Molière, L’Avare - Questions

Ce n'est pas un livre, c'est une pièce de théâtre.
Et elle n'est pas trop difficile à comprendre.

Ne dis pas que tu n'as rien compris du tout.
Qu'est-ce que tu n'as pas compris, en particulier ?

Molière, L’Avare - Questions

Deux points à préciser, pour une meilleure compréhension de la pièce :
-au premier acte Elise et Valère ont signé une promesse de mariage avec dame Claude pour témoin. Il s'agit d'un mariage clandestin, et Valère vient de commette un rapt de séduction puisqu'il a épousé une mineure sans le consentement de son père.
Sous le règne de Louis XIV, le rapt de séduction est puni de mort.
Valère n'a pas la confiance tranquille, et quand Harpagon lui demande d'avouer son crime, il passe immédiatement aux aveux, mettant en avant la circonstance atténuante : il n'a pas fait sortir Elise de la maison paternelle.

-le prêt à intérêt est réglementé à l'époque : pas plus de 5 %. De plus, il est déshonorant pour un gentilhomme (et Harpagon est gentilhomme) de s'y livrer. Pour contourner la réglementation, Harpagon a recours à l'astuce consistant à avancer non de l'argent, mais des objets, et pour sauver les apparences, il se sert d'un prête-nom. D'où l'indignation de Cléante à qui la conduite de son père fait honte.

Molière, L’Avare - Questions

bonjour je voudrais savoir si vous pourrier m'aider repondre a mes questions.

- choisissez dix replique qui vous semble importante dans l'ensemble de la pièce et dites pour chacune d'elle le ton sur le quel nous dirions la répliqu et pourquoi.

- trouver un exemple de l'avarices d'harpagon poru chaque acte et commenter le (quelle consequences sur ses proche et domestique son train de vie)

svp aider moii merci d'avance

Rappel des règles
Seuls les élèves ayant effectué un travail personnel préalable sur leur sujet peuvent obtenir une aide ponctuelle. Vous devez donc indiquer vos pistes de recherches personnelles.

24 (Modifié par IlyesK 06/06/2017 à 18:14)

Molière, L’Avare - Questions

Bonjour ! J'ai , récemment fait un contrôle sur L'Avare de Molière et j'ai eu une très mauvaise note !!
Pouvez vous me dire les réponses pour que je corrige svp ? (il y en à 5 ! )

1)   Pourquoi l'histoire d'amour d'Elise est compliquée ?
2)   Pourquoi l'histoire d'amour de Cléante est compliquée ?
3)   Comment peut on caractériser les relations du père avec ses enfants ?
4)   Donne nous un exemple de l'avarice d'Harpagon.
5)   Frosine vante les charmes de Mariane à Harpagon. Que dit-elle de la jeunne femme ?





                                                                                                                                                            Merci d'avance

25

Molière, L’Avare - Questions

4)   Donne-nous un exemple de l'avarice d'Harpagon.

Acte I, 3 : sa méfiance à l'égard des valets.

Acte IV, 7 : le monologue d' Harpagon sur sa cassette

Molière, L’Avare - Questions

Bonsoir.

Pouvez vous me dire les réponses pour que je corrige svp ?

Et quelles réponses avais-tu donc données, toi ?

27 (Modifié par IlyesK 06/06/2017 à 19:36)

Molière, L’Avare - Questions

J'ai rien répondu ! ( donc j'ai eu 0 ! )

28

Molière, L’Avare - Questions

I. Élise est amoureuse de Valère, un gentilhomme napolitain qui s'est introduit chez Harpagon  en qualité d'intendant, mais Harpagon veut la marier à Anselme et demande le soutien de Valère qui doit simuler une aide.

Molière, L’Avare - Questions

Merci     

a tu les autres reponses stp ?

30 (Modifié par floreale 08/06/2017 à 17:34)

Molière, L’Avare - Questions

2) Pour Cléante aussi la situation est compliquée : il aime  Mariane mais il  apprend que son père, Harpagon, souhaite se marier avec Mariane.

5)

FROSINE.- Oui. Premièrement, elle est nourrie  et élevée dans une grande épargne de bouche. C’est une fille accoutumée à vivre de salade, de lait, de fromage, et de pommes, et à laquelle par conséquent il ne faudra ni table bien servie, ni consommés exquis, ni orges mondés perpétuels, ni les autres délicatesses qu’il faudrait pour une autre femme ; et cela ne va pas à si peu de chose, qu’il ne monte bien, tous les ans, à trois mille francs pour le moins. Outre cela, elle n’est curieuse que d’une propreté  fort simple, et n’aime point les superbes habits, ni les riches bijoux, ni les meubles somptueux, où donnent ses pareilles avec tant de chaleur ; et cet article-là vaut plus de quatre mille livres par an. De plus, elle a une aversion horrible pour le jeu, ce qui n’est pas commun aux femmes d’aujourd’hui ; et j’en sais une de nos quartiers, qui a perdu à trente-et-quarante  , vingt mille francs cette année. Mais n’en prenons rien que le quart. Cinq mille francs au jeu par an, et quatre mille francs en habits et bijoux, cela fait neuf mille livres ; et mille écus que nous mettons pour la nourriture, ne voilà-t-il pas par année vos douze mille francs bien comptés ?

Acte II, 5