1

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

bonjour,
je recherche un groupe de travail pour la préparation du capes lettres modernes 2013...
hippolyte

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Bonjour,
Où habites-tu?
Que fais-tu en ce moment?

3

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Bonjour, je suis intéressé aussi par un groupe de travail capes.

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Bonjour,

Je suis également intéressée pour un groupe de travail Capes.
Par ailleurs je me prépare aussi à l'agrégation 2013, est-ce le cas de certains d'entre vous?
Bien à vous.

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Je compte aussi passer l'agrégation en 2013.
Mais pour l'instant, ma préparation se résume à lire les oeuvres au programme quand j'ai le temps. 

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

C'est effectivement la première étape de la préparation me semble-t-il 
Et puis le programme est tellement intéressant que c'est une vraie partie de plaisir!

7

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

En ce moment je recherche une biblio intéressante sur les récits d enfance....    enfin la plus judicieuse possible...! Et vous?

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

C'est sans doute un peu tôt pour penser à la bibliographie critique. Quelques suggestions quand même :

- Pour Benjamin il faudrait aller lire ses Ecrits autobiographiques (Christian Bourgois), en particulier sa Chronique berlinoise, et jeter un oeil à ses textes pour enfants (dans le recueil Enfance) pour comprendre sa passion pour le petit, les jouets, les objets
- Pour Nabokov et Sarraute, je crois qu'il faudrait revenir à la source russe : Enfance de Tolstoï (Livre de Poche)
- être au point sur des genres pouvant se rapporter au récit d'enfance : le roman d'apprentissage / de formation / d'éducation (voir le collectif dirigé par Philippe Chardon sur la question), le conte... même si ce n'est pas évident dans le corpus au programme
- il y a un ensemble d'actes publiés sur Le récit d'enfance et ses modèles (Chevalier et Dornier dir.) aux PU de Caen : mais il n'y a pas vraiment de regard surplombant ni de conclusions, les études de cas prédominant. Malgré tout beaucoup de questions intéressantes sont posées en introduction et quelques références bibliographiques sont données. D'autres pistes de réflexion ici : http://www.fabula.org/actualites/poetiq … _48498.php, et là http://www.fabula.org/actualites/i-herv … _46547.php (l'idée d'errance me paraît incontournable pour le petit Benjamin -au même titre que le goût de la flânerie, déjà présent chez Franz Hessel que Benjamin aimait beaucoup)
- Consulter peut-être des ouvrages d'anthropologie, d'histoire et de sociologie si on a du temps devant soi, car on peut vite être dépassé par la perception enfantine, être étonné par des réactions ou prendre des postures enfantines au premier degré (voire Histoire de l'enfance en Occident ; La représentation du monde chez l'enfant de Piaget ; et si on fait du zèle, des textes de Winnicott comme Jeu et réalité)
- Il y a un essai récent, Enfance obscure, de Pierre Péju qui parle de la part d'enfantin restée en nous à l'âge adulte. Il évoque beaucoup de textes d'écrivains, dont justement Nabokov, Sarraute et Benjamin. Certains chapitres sont plus généraux et résument plus ou moins ce qui a été dit au fil des siècles sur l'enfance, le regard adulte porté sur les enfants, la protection de l'enfance, le règne aujourd'hui de "l'enfant roi" etc.
- Il y a de belles choses de pensées dans Le résidu amer de l'expérience de Danilo Kis qui a été confronté enfant à la Shoah et surtout à la disparition -plus qu'à la mort- du père. Ça a l'air éloigné du sujet, mais sa trilogie sur l'enfance (Jardin, cendre en particulier) est un formidable exemple de recréation de l'enfance : il repense la perception enfantine dans une interview "Life, literature" in Le résidu amer de l'expérience. Une chercheuse, Frosa Pejoska-Bouchereau en a tiré la notion d'étrangéisation.
- Pour les courageux, il y aura à partir du 31 mai une exposition au Mémorial de la Shoah "Au coeur du génocide" consacrée aux enfants dans la Shoah. Le cycle de lectures / rencontres / projections promet d'être passionnant, et certains événements auront partie liée avec le récit d'enfance (certes à partir d'une expérience qui ne concerne pas directement nos auteurs mais on apprend énormément sur la création littéraire en lisant certains témoignages) : http://www.memorialdelashoah.org/

Bon, je vous accorde que ça ne fait pas très "bibliographie sérieuse pour l'agrégation". Mais à ce stade de l'année, je crois qu'il serait franchement dommage de se plonger déjà dans une littérature critique assez ennuyeuse et calibrée pour le programme. A mon avis, avant les indications bibliographiques qui devraient paraître dès juin, lire beaucoup de textes littéraires évoquant l'enfance de manière très variée est plus profitable (et agréable !) que de se restreindre déjà à la littérature critique concernant les trois auteurs, et permet de penser, même sans efforts considérables, les poétiques diverses du récit d'enfance.
J'ai fait une petite liste en vrac pour me donner quelques idées de lectures pour les mois prochains et pour cet été :
Confessions de Rousseau
(Confession d'un enfant du siècle de Musset)
Début des Confessions de Saint-Augustin
Allusions dans les textes de Charles Baudelaire
Ecrits de W. Benjamin
Autobiographie de Bernhard
Ernst Bloch (pour l'espérance / tonalité messianique)
Lewis Carroll
Pinocchio
Dickens
Si le grain ne meurt
Goethe ?
Sa Majesté des mouches
Le Tambour de Grass
Contes des frères Grimm
Victor Hugo (Les Misérables)
Kafka (rapport enfant / animal)
L'âge d'homme de Leiris
Proust
Rilke
Hölderlin ?
Les Mots de Sartre
Austerlitz de Sebald
Jules Vallès
Chateaubriand
Zola (L'Assommoir ? Nana ?)
W ou le souvenir d'enfance
Le page disgracié de Tristan L'Hermite
Contes de fée (dont C. Campo, La noix d'or)
Lambeaux de Juliet
Vipère au poing de Bazin
Poil de Carotte
Enfance de Gorki
Le Tambour - Grass
Le Roi des aulnes - Tournier
Trame d'enfance - Christa Wolf
Anton Reiser de K.-P. Moritz
Georges-Arthur Goldschmidt
Histoire d'une vie d'Aharon Appelfeld
Jardin, cendre de Danilo Kis
L'Oiseau bariolé de Jerzy Kosinski
Le Caillou de lune d'Ettel Hannah

C'est vraiment pour me donner une idée générale sur la façon dont on peut écrire, réécrire, réinventer son enfance et la penser puisqu'il y a une forte portée réflexive dans les textes au programme, me semble-t-il.

Voilà

EDIT : D'autres suggestions ici : http://www.autopacte.org/biblio_general … itdenfance

9

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Merci beaucoup Polo un bel été en perspective! Le sujet est très intéressant...

10

Groupe de travail pour la préparation du Capes de lettres modernes 2013

Polo a écrit :

C'est sans doute un peu tôt pour penser à la bibliographie critique.

A mon humble avis, il est toujours trop tôt pour se lancer dans une bibliographie critique, pour un concours où l'originalité n'est certes pas le maître mot. On se retrouve devant une alternative dont les deux termes sont mauvais : soit l'article critique est utile parce qu'il rentre dans le cadre du concours mais, dans ce cas, on n'avait vraiment pas besoin du critique pour penser ce qui est écrit et on a perdu une heure de son existence à le lire, soit l'article est inutile parce qu'il est trop novateur et l'on a également perdu une heure de préparation.

C'est d'autant plus vrai pour la LGC que la place, dans une dissertation de LGC, est extrêmement limitée : développer l'argument, donner des exemples et mener une comparaison occupe tout l'espace et il n'y a guère de lignes libres où injecter une référence critique. Guère d'air à respirer non plus pour les références littéraires extérieures. C'est une triste et amère constatation, mais je crois qu'elle s'impose bien vite à l'usage et invite à appliquer l'inusable crédo des agrégatifs : lisez et relisez les oeuvres (pour être en mesure de les imposer à vos hypokhâgneux vingt ans plus tard).