Nature et fonction de la relative

Bonjour à toutes et à tous,

J' éprouve quelques zones d'ombre sur la proposition subordonnée relative.
On part du principe que les relatives adjectives comportent toujours un antécédent alors que les substantives non.
Mais si on analyse par ex: qui vivra verra avec "qui vivra" comme une relatives substantive intégrative sujet. Comment analyse-t-on "je parle à qui me plaît" ou "Je vais où il me plaît d'aller", sont-elles intégratives, je ne pense pas
J'essaie de démêler cet imbroglio entre nature et fonction dans les relatives adjectives et substantives. Je vous remercie.

Nature et fonction de la relative

Je ne sais pas ce qu'est une relative intégrative... mais, comme son nom l'indique, une relative substantive a toujours l'une des fonctions du nom : 
"je parle à qui me plaît" : COI
"Je vais où il me plaît d'aller" : complément adverbial, complément essentiel de lieu... (ou même CC de lieu !) selon la grammaire utilisée.

Nature et fonction de la relative

Merci Anne. Pour ces deux exemples, peut-on au lieu de parler de relative substantive, parler de relative adverbiale pour "à qui me plaît" et "où il me plaît d'aller".

Nature et fonction de la relative

Tout dépend encore de la grammaire utilisée. Certains appellent adverbiale toute subordonnée complément circonstanciel. 
Comme Jehan ici https://www.etudes-litteraires.com/foru … ml#p231588

Alors, c'est quoi une "relative intégrative" ?

Nature et fonction de la relative

Ok Anne, merci. Cette désignation d'intégrative est une dénomination employée par Le Goffic c'est ainsi qu'il désigne les relatives sans antécédent.