1

"Lui voir attribuer le prix Nobel"

Sur "Le nouvel Obs",  j'ai lu la phrase suivante :

Mais ce succès, la chronique élogieuse de Daniel Cohn-Bendit que l'on trouvera plus loin et la perspective de lui voir attribué le prix Nobel, ce qui ne pourrait que me rendre heureux.

Je comprends que "lui " est le CDI du verbe attribuer, mais ce genre de construction , est -il courant ? Je vous prie de citer quelques exemples similaires.

Merci d'avance.

"Lui voir attribuer le prix Nobel"

Tu n'as pas dit ce qui dans cette phrase te dérange : la position du pronom lui ? ou l'utilisation du participe passé attribué au lieu de l'infinitif ?

L'article de Jean Daniel sur son site a été rédigé après la récente attribution du prix Nobel de la paix.  J'ai trouvé la phrase comme tu l'as citée dans une copie de son article :

Désormais, on peut compter par millions, en France et dans le monde, les lecteurs de l'opuscule de notre ami Stéphane Hessel intitulé (hélas) « Indignez-vous !».  C'est un phénomène d'édition époustouflant et qu'il serait absurde de bouder.  Mais ce succès, la chronique élogieuse de Daniel Cohn-Bendit que l'on trouvera plus loin et la perspective de lui voir attribué le prix Nobel, ce qui ne pourrait que me rendre heureux, me permettent de ne pas craindre de nuire à la diffusion de la pensée de l'auteur en faisant quelques réserves dont il vient d'ailleurs de partager lui-même l'esprit.

La question entre le participe passé et l'infinitif a déjà été abordée dans ce fil sur se voir où Edy a soutenu la thèse qu'il y a une différence.  Décrivant se voir comme auxiliaire du passif, Grevisse donne un example de chaque construction:

Quatre hommes portaient les brancards et se voyaient relayés par d'autres (Al. Dumas, Tulipe noire).  D'autres ... se voient imposer une image affligeante d'eux-mêmes (Beauvoir, Tout compte fait).

Sur books.google.fr, on peut trouvé plusieurs livres qui contiennent des phrases comme la tienne avec le participe passé :

Tant et si bien qu'il n'est pas rare de lui voir attribué telle citadelle bâtie sous le règne de Henri IV ou de Louis XIII, ou tel rempart bastionné édifié un siècle et demi après sa disparition ! (Vauban à Toulon)

Il y a quatre fois plus de livres où l'auteur a préféré l'infinitif :

Pour l'instant, l'Acadie demeure encore un territoire imaginaire, donc sans frontières, mais le désir de certains francophones du Nouveau-Brunswick de lui voir attribuer un statut juridique se manifeste au gré de la situation politique canadienne et québécoise. (Langue, espace, société)

On peut en trouver où le pronom est interposé.  Dans la plupart de ceux-ci se trouve un pronom COD de voir, l'agent de l'infinitif :

Elle serait scandalisée de me voir lui attribuer tant de cruauté. (Sibylle; ou, Le dernier amour)

Cela arrive même quand il n'a pas de conflit entre les pronoms :

J'appris alors qu'il possédait le même parchemin que moi et je fus stupéfaite de le voir lui attribuer un tel prix. (Par une porte entrebaillée)

Toutefois c'est rare de trouver voir attribuer avec agent.  Le nombre des livres où lui précède voir est trois fois plus grand que celui des livres où lui est interposé et un pronom d'agent.

3

"Lui voir attribuer le prix Nobel"

Merci  BiLLM, En effet , c'est" ... lui voir " qui m'embête un peu.

Et "... me voir lui distribuer" me plaît beaucoup plus.

Merci de tes explications et de tes exemples, j'ai compris que cela existait. Et j'ai tout noté.

Merci encore.

"Lui voir attribuer le prix Nobel"

Je te prie d'excuser mes fautes de grammaire ci-dessus.  Je les ai introduites en rédigeant mon message, et le délai trop court que ce forum nous laisse pour en corriger s'est écoulé.

La position du pronom devant voir + infinitif est normale selon Grevisse :

Lorsque le support de l'infinitif est un des verbes voir, entendre, écouter, laisser, faire, regarder, envoyer, le pronom complément de l'inifiitif se met ordinairement devant le verbe support: Ce paquet, je le laisserai prendre.  Cette maison, je l'ai vu bâtir.

Je n'ai pas encore trouvé de grammarien qui parle du cas du participe passé, qui semble imiter la construction de se voir + participe passé.  Peut-être que la construction alternative, de voir à lui attribué le prix Nobel, sonne trop littéraire, surtout comme on ne peut pas distinguer à l'oreille ce participe passé de l'infinitif.