1

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Bonjour à vous

J'ai eu une dissertation à faire pour les vacances. Cepednant je bloque un peu. Je viens donc demandez votre aide qui j'éspére me sera accordée.

Corpus :

Saint-John Perse Il naissait un poulain...
Ludovic Janvier Dire bleu
Henri Michaux Emportez moi

Sujet :

En 1829, dans la Préface de son recueil : Les Orientales, Victor Hugo affirme, à propos de la poésie qu'elle est "ce grand jardin (...) où il n'y a pas de fruit défendu. L'espace et le temps sont au poète. Que le poète aille donc où il veut, en faisant ce qu'il lui plaît : c'est la loi."

En vous inspirant des textes du corpus, mais aussi d'autres oeuvres poétiques que vous connaissez, vous commenterez cette affirmation de Victor hugo.

Dans l'introduction, j'éclairerais la citation : pour résumer le poète peut dire ce qu'il désire.

je calle un peu sur l'établissement du plan, je pense qu'il faut que je parle du contenu du poème mais aussi de sa mise en forme.

Merci d'avance

ps : le titre ne correspond pas, j'ai oublié de le modifié avant de le poster.
edit : merci beaucoup d'avoir modifié le titre

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Je te conseille de lire en entier cette Préface :

http://poetes.com/hugo/orientales.htm

3

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Bonjour Anthony,

As-tu remarqué le paradoxe : l'absence de loi est la loi ?

4

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Bonjour Jean-Luc,

effectivement, je n'avais pas remarqué ce paradoxe... Donc en faite Victor Hugo pense que la seul loi du poète, et de ne pas en avoir.

5

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Bonjour Anthony,

Effectivement, Hugo, en tant que romantique, souhaite libérer la poésie des contrantes classiques : sujets codifiés, contraintes formelles... Pourtant il n'est pas allé au bout de sa démarche comme un Baudelaire ou un Rimbaud et leurs épigones.

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Cependant dans son théâtre en vers 5Hernani, Ruy Blas) il a magistralement déstructuré l'alexandrin, tout en bousculant les règles du théâtre classique

7

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Pouvez vous me dire si ce début de plan pourrait correspondre au sujet ?

I] La loi est l'absence de loi
II]La poésie moderne

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

J'ai eu une dissertation au début de l'année qui me fait un peu penser à ton sujet. Elle comportait une citation de Saint-John Perse : "Poète est celui-là qui rompt pour nous l'accoutumance", et le sujet nous disait d'analyser la notion fondamentale de rupture en poésie (les lois de la poésie sont faites pour être enfreintes).

9

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Bonjour Anthony_shox,

Ce plan me paraît insuffisant pour deux raisons :
Il ne dit pas ce qu'est la liberté du poète. Elle est tout autant dans l'absence de contraintes formelles que dans la liberté du sujet d'inspiration.
Il y a eu des tentatives de libération, partielles certes, avant la poésie moderne.

Il faudrait donc plutôt retenir un plan qui ressemblerait à celui-ci :
1 -- il n'y a pas de sujet poétique en soi,
2 -- la poésie ne se confond pas avec les règles formelles,
3 -- le premier à avoir exploité ces deux voies en même temps est Baudelaire, c'est lui qui fait entrer la poésie dans l'ère moderne avec la provocation et le poème en prose. Ainsi la poésie devient autotélique.

10

Que le poète donc aille où il veut en faisant ce qui lui plaît : c'est la loi.

Merci beaucoup de ton aide Jean-Luc, je vais essayer de dévelloper cela...