1

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonjour,
Licence 3 rime encore avec découverte, et celle de ce semestre se nomme "la leçon"...
Mon sujet préférée étant la culture antique dans la littérature et l'iconographie chrétienne et profane du Moyen-âge et de la Renaissance.
Je me suis donc lancée corps et âme dans le sujet suivant :
"En quoi l'étude de la culture antique éclaire l'histoire de Tristan et Iseut". J'utilise le terme "histoire" pour répondre à la question suivante dans ma conclusion; Tristan et Iseut, histoire, mythe ou légende?
Mon professeur n'ayant pas l'habitude d'étudier les oeuvres médiévales (ah oui! c'est en histoire littéraire dont le sujet d'étude est Tristan et Iseut) dans cette optique là et ne semble pas enthousiasmée par ce sujet. Je recherche, je recherche encore et encore... La liste bibliographique s'allonge et je sais de moins en moins (moi qui étais si sûre au début) si ce sujet est valable. Je suis encore à la recherche de deux ou trois livres (Ah les méandres des BU et bibliothèques ... courir à droite à gauche, un vrai bonheur!!!!)

Trève de bla-bla voilà en partie mon plan et une pseudo-introduction...

>>>>>>>>
II) Introduction historique

    Avant de commencer tout exposé, il semble qu’une légère incursion dans l’histoire est préférable pour comprendre. En effet, dire que l’antiquité greco-romaine est encore présente dans le monde médévial, jusque dans les mythes et la littérature, peut paraître improbable. Ainsi l’histoire peut éclaircir ce problème d’une influence jusque dans le nord de l’Europe tout comme dans Tristan et Iseut de cette culture méditerranéenne.
    Avant ce monumental empire romain prééxistait ce que l’on nomme le monde celtique. Sans s’étendre plus amplement sur le sujet et bien évidemment sans aller jusqu’a crier haut et fort “nos ancêtres les gaulois!”, ce peuple possédais déjà sa propre culture et se fond païen se retrouve encore aujourd’hui dans notre propre culture. De plus, au VIIème siècle avant J.-C. les colonnies grecques commencent à s’implanter dans le sud de ce qui est aujourd’hui la France. Bien que sudiste et peu importante, la nouvelle cité, Massalia ou Marseille, influence avec les autres colonnies grecques le reste du pays celtique. En effet, Christianne Eluère dans L’art des celtes aux éditions Citadelles-Mazennot, explique dans le chapitre “La fascination des princes celtes pour le mirage méditerranéen” qu’après cette colonnisation un effort d’urbanisation en Provence et l’utilisation de la monnaie à l’effigie, exemple parmis d’autres, d’Héraclès à été observé jusque dans le nord. Le commerce, souvent vecteur d’échange culturel, avec les Etrusques mais aussi les grecs et même les phéniciens, est visible au travers des fouilles mettant à jour des céramiques grecques (à figures noire ou rouge) dans ce monde celtique. Ainsi ces céramiques, qui représentent souvent des scènes mythiques sont peut-être, en parti, à l’origine de cet échange de culture bien avant la romanisation et l’époque Gallo-romaine.
    Epoque Gallo-romaine
    Incursion barbare
    Invasions barbare et chute de l’empire romain
    Là commence l’époque médiévale.

III) Enjeux
    Paganisme versus christiannisme jusque très tard.
    Culture encore très présente, comment et en quoi éclaire le texte.
              Mythe ou légende?
    Ainsi...

IV) Influence icono mytho et cult
    A) MYTHO et donc ICONO
        a) Les Dieux
        L’adultère royal, Tristan et Iseut la fleur de farine nouvelle version du filet d’Hephaïstos

        b) Les héros
        Heraclès (Starcathérus), Jason,Persée ...
        c) Les rois
        Midas, Egée

        La philosophie?
    B) CULT
        a) Le droit romain
        b) l’école, les deux oeuvres les plus étudiées sont Les Métamorphoses d’Ovide et l’Eneide de Virgile
V) Litt, 2oeuvres
    A) Virgile
    B) Ovide

VI) Symbolique
    A) Les lieux et les plantes
        La forêt, le jardin
    B) Les animaux
        a) Le chien (Cf. Ulysse qui revient et qui est reconnut par son chien comme dans la folie de Berne)
        b) Le serpent, le Dragon, l’hydre : Sujet qui a le plus grand succès au niveau iconographique, les saints et les dragons, tristan et le dragon. Un animal greco-romain via l’étude étymologique, ou comment cet animal païen est le symbole de la lutte  que le chritiannisme mènera jusqu’à la Renaissance contre le paganisme.

VII) Conclusion

VIII) Bibliographie

IX) Annexes
<<<<<<

Voilà qu'en pensez vous? Je sais que ce n'est pas très explicite peut-être mais je peux toujours préciser.

De plus je ne sais pas vraiment comment prouver que c'est la littérature antique greco-romaine et non les réécritures qui ont influencées ces textes. Emportées par ma passion et dérouté par le scepticisme voir la discréditation de mon sujet je ne sais plus trop.

Merci pour votre aide si je ne suis pas un cas désespéré...

2

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonjour MéliePuce,

Je vais juste commencer par un bref intermède orthographique ; il y a quelques mots que tu orthographes mal, et je pars du principe que tu aimerais qu'on te les pointe du doigt :

- "coloNie" et donc "coloNisation"
- "christiaNisme"
- "en partiE"


DOnc, maintenant le fameux sujet :

"En quoi l'étude de la culture antique éclaire l'histoire de Tristan et Iseut".

Il faut, comme toujours, commencer par définir le plus exhaustivement possible les termes du sujet ; ici, il y a deux mots qui peuvent poser problèmes : il s'agit de "culture (antique)" et "histoire (de Tristan et Iseut).

En effet : qu'est-ce que tu entends par culture antique ? Est-ce que cette dénomination large embrasse mythologie, littérature, art, vie quotidienne, etc ?

Et lorsque le sujet parle d'"histoire", faut-il entendre "mythe", "légende" ou simple récit (écrit et ré-écrit) d'une intrigue ? Quelle différence fais-tu entre les trois ?

Et, enfin, le verbe "éclairer" désigne certainement le fait d'expliquer cette "histoire", de la mettre en lumière, de dégager sa signification comme ses influences multiples.


Ainsi, s'agit-il pour toi de montrer toutes les influences greco-romaines sur la construction de ce mythe occidental par excellence ? Cela, tu le fais bien dans le plan que tu nous as précisé. Oui, il y a en effet des échos antiques qui résonnent encore dans ce récit médiéval. De plus, c'est également vrai que l'on a tendance à dire (notamment en étude de lettres) que c'est la Renaissance qui RE-découvre la culture antique (Aristote en particulier). Dès lors, il s'agit pour toi de montrer ce qui est RESTE dans la culture médiévale de la culture antique : dans l'imagerie artistique, dans la perception du monde, dans la christianisation des mythes païens (Cf. Les romans d'Arthur à la même époque).

Le dragon est-il vraiment un animal symbolique de la culture antique ? N'est-ce pas plutôt un symbole biblique (Cf. l'Ange Gabriel (je crois) et le Dragon) - tout comme le serpent ? De nombreux éléments renvoient directement à la Bible : en parles-tu ?

Enfin, que veux-tu dire ici :

De plus je ne sais pas vraiment comment prouver que c'est la littérature antique greco-romaine et non les réécritures qui ont influencées ces textes.

?

EN tout cas, c'est un sujet bien intéressant que celui-ci. Creuse encore et encore, surtout si tu y prends du plaisir, tu trouveras !

Allez, bon courage, au plaisir de lire la suite !

La culture antique dans le mythe tristanien

Le dragon est un mythe très ancien, antérieur au christianisme : on le trouve dans la mythologie sous la figure de l'hydre de Lerne par exemple, Cerbère le chien des enfers y est apparenté ; le gardien de la Toison d'or ; le dieu Typhon aux cent têtes de dragon ; la Chimère Gorgone.....
Le Serpent est le symbole du malin pour les cathos, mais il a des origines bien antérieures en tant que mythe ; le Python de Delphes, le grand Serpent de mer auquel s'affrontaient les Vikings et autres traverseurs des mers nordiques ; le dragon Nidhögg dans la mytho scandinave........
Mélie Puce peut-on retrouver des traces des légendes du Nord et de leurs mythes dans "l'histoire" de Tristan et Yseult ? (sauf si je t'embouille avec ça 


Le Moyen-Âge est beaucoup moins "catho" qu'on le croit généralement !
Le nom du roi Uter Pendragon dans la légende du Graal, la présence de Merlin l'Enchanteur et de la fée Viviane montrent bien que le "paganisme" (le mot ne convient pas vraiment) et le christianisme étaient étroitement liésPeut-être le lai du Chèvrefeuille de Marie de France, une des plus anciennes versions de la légende tristanienne, pourrait-il t'aider ?

4

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonjour et merci de m'avoir répondu.
Pour ce qui est de l'utilisation du terme histoire ou récit c'est que je compte résoudre le problème de définir si Tristan et Iseut et un récit purement littéraire, un mythe qui à une "vocation universelle" (Lexique des termes littéraires, dir. Michel Jarrety). Je vais également faire une étude étymologique des termes mythe et légende (mythos en latin: fable, récit fabuleux, qui vient du grec muthos: suite de parole qui ont un sens.../légende< legere en latin, legenda: ce qui dois être lu et qui en latin médiéval signifie vie de saint...) La tentative de réponse n'interviendra que dans la conclusion je penses.
Ma définition de la Culture antique interviendra bien évidemment dans mon introduction (qui ici n'est pratiquement pas existente je ne vous ai fait part que de l'embryon où figurent seulement ce dont je dois me rapeler). Ce n'est pas la preière fois que je fais ce genre de travail (enfin en littérature si) et je n'oublierais certainement pas de définir ce que cest ou du moins ma vision des choses. La culture: mythes et légendes, écoles et administration, iconographie/art, philosophie/littérature, quotidien,... car pour moi tous les aspects culturels sont indissociables, j'ai tendance (peut-être à tort) à tout lier et voir les correspondances et des liens à peu près partout.
Enfin en ce qui concerne le dragon :
Si on étudie les termes dragon/serpent/hydre dans le Gaffiot on se rend compte qu'ils sont tous interchengeable, monstres fabuleux reptilien bien souvent aquatique il est en général combattu par ce que l'on apelle des héros "sociabilisateurs" si je peux le dire ainsi (le mot exact ne me revient pas en tête). Le combat d'un saint contre un dragon dans l'icono chértienne symbolise avant tout la victoire du christiannisme sur le paganisme. De plus Tristan tuant le dragon est le thème qui a eu le plus grand succès icono. (oui effectivement il y a l'Ange Gabriel qui tue le dragon dans l'Apocalypse mais c'est surtout dans des oeuvres apocryphes telles que La Légende dorée où St George, St Marthe, Olaf de Norvège et bien d'autres combattent un dragon.
Ah oui je vais travailler la littérature et l'iconographie en parallèle.
Et je ne sais pas si je vais utiliser le fait que le combat contre l'hydre est le 2ème travail d'Heraclès tout comme c'est le deuxième réel exploit de Tristan qui tue le dragon après avoir tué le Morholt.
Enfin je sui en train de faire le trie de ce que je vais faire et dire ou non...

En fait mon professeur m'a dit que le roman d'Enneas est plus probablement ce qui à influencé Tristan et Iseut que l'Enneide elle même, il en va de même avec les réécritures de mythes ovidiens comme Pyrame et Thisbé et je suis en train de voir si c'est effectivement le cas ou si c'est le fait que l'oeuvre de Virgile et d'Ovide sont les deux oeuvres les plus étudiées qui sont à l'origine de certaines ressemblance frappante (comme oar exemple lorsque Blensenbil se rend compte qu'elle est amoureuse le champ lexical du feu et de la maladie font étrangement echo au début du livre IV de l'Enneide.

Bon pour les fautes désolé, je n'ai pas pris le temps de relire les notes que je vous ai envoyé et les fautes d'inatention sont mon plus gros problème... merci de me le signaler je vais les corriger tout de suite.

5

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonjour Léah,
Pour ce qui est des mythes nordiques je suis obligée de les aborder en quelque sorte avec notamment Starcathérus qui est ,selon Dumézil dans Mythe et épopée II, le pendant en quelque sorte d'Heraclès mais aussi je me suis attardée sur les représentations iconographiques celtique et nordique de Beowulf et Sigurdr et sur le Chaudron de Gundestrup ou chaudron du Dagda ou le dieu Cernunnos tient un serpent.

Je n'ai pas encore étudié dans l'axe de mon sujet le le Laie du Chèvrefeuille de Marie de France qui figure dans mon édition (Tristan et Iseut, Les poèmes français, la saga norroise, Lettres Gothiques).

En fait à mon humble avis, le cycle arthurien est un cas typique où l'on peut observer cette battaille en christiannisme et paganisme mais bon c'est un avis très personnel que tout le monde ne partage pas. De plus le paganisme à continuer à subsister très longtemps dans les campagnes et ce fut un gros problème pour l'Eglise jusqu'à la renaissance, ensuite cette lutte se résume à de simple chasse au sorcière et l'on ne parle plus vraiment de paganisme mais plutôt d'hérétiques. Mais bon là encore c'est une analyse très personnelle.

6

La culture antique dans le mythe tristanien

LE CHIEN ANTIQUE ET HUSDENT!

Je suis en train de travailler sur la figure du chien dans le Tristan de Bérroul et je me poses quelques questions.

Voilà le chien qui est décrit est un "brachet" où braque. Je me suis donc un peu intéréssée à cette race...

Un certain Strazza dans Les chiens d'arrêts italiens parle de l'origine de cette race et la fait remonter à l'antiquité en faisant aparemment référence à des auteurs latins... l'article que j'ai trouvé comme vous pouvez le voir est très évasif... De plus cette race est celle qui est la plus représentée (Pompéi, sculptures, etc...)
Donc j'ai toutes les sources iconographiques qu'il me faut, mais il me manque ces fameuses sources littéraires latines qui parlent des chiens. Je pensais peut-être à Pline et son Histoire naturelle... Donc voilà, je suis en train de chercher le passage où c'est le chien d'Ulysse qui le reconnait dans l'Odyssée dans le retour pour voir si il y a des indincations sur les caractéristiques du chien après avoir fait le parallèle avec le retour de Tristan de la Folie d'Oxford.

Donc voilà si quelqu'un à les références des textes latins qui parlent des chiens, ou même ce fameux livre de Strazza je vous en serais reconnaissante.
Merci beaucoup

La culture antique dans le mythe tristanien

Je te réponds pas là-dessus n'y connaissant rien ; par contre les voiles du bateau noires au lieu d'être blanches il me semble qu'il y a un truc pareil dans Jason et la toison d'or ; quand il revient la couleur des voiles n'est pas la bonne et son père Éson se jette à la mer de désespoir d'avoir perdu son fils (à vérifier, mes souvenirs sont un peu vagues)

8

La culture antique dans le mythe tristanien

Je connaissais la version du roi Egée qui se suicide également par ce que son fils à oublié de changer la couleur de sa voile en revenant de son combat contre le minotaure. Cette version m'avait échapé je vais faire des recherches.

Merci beaucoup

9

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonsoir à vous,

Juste pour dire un mot : dans le texte qui était étudié cette année au CAPES (soit Le Roman de Merlin, environ 11ème siècle), le mot "braket" était utilisé et nous pouvions le gloser tout simplement par "petit chien de chasse". Y a-t-il nécessairement un lien avec le braque ? Je l'ignore.

La culture antique dans le mythe tristanien

Bonsoir Méliepuce,

J'ai trouvé ce lien :

http://dagr.univ-tlse2.fr/sdx/dagr/feui … ;vue=texte

Beaucoup d'informations sur les chiens dans l'antiquité, dont le braque.

Muriel