1

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, II, 1, 8 - Enfin, un crépuscule s’épanouit dans un coin des ombres les plus...

Bonjour, je suis en L3 de lettres modernes et je dois faire un commentaire composé à l'oral sur un extrait de Chateaubriand situé au livre X chapitre 5 et qui narre la nuit que le Chateaubriand de 1793, pauvre et exilé, passe dans l'abbaye de Westminster. Le passage offre de nombreuses voies d'analyse mais un point me pose problème: celui du baiser. Je n'arrive pas à comprendre la symbolique de ce baiser (et je ne comprends pas entre qui et qui il est réalisé...) malgré le parallèle avec Shakespeare et comment le mettre dans mon analyse. Je sais seulement qu'il est important puisque la phrase clôt le chapitre. Quelqu'un pourrait-il m'aider ?
Merci d'avance !

2

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, II, 1, 8 - Enfin, un crépuscule s’épanouit dans un coin des ombres les plus...

Bonjour Antigone,


Enfin, un crépuscule s'épanouit dans un coin des ombres les plus éteintes : je regardais fixement croître
la lumière progressive ; émanait−elle des deux fils d'Edouard IV, assassinés par leur oncle ? " Ces aimables
enfants, dit le grand tragique, étaient couchés ensemble ; ils se tenaient entourés de leurs bras innocents et
blancs comme l'albâtre. Leurs lèvres semblaient quatre roses vermeilles sur une seule tige, qui, dans tout
l'éclat de leur beauté, se baisent l'une l'autre. " Dieu ne m'envoya pas ces âmes tristes et charmantes ; mais le
léger fantôme d'une femme à peine adolescente parut portant une lumière abritée dans une feuille de papier
tournée en coquille : c'était la petite sonneuse de cloches. J'entendis le bruit d'un baiser, et la cloche tinta le
point du jour. La sonneuse fut tout épouvantée lorsque je sortis avec elle par la porte du cloître. Je lui contai
mon aventure ; elle me dit qu'elle était venue remplir les fonctions de son père malade : nous ne parlâmes
pas du baiser.

Ce baiser a pour origine la petite sonneuse. En revanche, rien ne nous indique le destinataire. On peut imaginer un amoureux, c'est pourquoi Chateaubriand réfrène sa curiosité.

Pour moi, le baiser symbolise le retour à la vie, c'est le baiser qui éveille après la nuit parmi les morts.
Il y a l'association d'idées avec le groupe "des deux fils d'Edouard IV" dont les lèvres se baisent comme des roses. L'esprit vagabonde sur le thème de l'amour (voir Ronsard par exemple), mais peut-être aussi est évoqué inconsciemment le merveilleux des contes de fée comme la Belle au bois-dormant.

Toute cette scène est peu vraisemblable, enjolivée, construite pour produire un effet. Chateaubriand est un grand enchanteur.