens respont : « Or m'avés bien paiét !
(Maintenant, vous m'avez bien satisfait ?)
Vous m'avez donné là un bel avantage !
    Se jou me lais ocire et depecier,
505    Dont iere jou de ma mort parchoniers.
    Se il me fierent, ne m'oserai vengier ? »
    « Nenil », dist l'abes, « n'en avés le congié,
    Car li sains ordenes le vous desfent, et gié. »
    Od le Guillaumes, a poi n'est esragiés :
(peu s'en faut pour qu'il ne se mette en colère)
Peu s'en faut qu'il ne devienne fou de rage
510    « Maistres, » dist il, « vos ordenes est trop griés ;
    Sifais covens puisse prendre mal cief ;
    Qui l'estora, Dieus li doinst encombrier.
(Qu'il le faudra, que Dieu doive l'arrêter ?!?!)
Celui qui l'instaura (= votre ordre religieux) (vbe estaurer), que Dieu lui donne de la peine
    Assés vaut mieus ordene de chevalier :
    Il se combatent as Turs et Qu'il le faudra, que Dieu doive l'arrêter.as paiens,
515    Por l'amor Dieu de laissent martirier,
    Et sovent sont en lor sanc batisié,
    Pour aconquerre le regne droiturier.
    Moine ne voelent fors que boire et mengier,
    Lire et canter et dormir et froncier,
520    Mis sont en mue si com por encraissier,
    Par maintes fois musent en lor sautier.
    Biaus sire maistres, or m'avés castoié :
    De ces larrons qui sont el val plenier,
(À propos de ces voleurs qui sont dans la grande vallée?)
A propos de ces brigands qui sont nombreux dans la vallée,
    S'il me font honte, ne m'oserai corcier,
De ces brigands qui sont nombreux dans la vallée,
525    Et s'il me fierent, ne m'oserai vengier,
    Ne me ferai fors que merci proier.
    Mais par les sains que requierent paumier,
    Ains en seroit tous li ordenes brisiés,
(Plutôt que tout l'ordre en serait brisé ?)
    Se il me fierent, que jou nes face iriés. »
L'ordre serait réduit à néant,
s'ils me frappent, avant que je ne suscite leur colère

530    L'abes l'entent, un poi s'est enbronciés,
    Dist a Guillaume, quant il l'ot si plaidier :
    « Non ferés, sire, por l'ordene blastengier ! »
X Vous n'en ferez rien, seigneur, sous peine de porter atteinte à l'ordre !
    « Biaus trés dous maistres, » dist Guillaumes a l'abe,
    « Vous me querrés grant anui et grant blasme,
535    Quant jou ne puis od moi porter mes armes,
    Hauberc ne elme, ne espee qui taille.
    S'il me laidoient, jou ne sai que jou face,
    Chou iert grans hontes, par Dieu l'esperitable !
    Que ferai jou s'il me tolent ma cape ?
540    C'est li abis qui tos les autres garde,
    Quant jou le port au vent et a l'orage ;
    S'il me tolent, jou i arai damage. »
    « Non l'avrés, voir ! » ce li respont li abes,
    « Onques por chou ne commenciés bataille :
545    Por une seule vous en renderai quatre. »

Ancien français - Le Moniage Guillaume

Un grand merci pour votre réponse Mr Jacques Vaissier! 

J'ai finalement traduit "beau et très cher maître" en considérant "beau" comme un terme d'adresse respectueux (qui aurait donné par exemple "beau-père, belle-mère".)
Et effectivement, c'est bien plus clair avec le verbe "estaurer"!

Ancien français - Le Moniage Guillaume

Attention : j'ai corrigé deux passages :


jacquesvaissier a écrit :

 
   
 
   
    De ces larrons qui sont el val plenier,
(À propos de ces voleurs qui sont dans la grande vallée?)
A propos de ces brigands qui sont dans la grande (ou riche) vallée,
   

    Ains en seroit tous li ordenes brisiés,
(Plutôt que tout l'ordre en serait brisé ?)
    Se il me fierent, que jou nes face iriés. »
Je préférerais que l'ordre soit réduit à néant,
s'ils me frappent, plutôt que de ne pas susciter leur colère (sous-entendu : en cherchant à me venger)

Ancien français - Le Moniage Guillaume

En fait, l'on peut traduire "les voleurs qui sont nombreux" tout comme "la grande vallée", cela dépend si l'on considère "plenier" comme étant cas sujet pluriel ou cas régime singulier (et donc s'il se rapporte à "larrons" ou à "val")! J'ai eu mon examen aujourd'hui, le professeur m'a bien cuisinée sur ce vers un peu trop ambigu Je préfère la version des nombreux voleurs, cela a plus d'impact et colle mieux avec le contexte.

Ancien français - Le Moniage Guillaume

En effet, c'est ambigu. Instinctivement, je comprenais "nombreux", d'où ma première traduction, puis j'ai eu un remords de conscience...
Mais la vraie difficulté était dans le passage "ainz ... que jou nes face iriés"...

Ancien français - Le Moniage Guillaume

C'est vrai!
En tout cas, je suis assez admirative de votre facilité à décoder l'ancien français. Pour moi, cela est vraiment difficile, notamment au niveau des orthographes qui diffèrent ou de la syntaxe qui me paraît chaotique - je sais qu'elle ne l'est pas, mais je ne m'habitue vraiment pas à cet ordre de mots!

Ancien français - Le Moniage Guillaume

C'est ce qui fait toute la saveur de l'AF : on découvre des langues en formation et une littérature largement méconnue...

20

Ancien français - Le Moniage Guillaume

bonjour à tous,
je travaille sur le même passage du Moniage Guillaume (du vers 486 à 545). Ce post m'a déjà fort éclairée, néanmoins il me reste quelques incertitudes. Si quelqu'un passe par ici et peut éclairer ma lanterne ce serai vraiment fabuleux

  au v490 Bien sai, chaiens ne m'a on gaires cier ;
j'ai traduis par "je sais assurément qu’ici on ne m’apprécie peu" mais je ne suis pas trop sure le mot (bien me perturbe un peu).

   au v 502: Par foi peut-on traduire cela par "sur ma parole"? où es-ce mieux de rester plus littérale et dire "par ma foi"?

   au v503 je n'ai pas vraiment compris la traduction de Or m'avés bien paiét ! qui a été faite plus haut. bien serais un nom =ce qui est utile, l'avantage, et paiet = satisfaire ? es ce possible qu'il soie ironique ?

   au v 505 Dont iere jou de ma mort parchoniers.
="ainsi je serai participantde ma mort." ?

  V511 Sifais covens puisse prendre mal cief ;
= "une telle manière d’être peut prendre une mauvaise fin" ou cief = la fin. -> "une telle manière d'être peu mal finir"?

  V 513 Assés vaut mieus ordene de chevalier
"il vaut beaucoup mieux un ordre de chevalier."

  V 516-17 Et sovent sont en lor sanc batisié,
   Pour aconquerre le regne droiturier.
= " et sont souvent baptisé dans leur sang,
Pour gagner le règne légitime." ?

V 520-1 Mis sont en mue si com por encraissier,
    Par maintes fois musent en lor sautier.

="ils sont mis en retraite comme pour engraisser des procs.
De nombreuses fois ils s’amusent dans leur recueil de psaumes." où sautier serai égal à psautier?

   v 530 L'abes l'entent, un poi s'est enbronciés,
= "l’abbé l’entend, il s’est un peu caché."?

  v535 Quant jou ne puis od moi porter mes armes
(le quant me pose un peu problème) : "lorsque je ne peux pas porter avec moi mes armes."

Enfin pour être sure le v537S'il me laidoient, jou ne sai que jou face, "s’il me malmène je ne sais pas ce que je ferais."

et v 542 S'il me tolent, jou i arai damage.
"s’ils me le volent, j’en aurai préjudice."

Cela semble-t-il plutôt juste? déjà un grand merci !!! notamment pour les informations fournies dans les post précédents