1

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Bonjour, pour la rentrée j'ai une question de corpus à réaliser (et à rendre  )
Cette dernière est:" Vous étudierez les didascalies de ces extraits et montrerez qu'elles contribuent à en définir la tonalité."
Les trois textes sont:
un extrait de l'acte 5 de la scène 6 de cyrano de bergerac:

Cyrano : est secoué d'un grand frisson et se lève brusquement.
                         pas là ! Non ! Pas dans ce fauteuil !
On veut s’élancer vers lui…
-ne me soutenez pas ! -personne !
il va s'adosser à l'arbre.
                                                      rien que l'arbre !
silence
elle vient. Je me sens déjà botté de marbre,
-ganté de plomb !
Il se raidit
oh ! Mais ! ... puisqu'elle est en chemin,
je l'attendrai debout,
IL tire l’épée
et l'épée à la main !
Le Bret :Cyrano !
Roxane défailante:Cyrano !
Cyrano : je crois qu'elle regarde...
qu'elle ose regarder mon nez, cette camarde !
Il lève son épée
que dites-vous ? ... c'est inutile ? ... je le sais !
Mais on ne se bat pas dans l'espoir du succès !
Non ! Non ! C'est bien plus beau lorsque c'est inutile !
-qu'est-ce que c'est que tous ceux-là ? -vous êtes mille ?
Ah ! Je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
Le mensonge ?
il frappe de son épée le vide.
                         tiens, tiens ! -ha ! Ha ! Les compromis,
les préjugés, les lâchetés ! ...
il frappe.
                                            que je pactise ?
Jamais, jamais ! -ah ! Te voilà, toi, la sottise !
-je sais bien qu'à la fin vous me mettrez à bas ;
n'importe : je me bats ! Je me bats ! Je me bats !
oui, vous m'arrachez tout, le laurier et la rose !
Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
que j'emporte, et ce soir, quand j'entrerai chez Dieu,
mon salut balaiera largement le seuil bleu,
quelque chose que sans un pli, sans une tache,
j'emporte malgré vous,
il s'élance l'épée haute
                                     et c'est...
l'épée s'échappe de ses mains, il chancelle, tombe dans les bras de Le Bret et de Ragueneau.
Roxane  se penchant vers lui et lui baisant le front :c' est ? ...
Cyrano rouvre les yeux, la reconnait et lui dit en souriant :mon panache.

le deuxième est un extrait de l'acte 5 de la scène 4 de Ruy Blas:

Ruy Blas fait quelques pas en chancelant vers la reine immobile et glacée,
puis il tombe à deux genoux, l'oeil fixé à terre, comme s'il n'osait lever les
yeux jusqu'à elle.

RUY BLAS, d'une voix grave et basse.
Maintenant, madame, il faut que je vous dise.
- Je n'approcherai pas. - Je parle avec franchise.
- Je ne suis point coupable autant que vous croyez.
Je sens, ma trahison, comme vous la voyez,
Doit vous paraître horrible. Oh ! Ce n'est pas facile
À raconter. Pourtant je n'ai pas l'âme vile,
Je suis honnête au fond. - cet amour m'a perdu. -
- Je ne me défends pas ; je sais bien, j'aurais dû
Trouver quelque moyen. La faute est consommée !
- C'est égal, voyez-vous, je vous ai bien aimée.
LA REINE.
Monsieur...
RUY BLAS, toujours à genoux.
N'ayez pas peur. Je n'approcherai point.
À votre majesté je vais de point en point
- Tout dire. Oh ! Croyez-moi, je n'ai pas l'âme vile ! -
Aujourd'hui tout le jour j'ai couru par la ville
Comme un fou. Bien souvent même on m'a regardé.
Auprès de l'hôpital que vous avez fondé,
J'ai senti vaguement, à travers mon délire,
- Une femme du peuple essuyer sans rien dire
Les gouttes de sueur qui tombaient de mon front.
Ayez pitié de moi, mon Dieu ! Mon coeur se rompt !
LA REINE.
Que voulez-vous ?
RUY BLAS, joignant les mains.
Que vous me pardonniez, madame !
LA REINE.
Jamais.
RUY BLAS.
Jamais !
Il se lève et marche lentement vers la table.
Bien sûr ?
LA REINE.
Non, jamais !
RUY BLAS.
Il prend la fiole posée sur la table, la porte à ses lèvres et la vide d'un
trait.

Triste flamme,
- Éteins-toi !
LA REINE, se levant et courant à lui.
Que fait-il ?
RUY BLAS, posant la fiole.
Rien. Mes maux sont finis.
Rien. Vous me maudissez, et moi je vous bénis.
Voilà tout.
LA REINE, éperdue.
Don César !
RUY BLAS
Quand je pense, pauvre ange,
Que vous m'avez aimé !
LA REINE.
Quel est ce philtre étrange ?
Qu'avez-vous fait ? Dis-moi ! Réponds-moi ! Parle-moi !
- César ! Je te pardonne et t'aime, et je te croi !
RUY BLAS.
Je m'appelle Ruy Blas.
LA REINE, l'entourant de ses bras.
Ruy Blas, je vous pardonne !
Mais qu'avez-vous fait là ? Parle, je te l'ordonne !
Ce n'est pas du poison, cette affreuse liqueur ?
Dis ?
RUY BLAS.
Si ! C'est du poison. Mais j'ai la joie au coeur.
Tenant la reine embrassée et levant les yeux au ciel.
Permettez, ô mon Dieu, justice souveraine,
Que ce pauvre laquais bénisse cette reine,
Car elle a consolé mon coeur crucifié,
Vivant, par son amour, mourant, par sa pitié !
LA REINE.
Du poison ! Dieu ! C'est moi qui l'ai tué ! - je t'aime !
- Si j'avais pardonné ? ...
RUY BLAS, défaillant.
J'aurais agi de même.
Sa voix s'éteint. La reine le soutient dans ses bras.
Je ne pouvais plus vivre. Adieu !
Montrant la porte.
Fuyez d'ici !
- Tout restera secret. - je meurs.
Il tombe.
LA REINE, se jetant sur son corps.
Ruy Blas !
RUY BLAS, qui allait mourir, se réveille à son nom prononcé par la reine.
Merci !

le dernier extrait est une partie de l'acte 5 dde la scène 3 de roméo et juliette:

LAURENCE, allant vers le tombeau. - Roméo ! (Dirigeant la lumière de sa lanterne sur l'entrée du tombeau.) Hélas ! hélas ! quel est ce sang qui tache le seuil de pierre de ce sépulcre ? Pourquoi ces épées abandonnées et sanglantes projettent-elles leur sinistre lueur sur ce lieu de paix ? (Il entre dans le monument.) Roméo ! Oh ! qu'il est pâle !... Quel est cet autre ? Quoi, Pâris aussi ! baigné dans son sang ! Oh ! quelle heure cruelle est donc coupable de cette lamentable catastrophe ? ... (Éclairant Juliette.) Elle remue ! (Juliette s'éveille et se soulève.)
JULIETTE. - Ô frère charitable, où est mon seigneur ? Je me rappelle bien en quel lieu je dois être : m'y voici... Mais où est Roméo ? (Rumeur au loin. )
LAURENCE. - J'entends du bruit... Ma fille, quitte ce nid de mort, de contagion, de sommeil contre nature. Un pouvoir au-dessus de nos contradictions a déconcerté nos plans. Viens, viens, partons ! Ton mari est là gisant sur ton sein, et voici Pâris. Viens, je te placerai dans une communauté de saintes religieuses ; pas de questions ! le guet arrive... Allons, viens, chère Juliette. (La rumeur se rapproche.) Je n'ose rester plus longtemps. (Il sort du tombeau et disparaît.)
JULIETTE. - Va, sors d'ici, car je ne m'en irai pas, moi. Qu'est ceci ? Une coupe qu'étreint la main de mon bien-aimé ? C'est le poison, je le vois, qui a causé sa fin prématurée. L'égoïste ! il a tout bu ! il n'a pas laissé une goutte amie pour m'aider à le rejoindre ! Je veux baiser tes lèvres : peut-être y trouverai-je un reste de poison dont le baume me fera mourir ... (Elle l'embrasse. ) Tes lèvres sont chaudes !
PREMIER GARDE, derrière le théâtre. - Conduis-nous, page... De quel côté ?
JULIETTE. - Oui, du bruit ! Hâtons-nous donc ! (Saisissant le poignard de Roméo.) Ô heureux poignard ! voici ton fourreau... (Elle se frappe.) Rouille-toi là et laisse-moi mourir ! (Elle tombe sur le corps de Roméo et expire.)

Pour cette question je pensais répondre en me basant sur le fait que l'on assiste à une mise en scène d'une mort lente, mais je n'arrive pas très bien à ma justifier avec les didascalies de plus je ne voit pas du tout le lien possible avec les tonalités.
Pouvez-vous me renseignez, m'aidez?
Merci beaucoup

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

La didascalie est la voix directe de l'auteur.Elle permet d'incliner le jeu des acteurs dans la direction voulue par l'auteur.Elle est souvent brève (adjectif,adverbe);elle marque des pauses ("silence").Elle aide à définir le caractère,le sentiment du personnage.Elle peut aider à montrer le caractère grotesque ou pathétique d'une scène qui sans elle ne serait pas évident ...

3

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Merci beaucoup senga. Pour justifier, j'utilise donc des citations de didascalies présentes dans mes 3 extraits?

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

tout à fait!!

5

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Merci   

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Regarde par exemple les didascalies de la fin de Roméo et Juliette : elles contribuent très clairement au registre tragique.

7

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Merci et le registre tragique fait parti de la tonalité qui est définie par les dernières didascalies de Roméo et Juliette?

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Eh oui tu as très bien saisie la tonalité tragique de la pièce!

9

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Les deux autre pièces possèdent également un registre tragique qui y exprimé dans leurs didascalies?

Question de corpus sur les didascalies et les tonalités au théâtre

Le côté tragique dans ces pièces se traduit par la mort du personnage;donc toutes les didascalies qui énoncent une défaillance physique sont là pour rendre la tonalité tragique de ce drame qui est en train de se jouer et qui aidera le comédien dans sa représentation.Voir aussi les intéractions avec les autres personnages:ce drame qu'est la mort prochaine provoque chez l'autre des sentiments qui sont indiquées par les didascalies.Et du coup,ces didascalies bien interprétées par les comédiens,transmettront aux spectateurs une émotion (=cartharsis)