La Bruyère, Théodecte

Bonjour, actuellement en 1° Littéraire, je coince sur un texte Bac.

J’entends Théodecte de l’antichambre ; il grossit sa voix à mesure qu’il s’approche. Le voilà entré : il rit, il crie, il éclate ; on bouche ses oreilles, c’est un tonnerre. Il n’est pas moins redoutable par les choses qu’il dit que par le ton dont il parle. Il ne s’apaise et ne revient de ce grand fracas que pour bredouiller des vanités et des sottises. Il a si peu d’égard au temps, aux personnes, aux bienséances, que chacun a son fait sans qu’il ait eu l’intention de le lui donner ; il n’est pas encore assis qu’il a, à son insu, désobligé toute l’assemblée. A-t-on servi, il se met le premier à table et dans la première place ; les femmes sont à sa droite et à sa gauche. Il mange, il boit, il conte, il plaisante, il interrompt tout à la fois. Il n’a nul discernement des personnes, ni du maître, ni des conviés ; il abuse de la folle déférence que l’on a pour lui. Est-ce lui, est-ce Euthydème qui donne le repas ? Il rappelle à soi toute l’autorité de la table, et il y a un moindre inconvénient à la lui laisser entière qu’à la lui disputer. Le vin et les viandes n’ajoutent rien à son caractère. Si l’on joue, il gagne au jeu ; il veut railler celui qui perd, et il l’offense ; les rieurs sont pour lui ; il n’y a sorte de fatuités qu’on ne lui passe. Je cède enfin et je disparais, incapable de souffrir plus longtemps Théodecte, et ceux qui le souffrent.

J'ai le plan, la problématique, mais je sèche sur la dernière partie.

Problématique : Comment la critique est-elle mise en valeur dans ce texte ?

I - Un portrait
       
           1) La composition

- point de vue du narrateur : 3 occurrences
- en société, un repas mondain
- arrivée d'une personne qui a pour conséquence le départ du narrateur

           2) Le personnage

- nommé 2 fois, au début et à la fin
- sujet de presque tous les verbes
- quelqu'un d'important, pour qui on a de la considération : implicite, grand repas auquel il est invité
- peinture d'un comportement, sa manière d'être dans un salon au cours d'une réception
- relation aux autres
- art de la conversation : savoir parler, savoir écouter
- l'assistance : une seule personne nommée, l'hôte sous forme interrogative
- les autres invités : indéfinis
- pas d'individualisation : des collectifs, termes englobants
- Théodecte prend toute la place, que lui qui parle
- homme bruyant
- homme envahissant

II - La critique

          1) L'anti honnête homme

- portrait psychologique : grossier, sans gène, manque d'éducation, finesse, savoir vivre (ex à table), vulgarie
- portrait intellectuel : un sot
- portrait moral : méchant

          2) L'entourage

Et pour la 2° grande partie, je sèche pas mal, si certains d'entre vous on déjà fait le commentaire de ce texte, je prends toutes les idées.

Merci d'avance.

2

La Bruyère, Théodecte

Bonjour,

Revois ta problématique :
Le portrait satirique d'un important (importun).
Pense à la signification du nom.
Tu ne mets pas en valeur le début en mouvement du portrait.
Tu ne dis rien également du jugement sur l'entourage et du peu de considération de la part de l'auteur (qui préfère quand même la fuite). La Bruyère dénonce implicitement la force de la mode.

3

La Bruyère, Théodecte

Les caractères, La Bruyère - Questions

[même texte]

Questions :

1) Quel personnage type Theodecte représente t il dans ce caractère ? Est il propre au XVII eme siècle ou le portrait reste t il actuel ?
2) Quelles sont les caractéristiques de Theodecte ? Quelles conséquences son attitude a t elle sur son entourage ?
3) Comment le moraliste se met il lui même en scène dans le texte ? Analysez l'évolution de son attitude.

Ou j'en suis :
1) Theodecte est Arrogant.

Merci de m'aider